Les héros oubliés

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Auschwitz-–-Birkenau-

L’histoire de Maurice Livartowski.

Son heure n’était pas venue

Les parents de Maurice, tous deux originaires de Biélorussie se rencontrent à Paris en Maurice nait  en 1917 et il est formé au métier de tapissier.

Appelé sous les drapeaux en 1938 il vit la débacle de l’armée française avec beaucoup d’amertume et trouve un travail à l’usine.Membre d’un réseau de fabrication de faux papiers, il est arrêté sur le lieu de son travail en Novembre 1943 et emprisonné à Limoges.

Ensuite, envoyé à Fresnes, il assiste à l’éxécution quotidienne d’otages sélectionnés au hasard. Questionné par la guestapo il répond aux questions en parlant football, déporté à Drancy, il arrivera à cacher jusqu’au bout ses origines juives.

A Auschwitz-Birkenau, il est affecté » au commando charger de vider les chambres à gaz des déportés exterminés et à ce titre est voué à une mort certaine car les SS exterminent systématiquelment au bout de quelques semaines les déportés chargés de cette besogne.Au bout de 17 jours , il sera sauvé par un médecin tchèque qui, pour le sortir du commando le roue de coups, sans que Maurice comprenne alors les raisons de cette violence.

Il est transféré à Jawischowitz, un camp satellite d’Auschwitz. Là il  rencontrera Henri Krazuski, futur leader de la CGT.

Un jour qu’il s’est trompé de groupe en quittant la mine de charbon où il travaille, un SS lui mutile la main à coups de nerf de bœuf. Il part ensuite pour Auschwitz III (BunMonowitz) où il organise un trafic de soupe en faveur des déportés malades. Lui-même survit en partie grâce au soutien de ses camarades résistants.

Une marche vers la mort l’amène jusqu’au Gleiwitz (Pologne) avant son transfert à Dora camp satellite de Buchenwald en Allemagne où les déportés produisent les fusées V1 et V2. Il aboutit enfin à Bergen-Belsen où il est libéré par les Anglais ; Rentré en France, il fait alors la connaissance de son fils de deux ans.

Fouillons dans le passé

logo la gazette web téléchargement

 

Le saviez-vous ?

Dans un acte notarié, que signifie l’expression « par turbes » ?

Lorsqu’une ancienne coutume présentait un point obscur et qui ne pouvait s’expliquer que dans le « pays » où elle était en vigueur, des commissaires s’y transportaient et interrogeaient les habitants par turbes, c’est-à-dire par troupes de dix ; chaque turbe ne comptait que pour une voix. La plupart des coutumes furent rédigées à la suite d’enquêtes par turbes. Louis XIV abolit ces enquêtes par le titre XIII de l’ordonnance de 1667.

https://www.histoire-genealogie.com/gazette.html

Les dessous du charbon

changeonsnotrevie

Vous connaissez le charbon ! Mais connaissez vous « le charbon de sang » ?
En Colombie, charbon et meurtres sont liés Selon l’ONG PAX, entre 1996 et 2016, l’activité charbon de l’entreprise américaine Drummond et de la suisse Prodeco/Glencore dans le bassin minier Cesar en Colombie aurait été entachée par de nombreuses violations des droits de l’homme.Sous les coups des factions paramilitaires protégeant les intérêts miniers, plus de 3 100 personnes ont perdu la vie, et plus de 55 000 ont été déplacées.Alors qu’encore aujourd’hui les victimes demandent reconnaissance et réparation, les entreprises font la sourde oreille et continuent de tirer profit de ce « charbon de sang ».
Environ 70 % de la production de charbon de Drummond et Prodeco/Glencore est vendu à des énergéticiens européens comme E.ON, EDF, Enel, rWE, iberdrola et vattenfal. La France n’est pas en reste puisqu’en 2012, 3,2 millions de tonnes de charbon utilisé…

View original post 129 mots de plus

Ne me demandez plus pourquoi je préfère les animaux

 

 

 00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000corrida-2_500x500

 

 

Pour une bonne corrida, il faut trois choses :

-Un cheval qu’on torture

-Un taureau qu’on assassine

-l’ Ersatz de l’humanité qui regarde et applaudit

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000ob_228a34_m-bain

Parmi les gens qui nous gouvernent, qui nous enchantent par leur musique, qui nous réjouissent par leurs films ou leur jeu d’acteur, il y en a beaucoup qui ne méritent pas notre attention.

Ci-dessous la liste de « certains » de ceux-ci car hélas, celle-ci n’est pas exhaustive.

 Nicolas Sarkosy – Charlotte de Turkeim – Henri Emmanuelle – Guillaume Durand – Daniel Guichard – Alain Juppé – Georgina Dufoix – André Santini – Michelle Torr – Regine – Béatrice Dalle – Pierre Arditi – Evelyne Bouix – Christine Bravo – Christian Clavier – Clémentine Célarié – Ines de la Fressange – Françoise Fabian – Jean Luc Godard – Gérard Juniot – Bernard Houchner – Christine Ockrent – Christian Lacroix – Claude Lelouche – Frédéric Miterrand –  Nicoletta – Jacque Lang – Vanessa Paradis – Mazarine Pingeot – Patrick Sébastien – Veronique Sanson – Jérome Savary – Anne Sinclair –DSK – Gérard Depardieu – Carole Bouquet – Pierre Perret – Michel Sardou – Annie Duperey – Marc Blondel – Jean Glavany – Michelle Vauzelle- Jean Louis Borloo – Jean Claude Gayssot – Victoria Abril – Patrice Drevet – Nelson Montfort – Anne So Aparis –

Comme quoi on peut avoir l’air sympathique, sembler s’intéresser aux autres, participer au téléthon voulant ainsi faire croire qu’on sait aimer  et en même temps  jouir du sang versé, confondre sport et cruauté, et même parfois se permettre de donner des leçons et conseils aux autres et de  parler d’humanité.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000066696766

Le monde à l’envers, c’est aussi ça !

 

 

 

 

 atelier d'&criture nots musique330px-Audio_a.svg

Sur FB je fais partie d’un groupe appelé : « l’atelier d’écriture » Chaque semaine un des membres propose un thème sur lequel chacun est invité à proser. C’est amusant et en plus je pense que c’est bon pour les neurones parfois mis à rude épreuve. 

Voici un de mes exploits : 

sujet proposé  : une petite histoire sur la musique

atelier d'écriture partitionis

Il y a bien longtemps, les notes n’ayant pas encore rencontré les clefs, tout n’était que silence. Et puis un jour, on entendit, au fond de la vallée, des coups sourds qui martelaient le sol, des hommes avançaient en cadence, scandant leur marche à  coups de pieds répétés. Ils escaladaient la montagne pour rendre hommage aux dieux qu’ils craignaient tant et qu’ils espéraient amadouer par des incantations apprises depuis peu.

Mais parfois les dieux ne les écoutaient pas et déversaient alors sur eux leurs pluies diluviennes ou encore, les accablaient d’une sécheresse qui les tuait un à un.

De retour dans la plaine, ils se réunissaient alors dans leur grotte et cherchaient comment amadouer les esprits afin de faire cesser tous ces malheurs dont ils étaient l’objet alors qu’ils n’avaient rien fait de mal.

Le sage, celui qui savait tout et que l’on écoutait religieusement, eut soudain une idée :

« dans la forêt dit-il, les oiseaux chantent et nous aimons les écouter, pourquoi ne ferions nous pas de même » ?

« Mais comment chante-t-on dirent les hommes médusés » ?

Le vieil homme ouvrit alors la bouche il aspira, souffla jusqu’à ce qu’en sorte   quelque chose qui était loin de ressembler à une mélodie mais en s’appliquant, en recommençant plusieurs fois, le son s’affinait légèrement.

Le « do » qui se promenait justement et qui s’ennuyait à pierre fendre prêta l’oreille et sifflota dans le cœur du chanteur le son qu’il représentait et c’est devant la foule médusée  que les hommes entendirent un son mélodieux qui emplit tout l’espace.

Le « mi » qui suivait   le « do » comme son ombre se mit à son tour à insuffler dans le cœur des âmes présentes la note qui était la sienne.

Il ne fallut pas longtemps pour que les « ré » « fa » « la » « si » et compagnie, rappliquent et virevoltent, accompagnées des bémols et des dièses qui  les marquaient de leur sceau dans certaines circonstances et là, ce fut une belle cacophonie.

Le vieil homme hoquetait, ses compagnons se bouchaient les oreilles et pensaient, morts de peur, que jamais les dieux ne prendraient cela pour un hommage.

Mais quand Madame « portée » fit son apparition, accompagnée des différentes clefs dont elle était si fière, tout ce petit monde su que le temps était venu pour les hommes de chanter toutes sortes de mélopées.

Et quand plus tard les chefs d’orchestre feraient leur apparition, on pourrait alors entendre dans tous les lieux pieux ou sélects des mélodies, des symphonies qui raviraient les spectateurs, déposeraient un baume sur les cœurs meurtris ou encore, encourageraient les hommes à défendre leur pays.

Quant aux notes, enfin utiles à quelque chose elles étaient ravies ; parfois bien sûr, de faux musiciens les malmenaient un peu mais en général elles étaient au centre de merveilles telles que les opéras, les chants, les danses, et même et surtout l’amour chanté sur tous les tons avec ou sans trémolos mais toujours avec passion.

Yaël

 

 

Je ne fais pas de politique

……………….mais, par contre je suis très investie dans la protection des animaux  car la cruauté dont  ils sont victimes doit cessée le plus vite possible.

Le moyen le plus sûr serait que le monde devienne végétarien mais même si je ne doute pas que cela se fera un jour, il faudra attendre assez longtemps or, c’est maintenant qu’il faut faire quelque chose.

Actuellement, la campagne pour les présidentielles bat son point et même s’il ne faut pas trop compter sur ces Messieurs et dames bien trop occupés à asseoir leurs prérogatives, il n’empêche que si un seul candidat est plus sérieux que les autres, il est bon de le signaler pour faire avancer les choses.

Je viens de retrouver un tableau établit par L214,  il date de 2012 et indique la position des candidats de l’époque concernant les animaux.

Monsieur Mélenchon, qui en ce moment milite très fort en leur faveur, était déjà à cette époque bien placé, ce qui tenterait à prouver que ses dires actuels sont sincères.

Je vous laisse seuls juges des notes qui lui avaient été données à cette époque.

 

logo cause animal melenchon 18033135_1528464083832573_4526888146930789535_n