Archives

La journée d’une femme heureuse

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000emmes-belles-300x189

Je vis mon troisième âge et je le vis bien.

Je n’ai plus tellement de souhaits à formuler car, soit j’ai eu ce que je voulais, soit je ne l’ai pas eu et je sais alors que je ne l’aurai jamais.

Chaque matin au lever, j’ai une pensée pour ce monde  et je le remercie de m’avoir reçue voila 78 ans . J’en profite aussi pour remercier les entités qui me suivent depuis le début de ma vie et qui ne m’ont jamais permis d’aller trop loin dans mes erreurs.

Quand j’ai terminé de nourrir les animaux dont je m’occupe, j’allume l’ordi,

-j’ouvre les pages qui vont m’accompagner toute la journée,

-je survole les nouvelles du monde toujours aussi tristes et c’est pourquoi je ne m’y attarde pas.

-Je partage les infos qui me paraissent importantes,

-Je réponds à l’éventuel courrier adressé par mes visiteurs, et papotes avec mes connaissances de tout et de rien,

-je passe les articles que j’ai préparés pour la journée et ensuite, selon le cas, je cuisine, je fais des courses ou encore, un peu de nettoyage dans ma maison puis,  petit déjeuner rapide et léger.

Et la journée va se prolonger par une petite sieste suivie d’un bon petit café accompagné d’un « smoothie maison »

Et c’est là que la télévision va entrer dans la danse car sur ARTE, les programmes me plaisent infiniment et je regarde avec plaisir les émissions sur la nature, les vieilles civilisations etc.,

végétarisme unnamed

La soirée avance, mon dîner pantagruélique est avalé avec lenteur et plaisir, uniquement des mets préparés par « my self » car je n’ai aucune confiance dans les aliments « tout prêts » fait par n’importe qui avec n’importe quoi. Or ma santé est pour moi très importante car même  si elle ne me permettra pas de vivre éternellement, je pourrai au moins mourir en bonne santé.

Plus tard, un petit film, ou un documentaire fera l’affaire et vers minuit, je suis contente de retrouver mon lit.

Avant de fermer les yeux, je remercie une fois encore  mes gardiens et alors que ma chatte a trouvé place sous les couvertures, lovée contre moi, je m’endors en espérant que le lendemain sera aussi bon que je jour que je viens de vivre.

Je n’ai pas de désirs inassouvis, je ne suis en conflit avec personne, je n’ai aucun regret, et je partirai le moment venu sans crainte.

souvenir 74181881

Une vie bien remplie  se compose souvent de petits riens qui en font tout le charme et on a toute la vie pour arriver à la vieillesse apaisée et riche d’une expérience faite d’erreurs, d’échecs et de victoires  bien rangés dans la malle à souvenirs, le couvercle ouvert pour pouvoir de temps en temps admirer le chemin parcouru.

Yaël

La pyramide de la générosité

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000is

En haut se trouve Zalman et Assia. Deux immigrants russes arrivés ici en 1990 à la suite de la dislocation de l’URSS.

Ils furent près d’un million à quitter leur patrie pour atterrir en catastrophe en Israël. Pour des gens qui venaient d’un pays communiste dans lequel ils n’avaient jamais rien à décider et dans lequel ils n’avaient pas le droit  à la parole, le changement était immense. Certains ne se sont jamais intégrés et il y a même eu des drames terribles et d’autres ont su ou ont pu s’adapter et se refaire une nouvelle vie, c’est le cas de mes voisins Zalman et Assia.

Vingt sept  ans maintenant qu’ils sont là et je me souviens de leurs débuts comme si c’était hier. Lui était dans son pays « radiologue » mais il a dû faire valider ses diplomes c’est à dire les repasser en hébreu. Elle était architecte et décoratrice d’intérieur et ne s’étant pas autant investie que son mari dans les études de la langue, a fait pendant plusieurs années des ménages chez des particuliers ce qui est tout à son honneur.

Ils représentent pour moi l’ intégration parfaitement réussie . De plus, il s’agit de personnes instruites et  bien élevées, avec qui il est agréable de discuter.

Assia a beaucoup de goût on s’en doute et elle a fait de son appartement un petit palais, meubles, linge, décoration, tout est parfait. Pour ma grande chance, elle aime aussi beaucoup le changement et assez souvent elle remplace, tout ou presque.

Yaël deuxième étage dans la pyramide est toujours ravie de renouveler sa literie, ses robes, tapîs à si bas prix (0 rouble, 0 dollar,O euro)alors,le même travail s’accomplit chez moi. Je vide mes armoires(qui contiennent souvent le linge reçu quelques années plus tôt de la même bienfaitrice) et les remplis des merveilles qui viennent de m’être données.

Edna, une autre voisine vient à son tour pour prendre le linge que j’ai retiré de mon armoire et qui va faire ses beaux dimanches puisque chez elle aussi, tout est modeste et  s’use assez vite.

Dernier étage. Mes chats qui, attirés par une odeur inconnue vont se délecter de celle-ci, marquer leur territoire de la leur, et recevoir de nouvelles housses pour leurs coussins, housses que je coudrai le soir bien installée devant la télé.

 D’où le proverbe :le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Yaël

Parents-enfants

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000grande-famille-heureuse-21499233

Nous sommes je crois très nombreux à souffrir de notre enfance et à en vouloir à nos parents de n’avoir pas été à la hauteur de leur rôle et ne pas nous avoir donné ce qui était nécessaire à notre épanouissement.

A cause de cela, nous traînons avec nous une sorte de rancœur  et/ou colère qui nous empêche d’être heureux mais souvent, nous ne le savons pas.

A notre tour, nous construisons notre vie, bien décidé à ne pas commettre les mêmes erreurs et bien décidé aussi à donner à nos enfants ce que nous n’avons pas reçu (compréhension, attention, dialogue, liberté  etc.,)

Certains réussissent, d’autres dont je fais partie, n’obtiennent pas le résultat escompté et alors, la rupture est grande entre les deux générations.

J’ai mis des années à comprendre que mes parents n’étaient coupables de rien ; ils ont donné ce qu’ils avaient, ce qu’ils pouvaient avec les moyens dont ils disposaient.

A partir du moment où j’ai pu raisonner ainsi, j’ai arrêté de les culpabiliser, un énorme poids à quitté mon coeur et enfin, j’ai été capable de penser sainement.

Grace à toutes mes lectures précédentes j’ai enfin compris que chaque personne qui revient sur terre a une ou des missions à accomplir et que pour réussir, il faut commencer par comprendre que rien n’est acquis, rien n’est tout blanc ou tout noir et que le sort des uns n’a rien à voir avec celui des autres.

Ce qui nous est demandé c’est « d’essayer » avec tout notre  intelligence, notre sensibilité  et notre cœur de faire du mieux possible et aussi que  la leçon à tirer  d’un échec est souvent plus importante et enrichissante  que celle d’une  réussite.

« De la réussite on jouit, de l’échec on apprend »

A vous tous qui êtes en conflit avec vos parents, vos proches, essayez de prendre du recul, comparez ce que vous n’avez pas réussi par rapport à ce qu’ils ont  fait, ramenez les choses à leurs justes proportions et pardonnez leurs erreurs  car c’est sûr, ils ne l’ont pas fait exprès.

J’ai 78 ans et cela ne fait que 8 ans que j’ai compris cela comme quoi, l’important est d’y arriver, peu importe à quel âge. Yaël

Le spectacle de leur résignation

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000017015956_1787965178180956_394579111737181883_o

Gerard Baïle

Colette,
L’Envers du Music-Hall [1913],

Le spectacle de leur résignation

Dans ma loge tous les soirs, j’entendais, sur les marches de fer qui conduisent au plateau, un tic-tac de grosses béquilles.

Pourtant, le programme ne comportait aucun « numéro d’amputé »… J’ouvrais ma porte, pour voir le petit cheval nain grimper l’escalier, de ses pieds adroits non ferrés. L’âne blanc le suivait, sabotant sec, et puis le danois bringé, aux grosses pattes molles, et puis le caniche beige, et les fox-terriers.

La Viennoise rondelette, qui régissait le «cirque mi­niature», veillait ensuite à l’ascension du petit ours, toujours récalcitrant et comme désespéré, qui étreignait les montants de l’échelle et gémissait sourdement, en enfant qu’on mène au cachot. Deux singes suivaient, en falbalas de soie et paillettes, fleurant le poulailler mal tenu. Tous montaient avec des soupirs étouffés, des grognements contenus, des jurons à voix basse; ils s’en allaient attendre l’heure du travail quotidien.

Je ne voulais plus les voir là-haut, captifs et sages; le spectacle de leur résignation m’était devenu intolérable. Je savais que le petit cheval, martingalé, essayait en vain d encenser et détendait sans cesse une jambe de devant, avec un geste ataxique. Je savais qu’un des singes, mé­lancolique et faible, appuyait enfantinement sa tête à l’épaule de son compagnon, en fermant les yeux ; que le danois stupide regardait devant lui, sombre et fixe ; que le vieux caniche battait de la queue avec une bienveillance sénile ; que l’ours, surtout, le petit ours, prenait sa tête à deux mains en geignant et pleurait tout bas, parce qu’une courroie très fine, bouclée autour de son museau, lui coupait presque la lèvre.

J’aurais voulu oublier ce groupe misérable, harnaché de cuir blanc et de grelots, paré de rubans, ces gueules haletantes, ces haleines âpres de bêtes à jeun, je ne voulais plus voir, ni plaindre, cette douleur animale que je ne pouvais secourir.

 

 

émouvant plaidoyer pour les sans voix.

vege15622152_1246968435369958_3816215984489655770_n

 

Même dans ces moments, nous voulions que vous sachiez,
Qu’on te voit, on vous entend, nous pensons à toi, on t’aime,
Que vous n’êtes pas seul.
S’il vous plaît partager cette incroyable vidéo de The National Animal Rights Day-North America.

https://www.facebook.com/garytvcom/videos/861294223925827/

Magnifique vidéo

 

Proyecto Ambiental

9 décembre 2016 ·

Nous partageons cette vidéo avec un excellent contenu de communication sur la « Conférence des Nations Unies sur la biodiversité » présenté par semarnat – la secrétaire de l’environnement et des ressources naturelles du gouvernement mexicain.
www.proyecto-ambiental.com École D’éducation à l’environnement

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000pic01

hc_ref=NEWSFEEDhttps://www.facebook.com/ProyectoAmbientalConsultoria/videos/10154758864898194/?