Le poulet dans vos assiettes.

 

Gerard Baïle

« Une sélection des reproducteurs visant à produire des oiseaux «voraces» et l’addition de substances activant la croissance a l’alimentation des poulets donnent un «produit fini», qui est un poulet deux fois plus gros qu’il ne devrait l’être à ‘âge de sept semaines et deux fois plus gros qu’ils l’étaient avant l’apparition de l’aviculture industrielle et l’entrée de l’industrie chimique aaagerard-baile13913838_1673140926330049_7612674807460277856_oou pharmaceutique dans ce secteur.
Le résultat? Des PROFITS pour les dirigeants et des SOUFFRANCES pour ces oiseaux malades et déformés.
Les poulets de chair « industriels » (environ 90% du marché) passent leur courte vie dans d’énormes hangars sans fenêtres. Sans présence maternelle pour les guider, ils doivent se « débrouiller » par eux-mêmes dès le premier jour. Certains n’arrivent pas à trouver le chemin de la mangeoire ou de l’abreuvoir.
Vers la fin de la période d’élevage, certains poulets sont tellement infirmes qu’ils ne peuvent plus marcher; ces poulets meurent donc de faim ou de déshydratation.
Le ramassage des poulets morts en cours d’élevage est normalement une tâche quotidienne. Voici comment un employé d’un élevage de volailles l’a décrite:
«Cela doit être fait tous les jours à cause de la chaleur et à cause de l’entassement des poulets. Quand vous ramassez un poulet mort, il est courant qu’il soit déjà décomposé au point de n’être qu’un amas d’os et de matières liquéfiées.»
Il est impossible d’inspecter efficacement leur état de santé. De nombreux oiseaux morts ou moribonds ne sont pas remarqués; les cadavres se décomposent sur le sol. Les coups de chaleur causent de nombreuses morts.
Beaucoup meurt très jeunes par des maladies, dont les crises cardiaques ou les syndromes de foie graisseux ou de reins graisseux. Des maladies virales comme la maladie de Gumboro (qui détruit le système immunitaire et a été surnommée ie « SIDA des poulets ») et l’Agent Anémique du Poulet font des victimes, portant souvent le taux de mortalité bien au delà de 10%.
L’Ascitis est une autre conséquence de la producttion de poulets ayant beaucoup de chair mais des organes qui ne sont pas assez développés pour fonctionner correctement. Cette maladie, qui se traduit par une accumulation d’un fluide jaune ou taché de sang est une maladie associée à:
«un besoin très important d’oxygène dû à la croissance rapide des poulets modernes, combiné avec un manque d’espace pour la circulation du sang dans les capillaires des poumons.»
(Poultry Diseases, Ed.
F.T.W. Jordan, Baillere
Tindall,)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s