HISTOIRE DU BILLARD

 

 

Les jeux de boules existent depuis l’antiquité et ont donné, au fil du temps, des variantes dont est issu le billard.

 

Il a été prétendu que ce jeu viendrait de son inventeur prénommé Bill, tailleur anglais vivant à Londres en 1560 qui jouait avec trois billes qu’il poussait sur son comptoir à l’aide de son mètre  de couturier soit : « bill’s yard » mais cela semble peu probable du fait qu’il existait déjà depuis trois siècles et que les tables sont apparues en 1469.

 

Au départ ce jeu était pratiqué au sol sur des pelouses sous le nom de « PALLE-MAIL » mais son histoire actuelle commence sous Louis XI qui souffrait du dos et avait commandé à son ébéniste une table pour jouer à hauteur d’homme.

 

Louis XIII  proclame la fin de la régence, au Louvre,  en montant sur un billard et de nombreux tableaux en découlent faisant connaître encore mieux la table en question.

 

D’après de nombreuses gravures, le billard moderne date du XVIIème siècle et au XVIII, les salles publiques prolifèrent. Les règles du jeu se modifient au cours du temps et s’affinent et c’est ainsi qu’en 1807 un traité sur le billard voir le jour en décrivant les diverses règles mais aussi les arnaques, déjà ! et c’est en 1823 qu’un certain Mingaud, capitaine d’infanterie s’étant entrainé à ce jeu lors de son séjour en prison, surprit tous les amateurs par les coups qu’il était capable de réaliser ; c’est en effet en fixant un bout de cuir sur une des extrémités de la crosse qu’il pouvait réaliser ce que l’on appel « l’effet rétro » qui consiste à faire reculer une bille.

 

Ce jeu encore très prisé de nos jours fait appel à beaucoup de concentration, de précision et une intelligence qui vont au delà des effets spectaculaires aimés du public.

Publicités

Si je vous le disais

 

J’ai correspondu un certain temps avec un prisonnier. Il s’appelait Stéphane.
Enfermé entre quatre murs, les émotions explosent, les sentiments s’emballent et cela donne un poème des plus beaux que j’ai reçu.

 

humour 18010134_10213053304306610_8253467446835979706_n

Si je vous le disais, pourtant que je vous aime,

Qui sait belle Yael, ce que vous en diriez ?

L’amour, vous le savez, cause une peine extrème,

C’est un mal sans pitié que vous plaignez vous-même ;

Peut-ètre cependant que vous m’en puniriez…….

Si je vous le disais qu’une douce folie

A fait de moi votre ombre et m’attache à vos pas ;

Un petit air de doute et de mélancolie

Sachez-le, O Yael,vous rend bien plus jolie ;

Peut-ètre diriez-vous que vous n’y croyez pas…….

Si je vous le disais que chaque nuit je veille

Que chaque nuit je pleure et je prie à genoux

Cruelle, quand vous riez vous savez qu’une abeille

Prendrait pour une fleur votre bouche vermeille

Peut-ètre cependant en ririez-vous ?

La nuit quand de si loin le monde nous sépare

Et que le surveillant a fermé les verrous,

De mille souvenirs en jaloux je m’empare ;

Et là, devant D-ieu seul, plein d’une joie avare

J’ouvre comme un trésor mon cœur tout plein de vous.

Mais je ne suis pas né pour ce bonheur suprème

De mourir dans vos bras et de vivre à vos pieds……

Tout me le prouve, hélas,jusqu’à ma douleur même……

Si je vous le disais, pourtant, que je vous aime,

Qui sait, belle Yael, ce que vous en diriez ?

Stéphane P.

Le 25 Novembre 1986.

COMMENT VOUS DIRE CELA ?

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000expression_animaux

Cela fait longtemps que je m’intéresse à tout ce qui se passe dans notre « pauvre » monde, par le biais des journaux, des infos radios, télés, des émissions souvent bien faites qui nous expliquent les problèmes de notre siècle et comment y remédier.

Et c’est là que le problème commence car à de rares exceptions près, les « spécialistes » venus pour nous expliquer ce que sans eux nous serions incapables de comprendre, ont des avis tellement contradictoires qu’il nous est difficile de sortir de ce programme un peu plus intelligents que lorsque nous y étions entrés.

S’il s’agit d’hommes politiques et du fait que nous sommes déjà en période de pré-campagne électorale, très vite le sujet est relégué à l’arrière-plan pour laisser place à une bagarre verbale entre les antagonistes, les uns reprochant aux autres ce que les autres reprochent aux uns.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000imgscan-contrepoints-2013876-apprenti-sorcier-1024x906

S’il s’agit de scientifiques, les avis étant là aussi très partagés, en fin d’émission, nous ne savons toujours pas quoi penser.

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000le-philosophe-by-andre-marin-de-barros

Quant aux philosophes alors là !….ils sont tellement intellectuellement au-dessus de la masse qu’il n’y a qu’eux qui comprennent ce qu’ils disent et encore …. C‘est pas sûr.

Et nous dans tout cela, nous apprenons :

-que le gouvernement nous ment,

-que des ministres n’ont pas de tenue et pas d’éthique,

-que des industriels fabriquent et vendent des objets d’usage courant tout en sachant qu’ils sont dangereux pour notre santé,

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000002009120210294840

-que nos enfants :

1) par suite de la démission de certains parents,

2) de la défaillance de certains services sociaux,

3) du laxisme des juges,

4) de l’impuissance des services publiques,

deviennent des voyous qui font la loi dans les quartiers, armés, faisant régner la terreur pour vendre de la drogue, pour faire des tournantes, pour tuer le rival, et ce, au vu et au su de tout le monde qui « impuissant » laisse faire !!!!!!

J’entends souvent dire que le monde est pourri (c’est vrai !) mais ce monde, c’est le nôtre et nous n’en avons qu’un.

Or ce monde, c’est nous qui le faisons avancer ou reculer, qui le transformons en bien ou en mal, nous en sommes responsables et nous ! ce n’est pas seulement le gouvernement, les services publiques, les industriels, les penseurs, les poètes, c’est aussi et surtout NOUS ! les anonymes, vous, moi, de tous âges de tous niveaux financier ou intellectuel, nous aussi les plus âgés qui avons vécu toutes les transformations de ces 60 dernières années et qui nous souvenons de « comment c’était avant »

La richesse et l’intelligence ne sont pas données à tout le monde de la même façon, par contre, le bons sens est une chose qui appartient à tous et émane bien souvent des humbles et des petits,

-de ceux qui ont dû sans cesse réfléchir, pour nourrir leur famille, pour éduquer leurs enfants, pour boucler les fins de mois, pour vivre décemment avec peu,

-de ceux qui savent que le bonheur ne réside pas dans l’abondance, mais plutôt dans le plaisir d’une journée bien remplie, du sourire donné ou reçu, d’un travail accompli avec plaisir, d’un service rendu,

Je crois qu’il nous faut nous servir, à chaque fois que nous le pouvons, de tous les moyens mis à notre disposition, pour expliquer, faire savoir, dénoncer, transmettre toutes les nouvelles que nous glanons ici et là afin qu’un plus grand nombre de nos semblables soient au courant, en tenant compte du fait qu’il y aura toujours des gens pour ignorer l’essentiel par égoïsme, laxisme, bêtise.

Mais plus que tout ceci, nous devons aussi « DONNER L’ EXEMPLE » ne pas jeter nos ordures n’importe où et n’importe comment, ne plus utiliser des aliments dont les emballages sont reconnus comme étant nocifs à la santé, arrêter d’acheter des produits testés sur des animaux, des médicaments miracles qui ne servent que ceux qui les fabriquent, ; donner au temps dont nous disposons une qualité réelle faite de lecture, de balades, d’intérêt pour tous les sujets représentant notre époque, que nous partagerons avec nos enfants qui ne seront pas laissés devant la télé trop longtemps pour  » avoir la paix »

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000mère-avec-fille-sourire

 

Il ne s’agit pas de sermonner notre entourage, de donner des conseils  constamment, de jouer les censeurs, non ! il s’agit tout simplement de donner envie aux autres d’être aussi heureux que nous, malgré tout. Yaël