Victimes silencieuses

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000014702242_1704727086504766_7512687810710932180_n
Gerard Baïle  (FB)

« P206-P207 « Victimes silencieuses », Samir Mejri
Deux années dans un laboratoire d’expérimentation animale

../.. Ce vendredi matin-là, je redescends du distributeur de boisson avec mon café en attendant que le cycle de l’autoclave se termine. Je feuillette le journal, accoudé contre le gros congélateur qu’ils viennent de mettre dans ma salle lorsque je suis surpris par des vibrations que me transmet mon coude, comme si le moteur venait juste de s’arrêter ou de démarrer. Je n’y prête pas attention. Jusqu’à ce que je ressente de nouveau les vibrations. Puis encore une fois. Il est déjà foutu leur congélateur me dis-je. Mais en fait de vibrations, en mettant ma main à plat sur le capot, je me rends compte que cela ressemblerait plus à des chocs venant de l’intérieur. Non sans appréhension, j’ouvre le capot. Je sens mon sang se glacer d’effroi. Au milieu des sacs poubelle rouges de sang, des organes prélevés et de têtes de gerbilles entreposées là, un chien, ouvert de la gorge au pubis, les intestins encore mus par des mouvements péristaltiques, est secoué par de violents soubresauts, agonise dans le congélateur. Je me sens vraiment mal, devant cette soudaine vision d’horreur. Des larmes de colère et de douleur coulent sur mes joues tandis que je cours aux toilettes pour vomir mon petit-déjeuner. Je ne pense même pas à retourner dans la salle pour refermer le congélateur ni finir mon travail de stérilisation. De rage, je prends les clés de l’animalerie des chiens et je leur ouvre la porte, mais rien n’y fait, les pauvres bêtes ont aussi peur de moi que de n’importe quel autre animalier, avec ma blouse blanche. Je pars en laissant tout ouvert, profondément choqué par ce que je viens de voir. J’envoie le gardien et sa feuille de présence sur les roses et je rentre chez moi. ../.. »

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000014657365_1704728146504660_4262510542914525621_n

« L’historique des médicaments qui ont fait le succès de l’institut. Des
médicaments, mais aussi des recherches qui ont contribué à leur fabrication.
Et c’est bien vite un descriptif des protocoles d’expérimentations qui nous est présenté : les souris que l’on gave, que l’on décapite à la guillotine par dizaine, les cerveaux que l’on broie et que l’on centrifuge, les gerbilles…
Christine découvre la réalité de ce qu’elle tapait, traduit en terme
médical, dans les mémos, qui partent pour être publiés dans les revues médicales et de recherches. Comment se douter et imaginer ce que cache un titre comme : Presence of specific binding sites for platelet-activating factor
(PAF) in brain ? Où sont passés les cris des gerbilles ?
La valse des expériences continue, commentée par une voix suave
imperturbable. Christine a les yeux écarquillés, la bouche figée dans un rictus de dégoût.
Le document se termine par le résumé éloquent de l’expansion de
l’institut.
Chiffre d’affaires vertigineux :
Département de gastro-entérologie :
296 millions de francs
Département de biotechnologie :
580 millions de francs
Filiale allemande :
50 millions de deutsch marks
Sans compter les autres laboratoires contrôlés par un système de
holding.
Chiffre d’affaires total : 1 milliard de francs
Une maquette réalisée par ordinateur nous présente ce qui sera le
fleuron de l’institut : son nouveau centre de recherche ; avec un
investissement de 113 millions de francs, une superficie de 10.000 m 2 , 150
personnes… et une animalerie prévue pour une centaine de chiens. Franck et ses 5 chiens par jour fait figure d’artisan !

« Victimes silencieuses », Samir Mejri

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s