Les sauver oui, les garder non !

Accaparation de la faune sauvage.

Vous êtes nombreux à vous indigner lorsqu’une personne vient à être cruelle envers un animal. Vous êtes nombreux à vous en prendre à un chasseur qui va tuer un animal. Vous êtes nombreux à prendre parti pour la protection de la nature. Vous êtes nombreux à aimer les animaux.

Vous êtes trop nombreux à vouloir les garder, les oisillons, les bébés hérissons, les chouettes, etc.… que vous avez trouvé dans la nature.

Vous les avez récupérés, soignés, vous vous y êtes attachés et vous les avez emprisonnés, dans des cages pour les oiseaux ou dans des enclos pour les hérissons. Par accaparation et non par amour des animaux, vous les avez privés de liberté, de leur vie, de leurs amours et de toutes ses autres petites choses qui font la vie.
Vous les regardez tous les matins, en vous disant « je t’ai sauvé », comme pour vous racheter une bonne conscience.

Et eux, oui, ils vivent. Mais quelle vie ?

Des petites cages posées dans un coin du salon, pour ces oiseaux qui ont besoin de voler, de chanter, de se reproduire, de vivre. Ils ne verront plus jamais le soleil, ils ne sentiront plus le vent dans leurs plumes, ils n’auront plus la liberté de trouver un partenaire et d’élever des petits.

Des hérissons élevés dans des salles de bains, qui ne verront plus jamais une haie, de fruits et de vers de terre, ni le plaisir de fouler la nuit l’herbe fraîche des prairies. Ils ne connaîtront que le carrelage froid, l’humidité, la prison. Ou pour les plus chanceux, ils auront une permission de sortie dans le jardin mais devront rentrer quand vous l’aurez décidé!

Et la seule réponse que vous nous donnez c’est : « j’aurais dû le laisser mourir quand je l’ai trouvé ? ». Bien sûr que non, vous pouviez contacter un centre de soins pour les prendre en charge afin qu’ils retrouvent la nature, leur demeure.

« Je m’y suis attaché donc, je le garde. »

Combien de chardonnerets, de pinsons, de linottes, de mésanges, de moineaux, de bouvreuils, de chouettes, de genettes, de fouines, … passeront leurs vies en prison ? Juste parce qu’ils ont été « sauvés ».

Je suis triste pour ces animaux qui passeront leur vie dans des cages, dans des enclos trop petits. Une vie d’ennui et de tristesse.

Alors arrêtez de critiquer les autres personnes qui détruisent la nature, car, si vous pensez comme cela, vous êtes comme eux, vous pratiquez la cruauté. Et vous avez le culot de nous dire que vous aimez la nature.

Petit coup de ras le bol ces derniers temps. Nous avions besoin de partager cela aussi avec vous.

Publicités

Une réflexion sur “Les sauver oui, les garder non !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s