Un parc naturel américain veut tuer 1000 bisons

Abattage :

Le parc de Yellowstone (Etats-Unis) est particulièrement connu pour ses bisons sauvages attirant la curiosité de millions de touristes tous les ans. En effet, ce parc possède la plus grande harde au monde considérée comme la dernière de bisons sauvages de pure race aux Etats-Unis. Le Yellowstone National Park est situé au nord-est du Wyoming et empiète légèrement sur les Etats de l’Idaho et du Montana. Pendant l’hiver, les bisons, ignorants des frontières, passent dans l’un des Etats voisins : le Montana. Pour réduire le nombre d’animaux durant la migration annuelle vers cet Etat, le parc de Yellowstone a décidé d’abattre 1.000 bêtes cet hiver.

Selon le communiqué officiel du parc, les femelles et les juvéniles seraient en priorité ciblés par cette action afin de réduire le taux de reproduction.

Le jeudi 26 novembre 2015, les dirigeants du parc rencontrent les représentants des tribus indiennes locales, les Etats concernés et les agences fédérales afin de convenir d’un plan d’action. Selon le parc, l’abattage servirait à éviter la propagation d’une maladie dont certains bisons de la harde sont atteints : la brucellose.

La récente proposition du parc de Yellowstone est une continuation de la politique débutée en 2000 où un accord avait été trouvé entre le Montana et le gouvernement fédéral pour autoriser l’abattage d’un bison si celui-ci pénétrait trop loin dans les terres de l’Etat et représentait un risque d’infection pour les cheptels du Montana.

Une possible mise en quarantaine de la harde en 2016

Selon l’un des porte-parole du parc : « Une étude a été menée pendant plusieurs années afin de savoir si une vaccination des bisons sauvages était possible mais il s’est avéré que le projet n’était pas viable. » La personne précise également qu’un projet de déplacement des bisons sauvages est en cours d’étude. Il permettrait de mettre en quarantaine la harde sans avoir recours à un abattage massif. Seulement, cette solution alternative n’est pas prévue avant 2016 car transporter des bisons sauvages à travers les Etats est difficile sur le plan légal.

Selon Jonathan Proctor, directeur du programme Rockies and Great Plains de l’organisation à but non lucratif des Défenseurs de la Nature : « Le Montana traite les bisons différemment des autres espèces sauvages : ils sont persécutés ». Pour lui, la brucellose est un faux problème car il n’y a eu aucun cas avéré de transmission de la maladie à un cheptel d’animaux d’élevage. Selon lui, c’est le bétail qui devrait être vacciné et « le parc devrait arrêter de traîner des pieds au sujet du déplacement de la harde ». Depuis les années 80, 6.300 bisons ont déjà été abattus dont 1.900 par des chasseurs.

Source : Sciences et Avenir.

*Luce.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s