Archives

A méditer : Il est mort !

www.lespasseurs.com

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Bon sens

Il est mort

Cher(e) Ami(e),

C’est avec grande tristesse que nous vous faisons part du décès d’un ami très cher
qui se nommait BON SENS……et qui a vécu de très nombreuses années parmi nous.

Personne ne connaissait précisément son âge
car le registre sur lequel était enregistré sa naissance a été déclassé,
il y a bien longtemps, du fait de sa trop grande ancienneté.

Mais nous nous souvenons bien de lui, notamment pour ses remarquables leçons de vie comme :
« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt »
« Il ne faut pas tout attendre des autres »
Ou bien encore
« Ce qui m’arrive est peut-être aussi ma faute »
Et bien d’autres encore…

BON SENS ne vivait qu’avec des règles simples et pratiques, comme :
« Ne pas dépenser plus que ce que l’on a »
et des principes éducatifs clairs comme :
« Ce sont les parents qui décident en final »

Hélas, BON SENS a commencé à perdre pied
quand des parents ont commencé à attaquer des professeurs
qui croyaient avoir bien fait leur travail en voulant apprendre aux enfants le respect et les bonnes manières
Ayant appris qu’un enseignant avait même été renvoyé
pour avoir réprimandé un élève trop excité, son état de santé s’était encore aggravé
Sa santé s’était encore plus détériorée
quand les écoles ont dû demander et obtenir une autorisation parentale
pour mettre un pansement sur le petit bobo d’un élève,
tandis qu’ils ne pouvaient plus informer les parents des autres dangers bien plus graves encourus par l’enfant

Enfin, BON SENS a perdu la volonté de survivre
quand il a constaté que des voyous et des criminels recevaient un meilleur traitement que leurs victimes.

Il avait aussi pris des coups, tant au moral qu’au physique,
quand la Justice décida qu’il était répréhensible de se défendre contre un voleur dans sa propre maison,
tant que ce dernier pouvait porter plainte pour agression et atteinte à sa propre intégrité physique

BON SENS a définitivement perdu toute confiance et toute attache à la vie
quand il a appris qu’une femme, qui n’avait pas réalisée qu’une tasse de café chaude peut brûler,
et qui s’en était renversée maladroitement quelques gouttes sur la jambe,
a perçu pour cela une indemnisation colossale du fabriquant, de la cafetière électrique,
qui a du licencier l’intégralité de son personnel.

Et comme vous le savez sûrement,
La mort de Bon Sens avaient été précédée par le décès :
– de ses parents Vérité et Confiance,
– de son épouse Discrétion
– de sa fille Responsabilité et celle de son fils Raison

Il laisse toute la place à trois faux frères nommés respectivement :
– « Je connais mes droits »
– « C’est la faute de l’autre »
– « Je suis une victime de la société »

Certes, il n’y avait pas foule à son enterrement
car il n’existe plus beaucoup de personnes qui le connaissaient vraiment,
et peu se sont rendu compte qu’il était parti.

Mais si Vous, vous vous souvenez encore de lui et si Vous voulez raviver son souvenir,
prévenez vos amis de la disparition de notre regretté BON SENS
en faisant par exemple circuler ce faire part…

Sinon, ne faites rien !

www.lespasseurs.com

Publicités

Il était une fois, une histoire

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000peintures-aquarelle-originale-de-sous-bois-en-18788587-ss-bois-rosiers3fa6-fcfcd_big

 

Il était une fois trois arbres…

 

Il était une fois, sur une montagne,
trois arbres qui partageaient leurs rêves et leurs espoirs.

Le premier dit: « Je voudrais être un coffre au trésor, richement décoré,
rempli d’or et de pierres précieuses. Ainsi tout le monde verrait ma beauté ».

Le deuxième arbre s’écria: « Un jour, je serai un bateau solide et puissant,
et je transporterai les reines et les rois à l’autre bout du monde.
Tout le monde se sentira en sécurité à mon bord ».

Le troisième arbre dit: « Je veux devenir le plus grand
et le plus fort des arbres de la forêt. Les gens me verront au sommet de la colline,
ils penseront au ciel et à Dieu, et à ma proximité avec eux;
je serai le plus grand arbre de tous les temps, et les gens ne m’oublieront jamais ».

Les trois arbres prièrent pendant plusieurs années
pour que leurs rêves se réalisent. Et un jour, survinrent trois bûcherons.
L’un d’eux s’approcha du premier arbre et dit: « Cet arbre m’a l’air solide,
je pourrais le vendre à un charpentier ». Et il lui donna un premier coup de hache.
L’arbre était content, parce qu’il était sûr que le charpentier le transformerait
en coffre au trésor.

Le second bûcheron dit en voyant le second arbre: « Cet arbre m’a l’air solide et fort,
je devrais pouvoir le vendre au constructeur de bateaux ».
Le second arbre se réjouissait de pouvoir bientôt commencer sa carrière
sur les océans.

Lorsque les bûcherons s’approchèrent du troisième arbre,
celui-ci fut effrayé, car il savait que si on le coupait,
ses rêves de grandeur seraient réduits à néant.
L’un des bûcherons s’écria alors: « Je n’ai pas besoin d’un arbre spécial,
alors, je vais prendre celui-là ». Et le troisième arbre tomba.

Lorsque le premier arbre arriva chez le charpentier,
il fut transformé en une simple mangeoire pour les animaux.
On l’installa dans une étable et on le remplit de foin.
Ce n’était pas du tout la réponse à sa prière.

Le second arbre qui rêvait de transporter des rois sur les océans,
fut transformé en barque de pêche. Ses rêves de puissance s’évanouirent.

Le troisième arbre fut débité en larges pièces de bois,
et abandonné dans un coin.

Les années passèrent et les arbres oublièrent leurs rêves passés.

Puis un jour, un homme et une femme arrivèrent à l’étable.
La jeune femme donna naissance à un bébé et le couple l’installa dans la mangeoire
qui avait été fabriquée avec le premier arbre.
L’homme aurait voulu offrir un berceau pour le bébé, mais cette mangeoire ferait l’affaire.
L’arbre comprit alors l’importance de l’événement qu’il était en train de vivre,
et sut qu’il contenait le trésor le plus précieux de tous les temps.

Des années plus tard, un groupe d’hommes monta dans la barque fabriquée
avec le bois du second arbre; l’un d’eux était fatigué et s’endormit.
Une tempête terrible se leva, et l’arbre craignit de ne pas être assez fort
pour garder tout son équipage en sécurité.
Les hommes réveillèrent alors celui qui s’était endormi;
il se leva et dit : « Paix! » Et la tempête s’arrêta.
A ce moment , l’arbre sut qu’il avait transporté le Roi des rois.

Enfin, quelqu’un alla chercher le troisième arbre oublié dans un coin;
il fut transporté à travers les rues,
et l’homme qui le portait se faisait insulter par la foule.
Cet homme fut cloué sur les pièces de bois élevées en croix ,
et mourut au sommet de la colline.
Lorsque le dimanche arriva,l’arbre réalisa qu’il avait été assez fort
pour se tenir au sommet de la colline et être aussi proche de Dieu que possible,
car Jésus avait été crucifié à son bois.

Chacun des trois arbres a eu ce dont il rêvait,
mais d’une manière différente, de ce qu’ils imaginaient.

Nous ne savons pas toujours quels sont les plans de Dieu pour nous.

Nous savons simplement que ses voies ne sont pas les nôtre,
mais qu’elles sont toujours meilleures si nous lui faisons confiance.

Le monde secret des arbres

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000013029526

 

« Pour ceux qui n’ont pas pu voir l’émission hier soir sur France 2 »
« Le monde secret des arbres » 🌳🌲🌳
« Pour les amoureux de la nature qui se doutaient déjà et pour ceux qui s’y frottent peu… Nous n’en sommes qu’aux prémices des découvertes »
Regardez, c’est vraiment très impressionnant 😊

https://www.facebook.com/atefforestier/videos/358255137965412/

Remèdes du monde : Remèdes des esclaves africains

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000remedes-esclaves-africains-1

Introduction aux anciens remèdes utilisés par les esclaves

Un bon nombre des anciens remèdes domestiques d’aujourd’hui doivent beaucoup aux esclaves africains déracinés sans richesse et sans droits.

Les questions de santé étaient souvent une source de discorde entre les esclaves et leurs propriétaires. Les propriétaires d’esclaves exigeaient d’être informés quand un esclave était malade.

La raison en était que les propriétaires voulaient s’assurer de pouvoir exercer un contrôle total sur le corps d’un esclave. Dans certains cas, le propriétaire de l’esclave fournissait les mêmes soins de santé que ceux qu’il prodiguait à sa famille et à lui-même, sûrement pour ne pas perdre en productivité.

Certains propriétaires traitaient les esclaves eux-mêmes ou faisaient traiter les esclaves par le superviseur ou la maîtresse de plantation en utilisant divers remèdes traditionnels.

La méfiance des médecins blancs

La plupart des esclaves se méfiaient à juste titre des médecins blancs. Les esclaves ont souvent été soumis à des expériences, par exemple, Le Dr Marion Sims considérait que le père de la chirurgie gynécologique perfectionnait sa méthode sur les esclaves. Il a rendu des femmes esclaves dépendantes de la drogue pour mieux les immobiliser et affiner ses tests d’anesthésie.

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000James_Marion_Sims

James Marion Sims (1813-1883)

En 1800, des centaines d’esclaves de Thomas Jefferson, ont contracté la variole pour tester l’innocuité du nouveau vaccin. Ou encore, Thomas Hamilton a parqué des esclaves dans un four à ciel ouvert, la tête hors du sol, cela afin de vérifier quels médicaments leur permettait de résister à une température élevée.

De ce fait, les esclaves noirs préféraient être traités par d’autres noirs ou se traiter eux-mêmes. Ils cachaient aussi souvent leurs maladies, au risque d’être punis si le propriétaire de l’esclave l’apprenait.

Les connaissances médicinales des esclaves africains ont influencé les Autochtones et les Blancs américains

Les connaissances médicales des esclaves se sont mêlées à celles des Amérindiens et des Blancs. Les Amérindiens et les Africains ont souvent partagé leurs expériences d’esclavage.

Ils partageaient aussi des remèdes, des mythes et des légendes, vivaient ensemble dans les quartiers communaux, travaillaient ensemble et produisaient des recettes combinées pour se nourrir, ils se mariaient aussi entre eux.

Les Afro-Américains et les Blancs vivaient ensemble dans des plantations, leurs enfants jouaient ensemble et les femmes esclaves noires s’occupaient souvent des enfants blancs.

Les esclaves noires s’occupaient des enfants blancs.

Les remèdes qu’utilisaient les esclaves

Voici quelques-uns des remèdes traditionnels utilisés par les esclaves noirs.

  • La sauge(slavia spp.) était utilisée par les esclaves comme bain de bouche et comme remède contre les maux de gorge, elle était également utilisée comme remède contre les coliques chez les nourrissons.
  • L’Eupatoire perfoliée(eurapatorium perfoliatum) fut utilisé pour les rhumes.
  • La menthe pouillot(Mentha pulegium, hedeoma pulegioides) a été utilisé pour les maux de tête, réduire la fièvre, soulager la douleur des maux de dents et pour la lutte contre le rhume.
  • Le cornouiller et le cerisier(cornus spp et Prunus serotina) ont été utilisés à diverses fins, l’écorce de cornouiller et de cerisier ont été mijotés pour créer un remède contre la fièvre et les frissons, l’écorce de cornouiller a été utilisée pour faire du thé pour traiter le paludisme.
  • La moutarde et la farine de blé entierétaient mélangées avec de l’eau pour confectionner un plâtre.
  • La turpentine à gencive des pins et des sapinsa été utilisée pour traiter la bronchite, les maux de dents et d’autres maladies.
  • La quinineétait utilisée pour traiter le paludisme et les crampes musculaires nocturnes.
  • L’échinacéeétait utilisée pour confectionner un thé pour traiter les crampes. En outre, elle fut utilisée pour traiter les douleurs d’estomac et, mélangée avec du whisky ou du camphre et de la racine de sanguinaire (sanguinaire) pour les douleurs articulaires.
  • Le sureauétait utilisé pour les infections vésicales et la fièvre. Les nourrissons portaient des feuilles de sureau autour du cou pour calmer les douleurs de dents naissantes.
  • Le lina été utilisé pour les affections bénignes, comme l’indigestion légère.

Dans le volume XIV des récits de Caroline du Sud, l’herbe à chat, l’ail, la tanaisie et la bardane sont utilisés par un esclave pour une maladie indéterminée. La citation est présentée ci-dessous :

Mlle Martha Sho s’occupait bien des esclaves malades. Nous avions des remèdes fabriqués à partir de plantes, de feuilles et de racines ; certaines d’entre elles étaient de l’herbe à chat, des racines d’ail, de la bardane et des racines de bardane.
Les racines de bardane trempées dans du whisky étaient un remède puissant et efficace. On a trempé de l’ase fétide dans de la térébenthine et on l’a accrochée autour du cou pour éviter les maladies.

L’analyse des récits recueillis par les membres du Projet des écrivains fédéraux, un programme mis sur pied par la Works Progress Administration à la fin des années 1930 pour fournir des emplois aux écrivains sans emploi, a été d’une grande valeur pour notre recherche médicale. Parmi les souvenirs des anciens esclaves, on trouve 316 récits qui “révélaient des prescriptions pour une variété de toniques, de thés et de remèdes à base de racine”, écrit Escott. Bon nombre des remèdes ont été “utilisés à l’époque de la médecine primitive”… et probablement représentaient l’histoire africaine transmise et adaptée au sud des États-Unis.”

Du thé aux amulettes…

Souvent, les remèdes étaient préparés sous forme de thés. se souvient Sam Rawls, quatre-vingt-quatre ans : “Nellis Loyd, quatre-vingt-onze ans, se rappelait que les tisanes faisaient partie intégrante des soins de santé. Quand quelqu’un tombait malade, les vieux faisaient des thés chauds à partir d’herbes médicinales qu’ils trouvaient dans les bois”, explique-t-elle. L’une était une herbe amère appelée “rhu” (rue)… Toujours d’actualité, la rue, qui ne devrait pas être prise pendant la grossesse parce qu’elle pouvait causer des saignements, a été utilisée par les esclaves comme antidote aux poisons et aux fléaux.

Plusieurs des herbes utilisées pour fabriquer des remèdes des esclaves sont les mêmes que celles vendues dans les magasins diététiques d’aujourd’hui. Mais les esclaves utilisaient les herbes par nécessité et pour soulager les maux associés aux épreuves de leur vie. L’exposition constante aux éléments a contribué à des maladies respiratoires et intestinales fréquentes, comme les maux de gorge, le rhume, la fièvre, la grippe, la pneumonie, la fièvre écarlate, la dysenterie et les parasites, attribuables à la vie avec des porcs ou à une mauvaise alimentation du porc mal cuit.

https://www.remedes-de-grand-mere.com/remedes-du-monde-remedes-des-esclaves-africains/

Chasse au chevreuil avec aigle, l’horreur absolue

L’horreur absolu ! Notre équipe a versé des larmes en lisant cela !
SI VOUS HABITEZ DANS LE COIN, MERCI DE MANIFESTER SUR PLACE ! ET SURTOUT PARTAGEONS LARGEMENT …..Partout, même sur les pages des assos..

Dimanche prochain,LE 12 NOVEMBRE 2017, Siarrouy (65) il y aura plein de chasseurs pour une battue au chevreuil avec des AIGLES!!!!!!

Là c’est l’horreur absolue,c’est très long avant que la bête meure et la technique de l’aigle commence en général par se percher sur la tête et CREVER LES YEUX !…..Bien entendu,ensuite c’est un carnage.

Outre diffuser,on peut appeler grosses assos diverses,et dans l’idéal venir soutenir rassemblement avec pancartes ,sur les lieux

Donc dimanche prochain,départ des chasseurs devant la salle
des fêtes à 13 heures

Commune de Siarrouy

Merci de vite prévenir le plus possible de personnes.

Contact sur les lieux : christine Miramont 0677520265 et 0562968110

On n’a pas voulu mettre une vidéo, c’est trop atroce pour les âmes sensibles, on vous laisse seulement imaginer..