Archive | août 2016

L’égalité n’existe pas.

citation faire de son mieux10634081_1552803335033525_6131649825857516238_o

L’égalité entre les hommes n’existe pas et ne peut pas exister pour la bonne raison que nous sommes tous différents et agissons en fonction de notre personnalité, notre caractère, notre éducation.

Il y a ceux qui, dans une situation donnée, ne feront rien et  d’autres, au contraire, essayerons de changer les choses, oseront agir, se risquer.

Le résultat sera différent  pour chacun selon  l’époque et le lieu auxquels les choses se passent, la méthode employée, les risques encourus, le facteur chance etc…

Ainsi, des gens issus d’une situation identique seront différents à la fin de l’expérience, certains possédant tout ou presque d’autre beaucoup moins et d’autres encore rien du tout.

Maintenant pour conclure on pourrait se poser la question de savoir qui sont les plus heureux : les nantis, ceux de la deuxième catégorie ou ceux qui n’ont rien ?

Mais avant de répondre il faudrait définir ce que c’est qu’être heureux ?

Yaël

Publicités

Lourdes : les miracles des lecteurs

 

 

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000sni-logo

Chère lectrice, cher lecteur,

Suite à ma lettre du 15 août sur Lourdes, des lecteurs de Santé Nature Innovation ont écrit sur mon site Internet qu’ils avaient personnellement été témoins de miracles. [1]

Immédiatement, d’autres leur ont répondu :

« Des processus mentaux purement matériels peuvent produire le même type d’expérience que ce que l’on rapporte comme étant mystiques. 

En fait, on peut les provoquer par différents moyens physiques et chimiques… 

Malheureusement, le spectacle du monde depuis l’invention mythique du judéo-christianisme et ce que j’ai lu dans la Bible ne m’assurent absolument pas qu’il existe un Dieu véritablement bon. 

Pour gouverner la nature, il faut la comprendre et, pour ce faire, l’étudier, l’observer, expérimenter et non la sacraliser. »

Les hostilités sont ouvertes !

D’un côté, les croyants qui font confiance à Notre-Dame. De l’autre, ceux qui croient à la toute puissance de « l’étude, l’observation et l’expérimentation scientifiques » qui nous permettront bientôt de « gouverner la Nature ».

Qu’en pensent les médecins ?

Il faut préciser que les miracles de Lourdes sont validés par des médecins laïcs qui n’adhèrent à aucune forme de croyance.

Le problème énorme de la médecine est qu’elle intervient sur un système ultra-complexe : l’être humain.

L’être humain est influencé par le climat, ce qu’il mange, sa spiritualité, son sommeil, les microbes, ses semblables…

Il y a tant de paramètres que, jamais, vous ne savez au juste ce qui explique quoi, quand vous prenez un cas individuel.

Il arrive que des personnes cancéreuses en phase terminale guérissent. C’est rare mais cela arrive. Une personne sur cent mille environ.

En pleine santé au milieu d’une épidémie de peste

Au milieu des pires épidémies, de nombreuses personnes, qui ne sont ni mieux nourries, ni mieux soignées que les autres, se portent comme des charmes.

Elles peuvent même en profiter pour créer les plus belles œuvres.

Je pense par exemple au grand architecte florentin Brunelleschi, né en 1377. Il construisit la plus grande et la plus belle coupole de l’univers, à la cathédrale de Florence, tandis que la peste éliminait la moitié de la population de la ville ! Partout, des cadavres jonchaient les rues !

L’épidémie de peste qui ravageait Florence au XVe siècle n’a pas empêché l’architecte Brunelleschi et ses ouvriers, manifestement au plus haut de leur forme, de construire la plus haute et la plus belle coupole de l’univers ! Brunelleschi a dû développer pour cela des modèles mathématiques d’une extrême complexité, dans une époque réputée pour son hostilité à la Science (au moment où la cathédrale fut inaugurée, on brûlait Jeanne d’Arc à Rouen !).

Mort d’une diarrhée dans un hôpital ultra-moderne

Réciproquement, à l’heure où nous disposons des plus puissants moyens préventifs et thérapeutiques,des antibiotiques et de la microchirurgie assistée par ordinateur, des personnes décèdent, jeunes, et en bonne santé, de grippes, de crises d’appendicite, de diarrhées !

Et je ne parle pas de toutes celles qui ont « tout pour être heureuses », nourriture, habits, loisirs, argent, activités sociales en tout genre, mais qui ne pensent qu’à se droguer, qu’à se mutiler, à s’auto-détruire – et la médecine n’y peut rien.

Pourquoi ?

La médecine impuissante devant des questions simplissimes

On veut croire que les choses sont simples.

Que nous sommes « sortis » de l’ombre, de l’ignorance médiévale, pour entrer dans l’âge glorieux de la Science et de la Connaissance, où tous les mystères seront expliqués.

On nous prouve d’ailleurs tous les jours, en nous montrant l’iPhone, le GPS et les écrans numériques, que cette science avance à pas de géants, que rien ne pourra plus arrêter le progrès, que nous serons bientôt éternels.

Et moi je demande à un médecin :

  • Pourquoi, parmi mes enfants, qui vivent sous le même toit et mangent la même chose, y en a-t-il deux qui sont enrhumés depuis une semaine, avec toux grasse et chandelle jaunes-vertes tandis que les autres n’ont rien du tout ?
  • Pourquoi, après avoir bu l’eau du même torrent de montagne, y en a-t-il un qui a la diarrhée et pas les autres ?
  • Pourquoi le deuxième a-t-il eu des verrues qui ont résisté à tout traitement médical, pour disparaître du jour au lendemain, sans n’avoir rien fait de spécial ?
  • Pourquoi le mal de tête du troisième disparaît-il avec 250 mg d’aspirine alors que celui du 4e résiste à l’imigrane (le nouveau médicament prétendument miracle contre les migraines) ?
  • Pourquoi une minorité d’enfants vaccinés contre la rougeole attrapent la rougeole ?

A ces simples questions, il n’y a aucune réponse, seulement des sourcils qui se lèvent, des regards dubitatifs, des raclements de gorge, des visages qui se détournent, des soupirs et des grognements :

« Ah, vous savez, c’est compliqué tout ça, la médecine n’est pas une science… »

Je veux bien.

Mais tout de même.

Un homme que j’admire :CHURCHILL

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Churchill

Churchill, le lion au cœur tendre

La semaine dernière, Stéphane Bern (Secrets d’Histoire) nous a offerts sur France 2 une exceptionnelle rencontre avec Winston Churchill, dans sa vie publique comme dans son intimité.

Vous pouvez la voir ou revoir jusqu’à mardi sur internet. Vous pouvez aussi retrouver Churchill sur notre site…

Churchill, un guerrier-né          Churchill (France 2)

Lire la suite ici :  https://www.herodote.net/Winston_Churchill_un_guerrier_ne-synthese-187-164.php

Extrait de Hérodote

Augustin (354 – 430) Un théologien entre deux mondes

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Augustin

Augustin d’Hippone est le théologien chrétien le plus fascinant qui soit et sans doute le plus important après Paul de Tarse.

Né à la fin de l’empire romain, Augustin assiste aux grandes invasions et à la prise de Rome par le Wisigoth Alaric. Il a la sensation de tout un monde qui s’écroule autour de lui et cette sensation va imprégner ses écrits.

Un jeune homme attiré par la sensualité

Augustin est né à Tagaste, en 354, dans une province romaine constituée de l’Algérie et de la Tunisie actuelles, d’un père païen et libertin et d’une mère chrétienne et pieuse,Monique. Il mène une vie de plaisirs avant de se convertir à 32 ans à l’exemple de sa mère.

Il raconte dans les Confessions qu’accablé de doutes dans le jardin de sa maison de Milan, il entendit un enfant du jardin voisin chanter : « Tolle, lege, tolle, lege ! » (« Prends et lis ! Prends et lis ! » en français). Jetant les yeux sur un livre que tenait ouvert son ami Alype, il lut alors une lettre de Saint Paul aux Romains : « Vivons honnêtement, comme en plein jour, sans goinfreries ni beuveries… Comme on s’habille d’un nouvel habit, revêtons-nous du Christ et ne nous soucions pas ainsi de notre corps ». Cela décida de sa conversion et il se fit baptiser par Ambroise, l’évêque de Milan.

Une légende veut qu’un jour, le jeune homme demande à Ambroise si le repos hebdomadaire devait se célébrer le samedi comme à Milan ou le dimanche comme à Rome. Il s’attire une réponse devenue proverbiale : « À Rome, fais comme les Romains ».

Augustin est bientôt élu évêque d’Hippone et, jusqu’à sa mort, il va tenir un rôle central au sein de l’Église, notamment par ses prêches, ses lettres et ses écrits.

Un analyste lucide de son temps

Dans les premiers siècles du christianisme, les croyants pensaient que la fin du monde et le Jugement dernier étaient imminents. Ils ne voyaient pas d’intérêt à préserver l’ordre social. Le célibat, la chasteté et le refus de porter les armes témoignaient d’une lecture littérale des Évangiles et de l’enseignement de Saint Paul.

Au temps d’Augustin, on n’en est plus là. La fin du monde n’est plus à l’ordre du jour. D’autre part, le christianisme paraît solidement établi dans l’empire romain. Prenant acte de sa prépondérance, l’empereur Théodose le proclame religion officielle en 392.

Contre ceux qui prennent à la lettre le commandement biblique : « Tu ne tueras point », il légitime le concept de « guerre juste ». À la recherche du juste équilibre, il combat avec la plume les tendances sectaires qui fleurissent dans la chrétienté des premiers siècles.

Augustin s’éteint à 76 ans, le 28 août 430, pendant que les Vandales de Genséric assiègent sa bonne ville d’Hippone. Son oeuvre immense (plus de trente mille pages) le range parmi les plus grands Docteurs de l’Église (*) ; il est le patron des théologiens.

Augustin d’Hippone reste l’un des écrivains les plus lus et les plus étudiés dans toutes les langues et sur tous les continents. Les bibliographies le concernant représentent environ 300 livres.

https://www.herodote.net/Augustin_354_430_-synthese-207.php 

Un peu d’histoire : Droit du sol, droit du sang La citoyenneté dans l’Histoire

 

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000citoyennete7_constitution_1791_maxi

La citoyenneté par la filiation (droit du sang) était la règle dans l’Antiquité. Elle le demeure dans la plus grande partie du monde. L’Occident lui préfère aujourd’hui le droit du sol, installé à la fin du XIXe siècle en France.

La suite ici  https://www.herodote.net/Droit_du_sol_droit_du_sang-synthese-2142.php

Nous pouvons faire quelque chose

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000EFAd9706260

Chers amis,

C’est de nouveau cette époque de l’année – les 3 Semaines – où nous pleurons la destruction des Temples de Jérusalem (à près de cinq siècles d’intervalle) et l’exil de notre nation qui suivit. Mais, comme l’écrivent les maîtres hassidiques : « Une seule action est meilleure que mille soupirs. » Nous pouvons (et devrions) faire plus que simplement nous morfondre et soupirer. Le Rabbi de Loubavitch – Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson, de mémoire bénie – avait l’habitude de suggérer un plan d’action à deux volets :

a. Les Temples furent détruits et la souveraineté juive fut perdue en raison de querelles insensées au sein de notre peuple. Tendez la main à d’autres dans la bonté et l’amour, et nous serons un peu plus près de là où nous devrions être.

b. Même si les Temples n’existent plus dans notre monde physique, nous pouvons les recréer dans les mondes de la pensée et de la parole. Étudiez la structure, la fonction et la signification du Temple, et il sera beaucoup plus près de devenir une réalité.

Espérons et prions que, si nous faisons tous notre part, D.ieu déterminera que le temps est enfin venu de mettre fin aux souffrances et que notre peuple soit restauré dans la pleine souveraineté de sa maison légitime, en Israël. Amen.

Menachem Posner
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000chabadorg2

penser avant douvrir la bouche.com

Anita Krajnc

Animal rights activist Anita Krajnc gives water to a pig in a truck in a handout photo. On the eve of a court appearance, Krajnc is unapologetic about providing water to sweltering pigs in a truck on their way to the slaughterhouse on a hot day earlier this year.THE CANADIAN PRESS/HO-Elli Garlin

Vous passez à côté d’une auto verrouillée. Il y a un chien à l’intérieur. Il fait chaud. Qu’est-ce que vous faites ? Pour la plupart d’entre nous, la réponse serait simple. On briserait…………………

La suite ici : https://penseravantdouvrirlabouche.com/2016/08/28/le-proces-danita-krajnc-ou-laf Le procès d’Anita Krajnc ou l’affrontement entre deux conceptions de ce qu’est un animal .