Archive | décembre 2015

Dis Mémé, comment qu’on fait ?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000grand mère

Les trucs de grand-mère, simples, efficaces, pas chers et bons pour la santé.

http://www.autourdunaturel.com/par-quoi-remplacer-leau-de-javel/

Publicités

Promenades dans Paris

 

Jardin des Plantes à Paris :
lieu de tout temps à la mode

(D’après « Promenades dans Paris », paru en 1906)

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Jardin-Plantes-Paris

C’est à un émouvant voyage au coeur du Jardin des Plantes, ouvert au public en 1634, que le peintre, illustrateur et écrivain Georges Cain, conservateur du musée Carnavalet pendant quelque vingt ans, nous convie en 1906, évoquant quelques souvenirs de son enfance qui s’y rattachent et retraçant l’histoire de ce lieu unique niché au sein de la capitale

Le  meilleur de la vie est peut-être fait de souvenirs, écrit en 1906 Georges Cain, fils du sculpteur animalier Auguste Cain : aussi ne saurais-je franchir sans être délicieusement impressionné les grilles du vieux Jardin des Plantes où, tout enfant, un livre à images sous le bras, j’accompagnais mon père qui, comme Delacroix, comme Barye, comme mon grand-père P.-J. Mène, comme Gérôme, comme Frémiet, comme Rosa Bonheur, y installa si souvent sa petite selle à modeler à quelques centimètres des tigres et des lions qu’il copiait.

Nous y arrivions de bon matin, vers huit heures, avant l’invasion des visiteurs ; le gardien, qui s’appelait Bocquet, un grand diable, maigre, avec des yeux de flamme, caressait ses fauves, les interpellait, leur jetait de menus morceaux de viande pour leur faire donner le mouvement voulu, et ’mon père, familier par habitude avec ces belles bêtes, aux yeux parfois si doux et si profonds, leur tapotait la tête qu’elles venaient, câlines, frotter contre les barreaux.

La suite ici : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article9455

Des loisirs inadmissibles

 

 

Chasse et Pêche : le plaisir de tuer

La chasse et la pêche sont des passe-temps violents et cruels qui banalisent l’acte de tuer.

Ils ne répondent plus à aucune nécessité alimentaire dans nos sociétés modernes et n’existent plus qu’en tant que loisirs.

Quant à leur rôle écologique, la gestion des équilibres naturels dont les chasseurs se prétendent les gardiens serait infiniment mieux assurée si on laissait les prédateurs naturels, loups, lynx, renards ou martres, reprendre leur place au sein de la chaîne alimentaire dans des espaces naturels préservés.