Je le sais !

image-pour-article13606801_936812499762291_7664075398480657399_n

 

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire et cet événement me permet chaque année de faire un petit bilan de ce que j’ai fait de ma vie.

-Mes échecs m’ont permis de comprendre que rien n’était jamais gagné d’avance,

-Mes succès m’ont appris que lorsqu’on est sur le bon chemin, tous les espoirs sont permis.

Cette vie qui m’a été donnée voici 78 ans est une vie réussie parce qu’elle est devenue ce que  j’en ai fait et non ce que j’ai subi.

Je ne sais pas combien de temps je pourrai continuer ainsi mais cela n’a pas d’importance car ce qui compte, c’est ce que je ferai du temps qui me reste et faites moi confiance, j’ai bien l’intention de continuer sur ma lancée en remerciant le ciel de m’avoir permis d’être ce que je suis.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000mercilavie

 le 26 Octobre 1938, à Evron, petite ville de Mayenne, est née un bébé qui s’appellera pendant des années Jeannine, Simone, Andrée.

Je le sais, j’y étais.

Sa vie ressemble à beaucoup d’autres vies,

Enfant unique dans un foyer où les parents ne se parlaient pas, une scolarité claudiquante comme elle puisqu’elle était atteinte d’une  malformation de naissance, une adolescence dont il vaut mieux ne pas parler un début de vie de femme recherchant dans les bras des hommes qui traversaient sa route, les mots d’amour et les caresses qu’elle n’avait jamais eus.

Je le sais, j’y étais.

Elle s’est mariée, a eu deux fils, a vécu quelques années en Afrique elle a divorcé, a eu des amants recherchant toujours ce qu’elle n’avait pas encore trouvé. Elle a aimé son travail, gravissant les échelons  pour se retrouver assise confortablement dans un fauteuil de cadre et c’est là qu’elle a commencé à se poser des questions.

Je le sais, j’y étais.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre que sa vie, la vraie, était ailleurs, mais où ? là était la question. Elle a cherché, fouillé dans son passé, dans sa mémoire, dans le fin fond de son âme, elle a trouvé, alors elle est partie.

Je le sais, j’y étais.

Il y a 35 ans qu’elle vit dans le coin du monde qu’elle a choisi, un endroit qui n’est pas de tout repos, un lieu qui soulève des montagnes de questions, d’incompréhension et de haine et pourtant elle y est bien même si  toutes ces années ont vu bien souvent son coeur se briser et ses yeux s’embuer de larmes.

Je le sais, j’y étais.

Mais que dire de cette vie qui touche à sa fin ?Réussie, ratée, tout dépend de la façon de voir les choses  mais aimer les jours qui passent, les emplir de choses simples et agréables, recevoir des animaux qui partagent sa vie, l’amour et la tendresse que, grâce à eux, elle a trouvés, ne serai-ce pas cela le bonheur ?

Savoir que l’on partira, un jour, bientôt, sans peur, pouvoir regarder derrière soi, sans amertume et sans regret, mais regarder aussi  devant soi pour apprécier chaque jour et chaque instant qui lui reste, continuer à se poser des questions, essayer d’y répondre, pousser des coups de gueule et des coups de coeur, preuve qu’elle vit pleinement et autant qu’elle le peut ce que la vie lui accorde encore,

Oui pour elle, c’est cela le bonheur et ça !

Je le sais, j’y suis.

Yaël

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s