Communiquer avec les animaux

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000anna

 

L’homme peut-il communiquer avec le monde animal ?

Voici une histoire incroyable qui vient bousculer l’esprit et les certitudes sur le sujet, avant de venir soulever en nous la question quant à l’étendue des facultés insoupçonnées dont l’humain semble disposer, mais que peu d’entre nous sont finalement capables de comprendre et d’exploiter.

https://www.facebook.com/VoieNature/videos/1103246899829836/?hc_ref=ARSSBcfxK50uZ2sHblmxO-6IVoOkImrP8iYtoddCaAck2EopaBusoZzwk3jbUNI4Ac4

Publicités

« l’exploitation respectueuse », vous la trouverez près de la « torture gentille », un peu avant la « mort rigolote »

Animal mon Egal a partagé la publication de Maryline Tomaselli.
2 h · 

TÉMOIGNAGE

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
Maryline Tomaselli

« Au fait, si vous cherchez « l’exploitation respectueuse », vous la trouverez près de la « torture gentille », un peu avant la « mort rigolote »

Ou sinon, vous pouvez arrêter de vous mentir, et prendre les bonnes décisions en arrêtant de participer au plus grand massacre de tous les temps : celui des personnes animales non-humaines.

Et pour cela, la seule solution passe par le boycott de tous les produits animaux. En somme donc, par le véganisme.

Et devenir végan, ce n’est pas entrer dans une secte. Le devenir, c’est simplement cesser de financer la torture et le meurtre. Et ne pas contribuer aux injustices n’est ni violent, ni extrême. C’est simplement la moindre des choses. » –
Lily Rochette

Ces épices que nous aimons

 

 

Vanille how-food-grow-4-58aab11f10025__880

 

Vanille

La vanille est une épice constituée par le fruit de certaines orchidées lianescentes tropicales d’origine mésoaméricaine du genre Vanilla, principalement de l’espèce Vanilla planifolia.

Les plantes qui produisent la vanille portent elles-mêmes le nom de vanille, ou parfois de vanillier. Ce sont les seules orchidées cultivées pour des raisons autres qu’ornementales.

La culture et la préparation de la vanille nécessitent, pour obtenir une épice richement aromatique, des soins longs et attentifs. Cela en fait, rapporté au poids, l’un des produits agricoles les plus chers au monde. Il se présente sous la forme de bâtonnets noirs et luisants, communément appelés « gousses de vanille ». Botaniquement, il s’agit cependant de capsules.

Un peu d’histoire

La « fleur noire » des Aztèques[

L’histoire de la vanille est associée à celle du chocolat. Les Aztèques, et auparavant les Mayas, agrémentaient de vanille une boisson épaisse à base de cacao. Les Aztèques appelaient cette boisson, destinée aux nobles et aux guerriers. Ils ne cultivaient cependant eux-mêmes ni le cacao, ni la vanille, en raison d’un climat inadapté. Ces denrées de luxe provenaient d’un commerce avec les régions voisines. La connaissance agronomique de la plante qui produit la vanille leur faisait probablement défaut car ils appelèrent l’épice tlilxochitl, ce qui signifie « fleur noire » alors qu’il aurait été plus logique de la nommer «fruit noir ».

Légende

Ce sont les Totonaques, occupants des régions côtières du golfe du Mexique autour des actuelles villes de Veracruz et de Papantla, qui produisaient la vanille et en approvisionnaient l’empire aztèque. Selon la légende, la liane de vanille est née du sang de la princesse Tzacopontziza (ce qui peut se traduire par « Étoile du Matin ») à l’endroit où son ravisseur, le prince Zkatan-Oxga (c’est-à-dire « Jeune Cerf ») et elle-même furent rattrapés et décapités par les prêtres de Tonoacayohua, la déesse des récoltes7. Le prince se réincarna en un vigoureux arbuste et la princesse devint la délicate liane d’orchidée enlaçant tendrement son amant. Les Totonaques appelaient la vanille et l’appellent encore aujourd’hui caxixanath, la « fleur cachée », ou plus brièvement xanat8.

http://www.guide-des-aliments.com/dietetique/detail_nutrition_vanille-extrait_216.html

 

Vivre sa vie

FEMMES BELLES

Un jour, nous sommes venus au monde. Nous n’y sommes pour rien, nous n’en sommes pas responsables et pendant des années, nous allons vivre toutes les étapes de ce que l’on appelle « une vie »

Enfants et adolescents, les adultes sont responsables de nous ils nous guident, nous conseillent, nous interdisent………… et nous préparent comme ils le peuvent à la suite.

Et puis un jour, nous allons voler de nos propres ailes, persuadés que nous avons tout compris, que nous allons faire ce que nous voulons de cette vie qui maintenant nous appartient.

Durant plusieurs décennies, c’est vrai que nous allons construire : avenir, famille, amis ; voyager, aimer, réaliser des projets, réussir ou du moins essayer.

Lorsqu’arrive le moment de laisser la place aux plus jeunes que nous, nous allons faire partie de ce « troisième âge » et c’est alors que nous saurons si ce que nous avons fait de toutes ces années passées nous a conduit vers cette partie de vie qui nous apportera tout ce dont nous n’avons pas pu jouir jusque là : le temps, les passe-temps, le recul, l’expérience, la sagesse, et pour ceux qui réussirons ce passage, ils découvriront alors que ce laps de temps est agréable et vaut le coup d’être vécu car il se vit lentement, dans la satisfaction du devoir accompli , période dans laquelle les exigences ont été remplacées par l’acceptation mais aussi le contentement de soi.
image fantastique Ciro marchetti libra-ciro-marchetti
Il y a hélas ceux pour qui ces dernières années seront un calvaire car ils n’auront aucun souvenir auxquels se raccrocher, aucun fait glorieux dont ils pourraient être fiers, tout simplement parce qu’ils se sont trompés dans les choix qu’ils ont faits et qu’ils n’ont pas réussi à construire leur havre de paix pour leurs vieux jours et souvent, ces personnes se suicident ne pouvant supporter le vide qui les entoure.

C’est la dernière erreur qu’ils commettront en voulant régler l’acte ultime de leur existence sur lequel ils n’ont aucun droit. Le suicide est le dernier acte raté d’une existence construite sur une montagne d’erreurs de jugement et de choix en confondant trop souvent : réussir sa vie et réussir dans la vie.

Yaël

Maman l’Ourse 

via Maman l’Ourse 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000ours

Vous avez peut être déjà lu, dans les pages de quelques quotidiens, cette étrange et troublante histoire qui nous venait de Turquie.

Des chasseurs, parcourant une région montagneuse aux abords de Brousse, aperçurent une ourse sur laquelle ils déchargèrent leurs fusils. La bête, quoique blessée, parvint à S’enfuir; Ils la poursuivirent à travers les taillis et la virent finalement s’abattre, exténuée, à proximité d’une grotte.

Et soudain, tandis que les chasseurs faisaient cercle autour du fauve mourant, une fillette d’une dizaine d’années, toute nue et les cheveux épars, surgit de la caverne en poussant des grognements. Elle se jeta sur l’un d’eux, qu’elle griffa et mordit. On réussit à la maîtriser et elle fut ramenée à la ville avec le corps de l’ourse.

Les paysans du voisinage, interrogés, se souvinrent que, quelque sept ou huit ans auparavant, une enfant de douze à quinze mois avait disparu, un jour. On pensa qu’elle avait été dévorée par quelque animal féroce et l’oubli tomba sur ce drame. Mais la découverte de l’enfant sauvage permit de faire un rapprochement entre les deux faits. La dépêche assurait que la fillette, rebelle à toute interrogation, avait été dirigée sur la capitale où des médecins allaient se préoccuper de la réadapter à la vie normale…

Sans doute y éprouveront-ils quelques difficultés, que l’on peut imaginer en songeant que cette enfant est parvenue à ce que nous nommons l’âge de raison, sans avoir connu les habituels soins maternels qui forment au langage articulé les petits d’homme. Aucune des notions, même frustes, qui constituent la formation d’un enfant dans les villages les plus humbles n’ont baigné ses premières années.

Vraisemblablement, cette enfant fut-elle, sinon enlevée, du moins recueillie par  l’ourse qui, prise d’une instinctive pitié devant sa faiblesse, l’abrita dans sa grotte, l’allaita, lui permit de vivre. Et les années passèrent durant lesquelles la petite fille en vint à se nourrir de là chair crue des proies rapportées par sa maman velue, entre les pattes de laquelle elle s’endormait, le soir venu…

Extraordinaire enfance, qui la prépare bien mal à prendre sa place parmi les humains de notre vingtième siècle!… Le temps, sans doute, est un grand maître et quelques semestres permettront probablement aux médecins turcs de faire pénétrer dans cet inculte cerveau ce que l’on est convenu d’appeler « les lumières de la civilisation ». Mais nous attendons ces éducateurs sûrs d’eux-mêmes au moment où, l’enfant ayant été initiée au langage de son nouveau milieu, ils entreprendront de lui expliquer la différence entre les bêtes et les hommes.

— L’homme, lui diront-ils, est une créature douée de raison, d’intelligence et de bonté. Ces facultés, qui le différencient des bêtes, lui ont permis, au cours des âges, de s’élever et de régner en maître sur les autres créatures. Le progrès… 

Mais l’enfant, tandis que ce présomptueux verbiage frappera ses oreilles, se souviendra qu’une de ces méprisables bêtes que l’on dit féroces fut pourtant la douce nourrice qu’elle connut pendant longtemps. Et, le coeur bouleversé, elle reverra ce groupe de chasseurs acharnés à la poursuite de l’ourse blessée.

Ces hommes qui se prétendent si bons et qui, les premiers, lui auront appris ce que sont- les larmes, en tuant sa maman….

 

Une si belle chanson de chez nous : D-ieu t’a donné comme cadeau

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000001-nesoispassitristecesoir

 

Refrain:
Dieu t’a donné comme cadeau
Quelque chose de grand, quelque chose de merveilleux
Dieu t’a donné comme cadeau
La vie sur terre 
T’a donné la nuit et le jour
L’Amour, l’espoir et le rêve
L’èté, l’hiver, l’automne, le printemps
Une bonne âme pour regarder autour
T’a donné des champs verts
Des fleurs et arbres fleurissants
Des rivières, des ruisseaux et les mers
Le ciel, la lune, les étoiles
Refrain
T’a donné les fêtes et les Shabbats
Israël, la terre de nos pères
Des mains et une tête pour réaliser des rêves
T’a donné toutes les merveilles
T’a donné de si belles choses
Amener des enfants au monde
Écoutez les chansons, voir les couleurs
Oh, si nombreuses sont tes oeuvres, Dieu
Refrain
Dieu, oh, s’il te plaît donne-moi juste un cadeau de plus
Un petit cadeau, mais merveilleux
Dieu, s’il vous plaît donne-moi juste un cadeau de plus
La paix sur terre

 

Un nouvelle chanson qui passe en boucle chez nous.

 

http://www.langeasy.com/fr/hebrew7/songs4.html#eloimnatan