Voici l’histoire des chevaux de corrida

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012390973_808150565980560_1581310243094342426_n

Le cheval de picador a un œil bandé (parfois les deux, malgré l’interdiction) de façon à être soumis aux ordres de son cavalier mais aussi pour ignorer la présence du taureau dont la vue ne manquerait pas de le terroriser.

D’autant que par ses réactions, le cheval pourrait présenter un danger pour les acteurs du spectacle. Pour des raisons identiques, du papier journal serait profondément enfoncé dans le conduit auditif. Outre cette préparation contre nature, des sédatifs leur sont presque toujours administrés avant le début de la manifestation.

Inventé à Nîmes par les frères Heyral en 1921, le caparaçon, protection du cheval de picador, est régulièrement utilisé depuis 1928, date à laquelle il a été rendu obligatoire en Espagne. Son poids avoisine 25 kg. Alain Bonijol, qui organise des corridas privées en famille, a monté une entreprise en 1991. Il possède dix-huit chevaux capables de servir les picadors et fabrique les caparaçons dans son atelier. L’adoption de cette protection ne se fit pas sans mal, nombre d’amateurs estimant l’éventration nécessaire à la dimension du spectacle ! Quoi de plus amusant que le spectacle d’un animal qui s’enfuyait en déroulant ses intestins?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012342668_808150582647225_95546593747139490_n

Malgré ce, lorsque le cheval tombe sous la charge du taureau et le poids du caparaçon il expose aux cornes plusieurs parties de son corps, vulnérables, car non protégées par le caparaçon : la tête, le cou, les pattes et surtout la partie du ventre laissée à nu pour pouvoir être éperonnée par le picador.

Il s’ensuit de graves blessures comme le 24 septembre 2000 à Floirac, près de Bordeaux, laquelle a provoqué une sortie des intestins. À Aire-sur-Adour et à Mont-de-Marsan deux chevaux de picador sont morts ces trois dernières années* (de 2004 à 2006) suite à des blessures similaires.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012391444_808150562647227_601902454187140741_n

Aujourd’hui, je reste persuadée que si les chevaux avaient continué à être étripés de la sorte, l’audience aurait sensiblement diminué et la corrida décliné.

Mais, en dissimulant l’horreur, on la rend plus acceptable…

http://www.allianceanticorrida.fr/cheval.html?fb_action_ids=1435117213400667&fb_action_types=og.likes&fb_ref=.U_TxmGwFBJa.like#.VnFrA0qLSP3

Publicités

2 réflexions sur “Voici l’histoire des chevaux de corrida

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s