Archive | avril 2015

Né pour servir

11061247_696565703805714_7896246798983000928_n


« Né pour Servir », poème contre l’exploitation animale.

On m’a dit non, la liberté n’est pas ton droit
On m’a dit non, ta vie ne t’appartient pas
On m’a même dit que je n’avais pas d’âme
Que je ne sentirais ni la lame, ni les flammes

Moi je suis né dans le froid d’un hangar
Avec mes frères et sœurs sans un regard
Moi je suis né seul, dans le noir
Sans que ma mère m’enseigne ses savoirs

Je n’ai jamais vu ni le ciel, ni la terre
Je n’ai jamais su à quoi ressemblait le vert
On m’a privé de ma nature et ma fierté
D’animal, je n’en ai plus l’identité

Nourrit à la farine faite de mes frères
Battu et même marqué au fer
Saurai-je un jour ce qu’est devenir père ?
Reverrai-je un jour ma mère ?

La vie ne m’a fait aucune fleur
Je ne connais même pas leur odeur
Dans tout ce mal et toute cette douleur
Je n’existe qu’au travers de mes pleurs

Quand enfin ils sont venus me chercher
Je n’étais encore qu’un nouveau-né
J’ai pu enfin voir un bout de ciel gris
C’était alors le plus beau jour de ma vie

Mais cela n’a duré que quelques heures
Avant que m’envahisse à nouveau la peur
Devant moi un par un ils tombaient
Et je suis mort sans savoir qui j’étais

Le Rêveur Eveillé – 26 Janvier 2015

Le Rêveur Éveillé est un poète parisien. Mélancolie, amour, liberté et rêves sont ses sujets favoris. Plusieurs de ses textes sont en faveur de la cause animale, comme le poème ci-dessous, qui évoque la courte et triste vie d’un veau d’élevage.

Gaëlle
Source: Planète Animaux.

Publicités

Elpis, le chat qui a bien mérité un panier retraite

trouvé sur facebook

Isabelle Gata a partagé la photo de Cat à Cat dans le groupeADOPTE MOI MERCI MIAOU.
11174947_1665427633678985_7094951454374707612_n

Qui suis-je ? Je ne sais plus… Dans mes souvenirs, j’avais un nom mais je ne m’en rappelle plus… Le dernier devait être « Le chat » OU « Sale bête ». Malgré la déformation de mes oreilles, j’entends encore et j’aurais d’ailleurs préféré parfois ne rien entendre.

Plusieurs mois que je frappe aux portes et… personne ne m’ouvre… J’avoue je ne suis plus très beau. Je l’étais pourtant… mais ça c’était avant… Mes maîtres m’ont aimé un jour, ils ont pris soin de moi. Je suis stérilisé, j’ai eu beaucoup de chance. Jusqu’au jour… Je ne sais plus si je me suis perdu ou si l’on m’a abandonné… Je préfère oublier.

Plusieurs mois que j’erre dans un quartier à mendier aux portes en essayant de me protéger comme je peux. Vous avez dû remarquer… je n’ai pas été épargné au niveau de ma vue. Je me déplace sans souci, je vois ce qu’il se passe autour de moi mais face à un prédateur, je dois me protéger, ma vision est faible.


Une dame qui aimait beaucoup les animaux me nourrissait en bas de sa porte. J’ai essayé de rentrer mais il y en avait tellement déjà. Elle non plus n’était pas épargnée… elle recueillait sans cesse des chats abandonnés et faisait son possible pour eux Il y a quelques jours elle est partie rejoindre les étoiles… j’étais triste pour elle… pour moi. Qu’allais-je devenir ?


Malgré l’état de mes oreilles, j’entends toujours et j’avais pu comprendre que quelque chose allait se passer… Une association allait venir chercher les protégés de la dame pour leur trouver une nouvelle famille. J’ai tenté… je me suis posté devant la maison et j’ai attendu…


Vous savez quoi ? ça a marché ! Me voilà parti pour une nouvelle aventure… Je ne sais pas vraiment ce qu’il va se passer mais je tente… je n’ai plus rien à perdre.


Je suis au chaud… J’ai à manger. Je suis même allé voir le docteur. Je suis vieux, mes yeux sont irrécupérables ainsi que mes oreilles mais je vois… j’entends.
J’ai retrouvé des choses oubliées… les câlins. Au départ, je ne m’en rappelais plus… mais quand on me parle calmement… qu’on s’approche de moi… je m’en rappelle, j’adore ! J’ai aussi retrouvé un plaid… tout doux… je suis rassuré… je pétris… je ronronne.


On m’a dit que je ne devais plus m’inquiéter.


Alors si vous me trouvez beau, si vous voulez me connaître et m’aimer… je vous attends. Je cherche un endroit où je serai en sécurité, où je serai au chaud, où je pourrai me poser jusqu’à la fin de mes jours.


Je m’appelle Elpis et j’ai plein d’espoir pour l’avenir émoticône heart


Photo de Cat à Cat.

Plaidoyer pour les animaux de ferme – 3ème partie

Plus de 63 milliards d’animaux sont élevés chaque année dans le monde pour notre alimentation. En Europe, plus de 80% sont issus d’élevages intensifs, dits industriels : animaux génétiquement sélectionnés pour une productivité optimale, confinés dans des bâtiments surpeuplés, sans pouvoir exprimer les comportements propres à leur espèce.

Certains labels de qualité et les produits issus de l’agriculture biologique offrent souvent l’assurance de meilleures conditions de vie pour les animaux. Vous informer sur les modes d’élevage des animaux est la première étape vers des actes d’achats responsables.

poulet de chair-pondeuse-label-rouge

POULETS DE CHAIR

Les poulets ont des besoins comportementaux tels que gratter le sol, étirer leurs ails…

Les poulets sont des animaux sociaux qui forment une structure sociale cohérente et communiquent par des appels, des contacts et des manifestations visuelles. Un poulet peut « connaître » jusqu’à 50, voire 100 congénères. Il aime gratter le sol, lisser ses plumes, étirer ses ailes, prendre un bain de poussière… Malheureusement, l’élevage industriel, très majoritaire en France, ignore ces besoins comportementaux pourtant indispensables au bien-être des poulets, pour répondre à la demande croissante de poulet à bas prix. En 30 ans en France, la consommation de volailles par habitant a plus que doublé, passant de 12 kg/habitant en 1970 à plus de 25 kg aujourd’hui.

Grossir vite, mourir jeune

Les poulets vivent naturellement jusqu’à 6 ans ou plus. Les poulets de chair intensifs sont abattus à moins de six semaines, les poulets certifiés sont généralement abattus à 8 semaines et les poulets fermiers et biologiques à environ 12 semaines.

Elevage intensif

Les poulets dans des systèmes intensifs sont généralement élevés dans des bâtiments surpeuplées où beaucoup de leurs comportements naturels ne peuvent pas être exprimés (gratter le sol en quête de nourriture, se percher en hauteur…), ce qui peut provoquer de sérieux problèmes physiques et psychologiques. Découvrez les problèmes posés par l’élevage intensif pour le bien-être des poulets de chair

http://www.ciwf.fr/animaux-de-ferme/

la pieuvre géante du Pacifique, une mère dévouée

3135455982_1_2_NGtnVtWu

Cette incroyable vidéo nous montre que même dans la nature, la volonté d’une mère à sacrifier sa vie pour la sécurité de ses bébés sera toujours la plus puissante.

Rencontrez une des créatures les plus mystérieuses de l’océan: la pieuvre géante du Pacifique

J ai toujours su que les pieuvres était  des créatures  incroyablement intelligentes mais je n’ avais jamais réalisé qu’elles étaient capables d’être ces mères aimantes!

Ce clip suivant, de la BBC / Discovery série de canal Life, amène les larmes aux yeux. Cette série de télévision est  une suite à celle immensément populaire de Planète Terre qui a capturé des dizaines de moments incroyables directement de la nature. Mais de tous les clips, c’est la plus déchirante.

Cela n’est pas important que vous soyez  mère humaine ou une mère animale, une maman et son bébé partagent  un lien puissant. Que ce soit la belle octomom de  la vidéo ci-dessous ou la jeune mère humaine qui a sacrifié sa vie pour donner naissance à son bébé, ce lien est indestructible et aucune force sur Terre  ne pourra  l’interrompre.

Chaque fois que je regarde cette vidéo incroyable, mon cœur se gonfle d’un  amour éternel pour tout ce que ma mère a fait pour moi.

Pour les mères du monde entier, qu’elles  soient à deux ou à huit pattes, vous êtes toutes belles ! Merci!

S’ il vous plaît partager ce si vous pensez que toutes les mères sont étonnantes !.

http://octopus.littlethings.com/octopus-mother-ultimate-sacrifice-life-bbc/?utm_source=LTas&utm_medium=Facebook&utm_campaign=animals

Plaidoyer pour les animaux de ferme – les poissons – (2ème partie)

poissons truite-riviere

Plus de 63 milliards d’animaux sont élevés chaque année dans le monde pour notre alimentation. En Europe, plus de 80% sont issus d’élevages intensifs, dits industriels : animaux génétiquement sélectionnés pour une productivité optimale, confinés dans des bâtiments surpeuplés, sans pouvoir exprimer les comportements propres à leur espèce.

Certains labels de qualité et les produits issus de l’agriculture biologique offrent souvent l’assurance de meilleures conditions de vie pour les animaux. Vous informer sur les modes d’élevage des animaux est la première étape vers des actes d’achats responsables.

POISSONS

Les poissons sont des êtres très complexes, capable de ressentir douleur, peur et stress.

Les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques qui vivent dans les mers et dans les eaux douces. La plupart des poissons ont des sens très développés, notamment le goût, l’odorat et la vision des couleurs. Ils ont aussi des récepteurs sensitifs formant la « ligne latérale » leur permettant de détecter les courants faibles et les poissons et proies à proximité.

Ils sont capables de ressentir la douleur, la peur et le stress psychologique. Des preuves scientifiques ont d’ailleurs montrées que les poissons sont beaucoup plus intelligents qu’on le croit. Ils ont une mémoire à long terme, des structures sociales et sont capables de résoudre des problèmes ; certains ont même recours à des outils.

D’où viennent les poissons d’élevage ?

Les hommes pêchent depuis des dizaines de milliers d’années, depuis l’époque des chasseurs-cueilleurs. Les poissons sont élevés en Chine depuis 3500 ans avant JC : les poissons, essentiellement des carpes, étaient maintenus dans des étangs artificiels remplis suite à des débordements de rivière. Certaines espèces comme le saumon et la truite ont été sélectionnées spécifiquement pour la pisciculture.

L’élevage des poissons aujourd’hui

Comme les stocks de poissons sauvages s’effondrent à cause de la surpêche, la pisciculture se développe rapidement. En 1970, seulement 5% environ des poissons que nous mangions venait de la pisciculture. Aujourd’hui, la moitié des poissons que nous mangeons est issue d’élevage. Des scientifiques prédisent que d’ici 2048, les stocks de toutes les espèces de poissons des mers seront effondrés, obligeant à s’appuyer presque exclusivement sur les poissons d’élevage.

En France, on élève principalement des truites, des bars, des daurades, des turbots, des saumons et des soles. La France est le troisième producteur européen de truites élevées en eau douce avec près de 36 000 tonnes par an et produit environ 5000 tonnes de poissons marins. D’autres espèces sont élevés dans le monde, comme le poisson-chat, le loup de mer ou encore le tilapia.

Aujourd’hui, la grande majorité des saumons Atlantique et des truites Arc-en-ciel sont issus d’élevages piscicoles intensifs.

Les poissons sont élevés en très grand nombre dans des bassins, nasses ou cages géantes flottantes dans les rivières, lacs ou mer.

La plupart des poissons d’élevage sont majoritairement nourris avec des poissons sauvages.Pour produire un poisson d’élevage comme le saumon, il faut environ trois fois son poids en poissons sauvages. Non seulement cette solution n’est pas soutenable, mais en plus elle engendre de sérieuses préoccupations quant à la façon dont les poissons sauvages sont capturés et abattus.

L’impact environnemental et la qualité des poissons provenant des élevages piscicoles industriels sont régulièrement pointés du doigt. Mais l’impact négatif de ces élevages pour le bien-être des poissons est encore très largement méconnu.

UNE PISCICULTURE PLUS RESPECTUEUSE

Des élevages plus respectueux

Les poissons peuvent être élevés de façon plus respectueuse de leur bien-être que la pisciculture intensive conventionnelle. Certaines normes existent pour améliorer le bien-être des poissons d’élevage. En France, les labels Agriculture Biologique (truite, saumon, carpe, bar, daurade…) et Label Rouge (saumon, truite, turbot…) garantissent des pratiques d’élevage favorisant le bien-être des poissons.

Contrairement aux normes biologiques pour les autres animaux, les poissons bios sont aussi élevés dans des cages. Cependant le cahier des charges de la pisciculture biologique limite les densités (les poissons disposent de plus d’espace), exige une eau de bonne qualité suffisamment oxygénée et des conditions de température et de lumière conformes aux exigences de l’espèce. Ce label impose aussi d’utiliser des méthodes d’abattage moins cruelles.

Les poissons sauvages capturés

Saumons sauvages remontant les chutes de Brooks durant la migration annuelle, Alaska.

Les poissons sauvages capturés offrent une alternative aux poissons d’élevage. Ils évitent des problèmes de bien-être liés à l’élevage de poissons dans des cages, mais ils sont encore largement abattus selon des méthodes inacceptables.

La durabilité des stocks de poissons sauvages est également sérieusement menacée.

Les poissons sauvages issus d’une pêche plus durable sont disponibles – Consultez la page Quels poissons choisir ? pour en savoir plus

http://www.ciwf.fr/animaux-de-ferme/

Le recyclage, c’est ça aussi !

2029373-inline

Ces magnifiques insectes sont aussi majestueux que ceux que l’on voit virevolter dans les jardins ensoleillés.

Entièrement fabriqués avec des composants électroniques, ces papillons, libellules, scarabées et autres bêtes ailées sont l’oeuvre de Julie Alice Chappell, une artiste qui a eu l’idée de recycler ces matériaux usagers pour leur donner une seconde vie. Elle assemble ainsi minutieusement cartes graphiques, circuits électroniques, diodes, etc…, autant de pièces colorées qui se transforment en précieux insectes plus vrais que nature.

http://www.planet.fr/magazine-elle-cree-de-magnifiques-insectes-avec-des-composants-electroniques.841822.6553.html