Le jardin des petits bobos

Ce projet a besoin de 100 votes avant demain pour revenir dans la course. Nous sommes en partenariat pour faire des vidéos sur LES ARBRES… aidez nous 

« Le jardin des petits bobos » est un jardin de plantes médicinales créer à proximité des écoles qui permettra de soigner les petits bobos (coupures, bleues etc..) en complément de la médecine actuelle. L’infirmière scolaire sera formée par un herboriste et utilisera les plantes sécures afin de soigner les élèves. 
L’espace dédié servira également d’espace de cours aménagé à cet effet, permettant de mettre en relation les matières comme les mathématiques, langues, biologie… (partenariat avec le centre forestier de la région PACA)

La plantation s’effectuera avec tous les élèves,
Pédagogique, le projet sert à revaloriser l’utilisation des plantes médicinales sécures et à motiver les élèves en apprenant autrement.
L’utilisation des plantes, permet entre autres de limiter les déchets et se soigner en respectant l’environnement.
Les élèves pourront consulter les informations sur la plante grâce à des petites vidéos explicatives.
Exemple de plantes : aloe vera, ail, gingembre, thym

https://www.harmonie-boost.fr/home/2059/projet/2667…

Publicités

Un village pas comme les autres en Israël

J’ai entendu parler d’un village de 5 000 habitants entièrement végétaliens. J’ai dû aller les visiter et voir comment c’est chez eux…

C’est ce que j’ai trouvé !

Je suis fasciné par l’effet de la nourriture sur leur corps. Je prends la viande pour acquise, c’est juste une partie de ma culture. Mais après avoir visité ces  gens là, … Je ne suis plus sûr.

Suivez-moi sur Instagram : @nasdaily pour des vidéos d’une minute.

 

Un texte qui mérite réflexion

Je le dis et redis encore, le problème de la faim dans le monde n’est pas dû à un manque d’argent mais à un manque d’accessibilité à la nourriture (conditions climatiques, conflits, régime politique).

Il ne sert donc à rien de comparer des enfants qui meurent de faim avec Notre-Dame, les billets ne se mangent pas.

L’argent n’a de valeur que dans une société équipée d’un système d’échange nécessitant une monnaie (par exemple pour rémunérer les salariés), mais si vous allez dans un village isolé d’Afrique, ils n’ont pas besoin d’un système monétaire, ils ont besoin de nourriture.

Même ainsi elles sont très belles

 

🙏 LES SURVIVANTS DE NOTRE-DAME DE PARIS
Il s’agit des statues des douze apôtres et de quatre statues d’évangélistes. Elles ont été posées vers 1860 sur le toit de Notre-Dame de Paris et n’avaient jamais été restaurées depuis. Elles avaient donc bien besoin qu’on prenne soin d’elles aujourd’hui.

Ces statues avaient été déposées par grue jeudi dernier pour venir se faire restaurer par la Socra, une entreprise en Dordogne qui travaille régulièrement sur des œuvres prestigieuses. Les 16 statues faites de cuivre repoussé ont fait le voyage en pièces détachées pour éviter d’être malmenées et abîmées.

Le concepteur de ces statues n’est autre que l’architecte Viollet-le-Duc. C’est la raison pour laquelle on retrouve sa tête sur l’un d’entre elles. Il n’avait en effet pas hésité à l’époque à enlever celle de Saint-Thomas pour y mettre la sienne.

Elles seront restaurées une à une jusqu’en 2022, et elles devaient réintégrer la cathédrale Notre-Dame de Paris pour être exposées au public avant de rejoindre la toiture de la cathédrale au niveau de sa flèche…

📺 Un reportage de France 3 Nouvelle-Aquitaine.

La philosophie selon mon chat

 

0000000000000000000000000000000000000057317239_2175626622533585_3142154462655676416_n

La philosophie selon mon chat

Je suis amoureuse d’un petit être qui enchante ma vie tous les jours et toutes les nuits de mon existence.

Celui qui par ses ronronnements et ses attitudes me rappelle qu’il est bon de vivre sous le même toit.

Celui qui partage mes peines, mes joies, mes espérances. Je t’ai adopté un jour d’hiver, toi qui passais par là, nos regards se sont croisés et depuis nous nageons dans le bonheur, toi mon complice, toi la lumière de ma vie, toi mon chat que j’aime ❤️….

Justine

Reconstruire N.D. de Paris et comment ?

Bien retenir le contenu de cet article car de nombreuses polémiques ne manqueront pas de faire leur apparition, émanant de « spécialistes » de tous genres et surtout de ceux qui ne le sont pas.

000000000000000000000000000000000000000000000000000images

16 avril 2019

« 5 ans pour reconstruire Notre-Dame, ce n’est pas tenable »

Quelques heures après l’incendie tragique de ce lundi 15 avril 2019, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que Notre-Dame de Paris serait « rebâtie » et qu’une souscription internationale serait lancée pour financer les travaux.
Combien de temps cela va-t-il prendre ? Combien de moyens humains ? L’entreprise TMH, spécialisée dans la restauration de monuments historiques depuis plus de 60 ans, a répondu à nos questions.

Emmanuel Macron a fixé un délai de 5 ans pour la reconstruction de Notre-Dame, ça vous paraît possible ?

Ce n’est pas tenable. Il va déjà y avoir les enquêtes, les assurances, la mise en sécurité. Les bureaux d’études vont se pencher sur la solidité, avant d’entamer la consolidation. Puis les maîtres d’oeuvre vont devoir monter un projet de reconstruction. Il faut ensuite lancer un appel d’offre aux entreprises, ça ne se fait pas comme ça. Tout ça avant de pouvoir réellement entreprendre le chantier ! A moins que l’intervention de l’Etat accélère radicalement les choses, mais 5 ans, ça paraît vraiment peu probable.

Nous travaillons par exemple sur la cathédrale de Bayonne depuis deux ans, et on ne refait que la couverture. Et il n’y a pas de travail de consolidation comme sur Notre-Dame ![à Nantes, la restauration de la cathédrale, ravagée en 1972 par un incendie, a demandé près d’un demi-siècle, N.D.L.R].

 

Nous pouvons nous dire que des jeunes gens qui s’engagent aujourd’hui dans les métiers du patrimoine seront occupés sur ce chantier pendant une bonne partie de leur vie professionnelle…

Quand le Président dit que la cathédrale sera « rebâtie » à l’identique, qu’est-ce que cela signifie ?

L’objectif est bien sûr de reconstruire à l’identique mais les carrières de calcaire d’où venaient les pierres sont désormais fermées et l’on ne pourra jamais trouver que du calcaire d’une qualité approchante. C’est ainsi que l’on a déjà procédé au cours des restaurations des siècles précédents. Pour le bois, c’est plus problématique. Une partie des poutres de la charpente avait l’âge de la cathédrale, soit 800 ans, et l’on n’en retrouvera jamais de semblables ni d’aussi imposantes. Sans doute faudra-t-il recourir à d’autres matériaux comme le béton armé [ainsi qu’on l’a fait à Reims, sur le chantier de la cathédrale bombardée pendant la Première Guerre mondiale, N.D.L.R].

Sera-t-il au moins possible de restituer à l’identique la structure du monument et son architecture ?

Oui, pour l’essentiel. Dans la mesure du possible, les restaurateurs veillent en effet à conserver la mémoire du monument, y compris les stigmates du temps. Il n’empêche que les bureaux d’études et les architectes découvriront peut-être aussi la nécessité de consolider certains endroits de l’édifice, fragilisés par le temps et par l’incendie de ce 15 avril 2019. Cela les conduira peut-être à utiliser des matériaux nouveaux comme la résine ou ajouter des renforts à la structure [C’était déjà ce que faisaient les maîtres d’œuvre du Moyen Âge en bardant les voûtes avec de robustes renforts métalliques à mesure qu’ils découvraient des points de fragilité, N.D.L.R].

Dans le cas de Notre-Dame de Paris, disposons-nous de toutes les archives nécessaires à la reconstruction ?

Oui, heureusement. Tout a été  répertorié et l’on a conservé les plans de l’architecte Viollet-le-Duc, qui a opéré de grandes restaurations sur Notre-Dame de Paris au XIXe siècle. Dans la mesure où le monument  était toujours en rénovation, nous disposons aussi d’un suivi très précis des architectes sur ce qui a été fait et ce qui restait à faire. Nous disposons également de la photogrammétrie qui a permis de mémoriser la structure, les pierres, les schémas et les tracés plus ou moins anciens. Ce ne sera donc pas un souci de retrouver tous les détails de la cathédrale.

Avez-vous une idée du coût de la rénovation ?

On ne peut pas le savoir à cette heure-ci, mais il atteindra sans doute le milliard d’euros.

Et au niveau des moyens humains ?

On ne sait pas encore combien de personnes seront mobilisées. Sans doute le chantier de Notre-Dame en occupera-t-il des milliers mais elles ne travailleront pas simultanément sur le chantier. Elles travailleront tour à tour en fonction de leur spécialité, taille de pierre, menuiserie, couverture etc.

La France actuelle a-t-elle les moyens humains d’assurer un pareil chantier ?

La protection du patrimoine manque aujourd’hui à la fois de capitaux et de main-d’œuvre qualifiée. Nous avons du mal à recruter dans notre secteur. Peut-être que le choc ressenti ce 15 avril 2019 va modifier la donne, encourager l’État à desserrer les cordons de la bourse et amener davantage de jeunes Français vers les écoles spécialisées…

 

https://www.herodote.net/_5_ans_pour_rec-actualite-402.php