l’histoire du miroir

miroir1

 

 

Jugé utile par les grecs et maléfique par l’église médiévale, le miroir à toujours beaucoup fait parler de lui.

 

Au départ il s’agit d’un disque de bronze muni d’un manche ; pour Socrate, il conduit à se mieux connaitre et pour Sénèque il aide à mettre ses actes en harmonie avec soi-même.

 

Le problème c’est que les hommes ont travesti les messages et au lieu de se voir ils se sont admirés tel Narcisse qui se regarde dans l’eau et mourra de désespoir.

miroir2-300x102 

Au moyen-âge, c’est le miroir de verre qui fait son apparition, objet de luxe sculpté et orné d’or ou d’argent. Pour l’église qui recommande de se regarder pronant l’introspection, fonction morale salutaire il est aussi perçu comme un piège au pouvoir mystificateur et l’inquisition sévira comme le prouve l’histoire de l’infortunée Béatrice de Plannisoles qui en 1321 est accusée d’hérésie d’adultère et de sorcellerie car parmi les choses « très suspectes » qu’elle détient, on trouve un miroir, outil indispensable aux sorcières, ce qui n’empêchera pas pourtant les plus grands princes dont Catherine de Médicis d’avoir recours à la divination par le biais du miroir afin de prendre des décisions politiques.

aaaaamiroir 3 

L’apogée du miroir est à son comble au XVIIème siècle lorsque les artisans verriers mettent au point de nouveaux procédés conduisant à la fabrication d’une matière aussi claire que le cristal de roche qui rend le miroir très brillant. Les meilleurs ouvrier se trouvent alors en Lorraine, Allemagne et Italie, dans l’Ile de Murano et c’est entre 1690 et 1720 qu’en France une nouvelle technique fait son apparition permettant d’obtenir des miroirs de qualité semblable à ceux de Venise et de plus grandes dimensions comme le prouve la galerie des glaces à Versailles. 

aaaaaa-miroir 4 6 

Là encore, l’église et  les moralistes vont intervenir censurant le regard sur soi et les traités d’éducation de la jeune fille de l’époque recommande la pudeur, le bain habillé les yeux levés au ciel au moment de se vêtir et dans les pensionnats, les miroirs sont prohibés. Il n’y a pas si longtemps, lors d’un décès on recouvrait les miroirs de peur que l’âme du défunt y reste captive et si par malheur il était brisé, cela apportait sept  ans de malheur.

 

Dans la bible le miroir a une connotation positive ; c’est ainsi que l’on apprend que lors de l’exode, les femmes emportèrent avec elle des miroirs dans lesquels elle se mirèrent avec leur mari provoquant ainsi le désir qui va les rendre mère. Le coran lui semble n’y attacher aucune valeur particulière et aucun verset n’en parle que se soit pour le conseiller ou l’interdire.

       aaaaamiroir5    

Et vous Mesdames, quelle image le vôtre vous renvoie-t-il ?

Advertisements

Une réflexion sur “l’histoire du miroir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s