Archives

 MIEUX QUE LA PERMACULTURE, LA MÉTHODE FUKUOKA

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000016105687_642578369259621_1913807694862892321_n

 

 

🌍 MIEUX QUE LA PERMACULTURE, LA MÉTHODE FUKUOKA

Masanobu Fukuoka, vous connaissez ?
Ce scientifique Japonais a développé un mode de culture naturelle, en totale harmonie avec la Terre et ses éléments. Sa méthode vat encore plus loin que les principes de la Permaculture. Voici pourquoi:

☘️Comment fonctionne la méthode Fukuoka

Microbiologiste à l’origine, Masanobu Fukuoka s’est très vite rendu compte des limites de l’agriculture scientifique, pratiquée à grands renforts d’intrants chimiques et d’opérations mécaniques.

Dès lors, il s’emploie à développer une autre forme d’agriculture, naturelle, en accord avec ses racines spirituelles, cherchant à réconcilier l’Homme et la Nature. Selon lui, la Nature n’a pas besoin de l’Homme pour s’épanouir. Ainsi, pour nourrir les populations, l’Homme n’a pas besoin d’avoir recours à des produits chimiques ou des interventions importantes, il n’a qu’à respecter le rythme de la nature, y être attentif et intervenir le moins possible.

Selon son raisonnement, la nourriture issue de l’agriculture, du jardinage doit être produite sans intervention de l’Homme, réduisant ainsi le coût de la production et le coût des produits.

☘️La Révolution d’un seul brin de paille

Grâce à l’étonnante simplicité et logique de sa méthode, Masanobu Fukuoka acquiert une renommée internationale. Avec son ouvrage, La Révolution d’un seul brin de paille, il inspire et notamment Bill Mollison et David Holmgren qui ont développé la permaculture.

Dans son ouvrage, il développe sa méthode : « […] répandre de la paille est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d’hiver. C’est en relation avec tout, avec la fertilité, la germination, les mauvaises herbes, la protection contre les moineaux, l’irrigation. Concrètement et théoriquement, l’utilisation de la paille en agriculture est un point crucial. Il me semble que c’est quelque chose que je ne peux faire comprendre aux gens.«

☘️Les principes essentiels de la méthode Fukuoka

La méthode Fukuoka repose sur des principes sur lesquels il ne transige pas :

🌱Aucun fertilisant. Que ce soit des fertilisants chimiques ou naturels (comme le compost par exemple), la méthode Fukuoka ne les utilise pas. Pour que les sols soient toujours fertiles, il recommande l’usage de la paille en couverture des sols ou des légumineuses qui formeront une sorte de tapis comme le trèfle blanc. Le fumier de volaille est toléré.

🌱Ne pas cultiver. Selon la méthode Fukuoka, la terre n’a pas besoin d’être cultivée. C’est-à-dire qu’elle n’a pas besoin d’être labourée, retournée, travaillée. Pour Masanobu Fukuoka, la terre se suffit à elle même, notamment grâce à l’activité des micro-organismes.

🌱Tu ne désherberas point. Tout comme la terre n’a pas besoin d’être travaillée selon la méthode Fukuoka, elle n’a pas besoin d’être désherbée de quelque façon. Pour Masanobu Fukuoka, ce que l’on appelle « mauvaises plantes » sont en réalité des organismes contribuant à la fertilité des sols. Il faut les contrôler sans les éradiquer.

🌱Aucun produit chimique. Ils sont complètement interdits dans cette méthode. La seule chose que Masanobu Fukuoka utilise, c’est un mélange d’huile servant à limiter l’impact de la cochenille sur les cultures.

Finalement, la méthode Masanobu Fukuoka est simple : oubliez les « progrès » de l’agriculture et faites confiance à la terre et ce qu’elle nous apporte depuis des milliers d’années. La base de la méthode : observer, apprendre de la terre pour pouvoir planter, récolter, faire pousser au bon moment.

Monsieur Fukuoka est décédé en 2008. Nous lui rendons un vibrant hommage pour son respect de la terre 💚

Par Kiwi ( Katell) du forum de l’Herbe Folle:
http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org/
Page FB: https://www.facebook.com/pages/Forum-de-LHerbe-Folle/509270549216381

Publicités

Trop intelligent pour l’espèce humaine

 

Alex LeTont a partagé une publication.
Aucun texte alternatif disponible.
Paule Raspini

Trop intelligent pour l’espèce humaine

2 yeux, 3 coeurs, 8 tentacules, 9 cerveaux… Le poulpe (ou pieuvre) est un merveilleux animal qui n’en finit pas de surprendre…


On connait sa dextérité à ouvrir les pots à couvercle pour y récupérer sa proie (pauvre crustacé au passage !), son caractère certes méfiant mais pacifique, mais l’émission Thalassa du 16 avril 2010 m’a appris d’autres facettes :


-Le poulpe se déplace hors de son aquarium : apparemment, le poulpe descend de son aquarium pour aller dans l’aquarium voisin où se trouvent des poissons. Après les avoir mangés, il redescend et revient dans son aquarium comme si de rien n’était. Cela dénote une capacité à reconnaître son « lieu d’habitation ».
-Le poulpe est capable d’imiter un congénère : le poulpe non expérimenté n’arrive pas à saisir le crabe dans la boite. On pose à coté de lui un autre aquarium où se trouve un poulpe ayant déjà fait cette expérience. Pendant que l’expert ouvre la boite sans problème, le novice se colle à la paroi de son aquarium et semble l’observer. Un carton sépare ensuite les deux congénères. On remet la boite au novice. Il l’ouvre sans problème ! Il semble avoir décortiqué les gestes de son voisin et de les avoir retenus.
Le poulpe est capable, après une première expérience, de comprendre que le trou qui mène directement à l’eau est trop petit et qu’il doit emprunter le chemin d’un long tube pour sortir.


Enfin, le poulpe est capable de se transformer en autre animal marin pour tromper ses ennemis (ou ses proies) : il prend ainsi la forme et la couleur d’un serpent, d’une raie, etc… 


Seul souci : la femelle est seule pour protéger tous ses oeufs nichés au plafond d’une paroi rocheuse. Elle ne s’alimente plus et donc s’affaiblit. Elle est à la merci des prédateurs. Et meurt d’épuisement lorsque les petits éclosent. De fait, ils ne reçoivent aucune éducation de la part de leur mère et doivent tout apprendre seuls…

 

Bref, avec un tel degré d’intelligence, les poulpes n’ont rien à faire sur les étals d’un poissonnier, dans une salade au supermarché, au traiteur ou au restaurant !

Végétaliser son assiette avant qu’il ne soit trop tard

 

 

« Quand le dernier arbre aura été abattu – Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été péché – Alors on saura que l’argent ne se mange pas » …

🙏 Faire le choix de végétaliser son assiette n’a rien d’anodin, il contribue à épargner des vies, à protéger notre santé et à sauver la planète 🌍REAGISSONS ⚠️

♥️ Choisir d’ouvrir ses yeux sur nos contradictions c’est prendre conscience qu’il faut changer ses habitudes et ouvrir davantage son cœur … pour Eux, pour Nous, pour Elle.
🐷🐮🐥 – 👫👬👭 – 🌍

Aucun texte alternatif disponible.

Les arbres

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000035239722_202206667080257_7885156842710499328_n

https://www.facebook.com/154365725197685/videos/156542281646696/?hc_ref=ARTllOMsWkXdz8HTR47GNiyPMYfSrQT9UwXFzLmbywaWqKUJM0j2RzltXNIVyDDGvFw

 

 

Les Arbres

L’homme qui plantait des arbres (Jean Giono / lu par Philippe Noiret)

Notre page Les Arbres a pour but d’aider des associations qui plantent des arbres

Très beau film d’animation d’après le récit de Jean Giono dans lequel un berger donne une nouvelle vie à un paysage presque desert (Dit par Philippe Noiret. Frédéric Back (1924-2013), Canada 1987). « L’Homme qui plantait des arbres » remporte l’Oscar du meilleur court métrage décerné par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences de Los Angeles, aux États-Unis, le 11 avril 1988.