Les gitans, dernière partie

drapeau gitanis

Le temps du malheur

Au XXème siècle leur stigmatisation s’accroit et on leur reproche leur mode de vie et leur singularisme En Allemagne en 1935, avec les lois de Nuremberg (sauvegarde du sang et de l’honneur allemand) celles-ci visent non seulement les juifs mais aussi les « asociaux » au premier rang desquels, les nomades.

Internés, massacrés et exterminés, des dizaines de milliers de tsiganes sont enfermés dans des camps et en 1942, on les dirige vers Auschwitz dans une partie qui leur est réservée.Les épidémies font rage plus encore que les gazages et les enfants nains ou jumeaux sont orientés vers les laboratoires du tristement célèbre docteur Mengelé pour des expériences « in vivo »

Sur un million de tziganes vivant en Europe avant la guerre plus de 220.000 furent les victimes du génocide.

La vie reprend son cours et fidèles à leurs coutumes, les tziganes continuent à pâtir de différentes formes d’exclusion qui n’ont heureusement  rien de comparable  aux horreurs de la période nazie.

Le « romani » langue orale donc dépourvue d’écriture est à la base de l’identité tsigane même si beaucoup ne la parle pas. Un autre facteur d’identité est l’endogamie : on se marie dans la communauté et l’on se tient à l’écart des étrangers « gadjos »

On compte environ 8 à 12 millions d’individus en Europe dont une majorité dans les pays de l’Est, plus de 2 millions en Roumanie le reste se répartissant entre la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, et en république tchèque. On entrouve aussi en grèce et en Turquie mais ils n’y sont pas recensés. En France ils sont plus de 300.000, en Espagne 700.000, en Allemagne 130.000, en Italie 120.000 et 1 million en Amérique du Nord.

Les tziganes ont apporté à leurs hôtes des rythmes musicaux d’une profonde originalité et les guitaristes Django Reinhardt, né en Belgique dans une roulotte et Manitas de Plata (petites mains d’argent) né lui aussi dans une roulotte à Sète continuent de faire vibrer les cœurs au dela de la communauté Tzigane.ba 06/08/2010

L’URI (Union Rom Internationle)a adopté en 1971 le drapeau « Rom » qui a pour originalité de représenter un peuple et non un pays.

La roue à 16 rayons symbolise la route, le voyage, la roulotte mais surtout les origines indiennes des Roms d’ou la ressemblance entre leur drapeau et celui de l’Inde.

La couleur bleue symbolise le ciel, la liberté, les valeurs spirituelles tsiganes

Le vert est un hymne à la nature au progrès et à la fertilité, aux valeurs matérielles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s