Les stylos en folie

 

 

  0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000images

 

 

Nous sommes en 1976, en Afrique,. En 1974 mon mari et moi  avons divorcé mais sommes restés tous les deux à Abidjan et en contact car nous partageons la garde des enfants. Les relations sont souvent houleuses mais par moment  assez sympa, c’est ce qui se produit ce jour où il m’appelle au bureau pour me dire qu’il a rencontré une connaissance, qu’il l’a invitée à diner le soir même et il m’invite aussi pour la rencontrer, persuadé que cela me plaira. Il ne m’en dit pas plus.Le soir même nous nous retrouvons dans la villa que mon ex-mari habite toujours mais que moi j’ai quittée lors de notre séparation, en compagnie de son amie Nelly (vous savez celle qui est belle, intelligente etc….), de Gisèle une amie de celle-ci et de Bernard, la connaissance.

Bernard est un homme d’environ  40 ans. Après avoir passé plusieurs années à Abidjan, il est retourné en France car son contrat était arrivé à son terme puis ayant retrouvé du boulot, il revient  comme visiteur pour le compte d’une nouvelle société. Il est représentant en produits pharmaceutiques.

C’est un homme qui a toujours beaucoup voyagé et lorsque ils nous raconte ses années de Martinique je lui demande si là bas, il a approché le vaudou. C’est à partir de cette simple question que tout va s’enclancher car non seulement il nous raconte qu’il a vu, à plusieurs reprises, des séances de magie fort impressionnantes mais que lui même à une histoire pas banale que voici. :

Enfant, il vivait dans un petit village en France  et il avait l’habitude d’aller s’amuser dans le petit bois qui se trouvait assez près de chez lui. Juste avant d’entrer dans celui-ci, il y avait une sorte de masure dans laquelle vivait une très très vieille femme que les gens du village avaient toutjours connue ainsi et ils la nommaient souvent, « la sorcière »c’était une sorte de rebouteuse que l’on craignait mais que l’on appelait souvent pour les maux de ventre comme pour les entorses.

A force de passer devant cette bâtisse, la vieille femme avait commencé à lui faire des petits signes auxquels il avait répondu et un jour elle l’appelle. Il rentre dans son logis, elle le fait asseoir et lui dit :

« Je suis très vieille et je vais bientôt partir, mais avant, je dois transmettre à quelqu’un un don que j’ai reçu à ma naissance. Je t’ai bien observé et je sais que c’est à toi que je dois passer mes pouvoirs. Ne t’inquiètes pas, pour l’instant et encore pendant des années il ne se passera rien, mais un jour, tu sentiras que tu dois faire quelque chose qui te dépasse et pour que tu comprennes de quoi je parle, sache que ce que tu auras à faire aura pour but d’aider ton prochain ».

 La dessus elle a fait une sorte d’incantation. Bernard à 7 ou 8 ans, il ne comprend pas grand chose à ce qui lui a été dit, il  sort de la maison et reviendra dans son petit bois comme auparavant jusqu’au jour ou la vieille femme ne l’attendra plus sur le pas de sa porte, elle est partie comme elle l’a dit.

Des années passent, il est devenu un jeune homme d’un peu plus de 20 ans, a complètement oublié cet épisode jusqu’au jour ou, chez lui assis dans son salon, il sent une sorte de démangeaison dans sa main droite, suivie très vite d’un envie irrésistible d’écrire. Installé à la table, une feuille de papier et un crayon plus loin, sa main commence à écrire et elle va tellement vite qu’il ne sait pas ce qu’il fait c’est seulement lorsque tout redevient tranquille autour de lui qu’il réalise qu’il a écrit une lettre à quelqu’un qu’il ne connait pas. Dans celle-ci, il parle d’un enfant qui couve une grave maladie et il demande au père à qui cette lettre est adressée de le conduire chez le médecin pour des examens.

Avant d’envoyer celle-ci il rajoute un paragraphe expliquant ce qui est arrivé et demandant qu’on lui réponde dans le cas ou il s’avèrerait que ce qu’il a dit est exact car c’est la première fois qu’il est confronté à ce genre de situation et il ne sait pas ce qui lui arrive.

Quelques temps après, il recevra une réponse. Le père croyant avoir affaire à un fou est tout de même allé avec son fils chez un docteur,et les examens pratiqués on montré un début de leucémie qui, prise à temps à été facile à soigner.

Durant des années, il écrira beaucoup de lettres, toujours à des gens qu’il ne connaît pas, dans différents coin de France, toujours pour prévenir d’un danger, mais le plus spectaculaire sera le jour ou il écrira une nouvelle lettre mais celle-ci en Allemand, langue qu’il ne parle pas.Tous les destinataires confirmeront que l’avertissement a empéché un drame. Cela s’appelle l’écriture automatique.

Plus tard ils exercera ses dons de façons différentes et alors, les tables vont se mettre à tourner et il va devenir médium.

  Yaël

La suite demain.

Publicités

2 réflexions sur “Les stylos en folie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s