Archives

Le syndrome de la chèvre

 

 

Un petit truc de rien du tout : 

0000000000000000000000000000000 brevis mais !!!!!!

Le Syndrome de la Chèvre….
« oui maiiis »
« Mais Mais Mais »….
LE parasitage mental suprême… celui qui bloque tout en vous et forcément tout autour de vous…
La solution ?
l’inversion du « Mais », je m’explique, tout ce qui à AVANT le « mais » perd de sa valeur face à ce qu’il y a APRÈS le « mais.

Exemple : « Je suis contente d’être là mais je suis fatiguée » – « Je suis fatiguée mais je suis contente d’être là »….

Essayez vous verrez, de vous même vous allez voir la différence …

https://www.facebook.com/pages/Sur-le-chemin-de-la-sagesse/268402253199819

L’expression du jour : Se faire appeler Arthur

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000histoiresdemots

Se faire appeler Arthur – Se faire gronder, réprimander.

Origine

Il existe deux hypothèses pour expliquer l’origine de cette expression :

La première est amusante, mais pas obligatoirement juste. Elle daterait de la seconde guerre mondiale.

Dans la France occupée, à certaines périodes de l’année, le couvre-feu commençait à vingt heures [1], soit huit heures du soir.
Les patrouilles allemandes chargées de son application avaient pour habitude de prévenir les retardataires en leur indiquant leur montre et en leur disant « Acht Uhr ! », ce qui, dans la langue de Goethe, veut dire « Huit heures ! » et se prononce à peu près comme ‘artour’.

Comme, de l’entente de ‘artour’ à l’écoute de ‘Arthur’, il n’y a qu’un pas quand on ne comprend rien à l’allemand, on imagine bien le pauvre gamin qui rentrait chez lui après s’être fait sermonner par le chef de patrouille, se plaindre non seulement de s’être fait gronder, mais en plus de s’être fait appeler Arthur alors qu’il s’appelait Julien.

La seconde explication est incomplète.
L’expression daterait de 1920 et serait liée à l’argot où un arthur désignait un proxénète, sans qu’on sache vraiment pourquoi.
On disait aussi « se faire appeler Jules » (qui avait la même signification, en argot).
Malheureusement, rien n’indique pour quelle raison ces deux prénoms ont été utilisés de manière ironique dans ces deux expressions similaires.

[1] Mais l’heure était dépendante de celle de la tombée de la nuit, un des buts étant que les lumières nocturnes ne soient pas repérables par l’aviation.

 

Extrait de Expressio

Sans dessus – dessous

Sans dessus dessous dans les évènement qui font l'histoire bl4habitherodote

Sous-vêtements

Sens dessus-dessous… la lingerie

Il suffit de peu…

Les vêtements (pagnes ) prennent naissance avec l’apparition du tissu au néolithique mais il faudra des siècles pour qu’apparaissent une forme de soutien-gorge chez les Grecques au 1er millénaire avec JC.

Au Moyen-âge, on aborde ce qui ressemble à un corset qui mettra en valeur la poitrine des déesses crétoises.

C’est à la renaissance que commence à s’imposer l’usage de la chemise portée sous les vêtements et comme l’eau est, à cette époque, vue d’un œil soupçonneux, on préférait changer de chemise plutôt que de se laver.

Mais lorsqu’elle devint belle, parée de broderies et manchettes, se couvrant de dentelles vers le XVIème siècle  la chemise perdit son rôle ingrat.

IL faut attendre la fin du XIVème siècle pour que la mode commence à différencier les deux sexes désireux de mettre leurs atouts en valeur.

Le corset réapparait alors et le « vertugadin » est créé par les espagnols pour cacher une grossesse.

Pour les hommes, le pourpoint est  si raccourci qu’il oblige à trouver une solution d’urgence : ce sera la braguette, mot inventé par Rabelais. Mais très vite sa forme devient plus suggestive du fait d’un peu de rembourrage, sous l’influence de la soldatesque.

En Espagne, c’est sous Charles Quint qu’est imposée  aux femmes une tenue rigide et sévère qui escamote toutes les formes souples du corps et ce pour un long temps.

Sous Louis XIV, le corset devient séducteur avec tous ces petits nœuds appelés « boute-en-train » ou « tatez-y » et en 1675 autorisation est enfin accordée aux couturières de réaliser les corsets, mission jusque là dévolue uniquement aux tailleurs.

Toutefois, épidémies et malaises ne cessent pas pour autant du fait d’un plexus comprimé en pleine digestion alors : vite les sels !

http://www.herodote.net/Sous_vetements-synthese-1856.php#braguette

Fouillons dans le passé

logo la gazette web téléchargement

 

Le saviez-vous ?

Dans un acte notarié, que signifie l’expression « par turbes » ?

Lorsqu’une ancienne coutume présentait un point obscur et qui ne pouvait s’expliquer que dans le « pays » où elle était en vigueur, des commissaires s’y transportaient et interrogeaient les habitants par turbes, c’est-à-dire par troupes de dix ; chaque turbe ne comptait que pour une voix. La plupart des coutumes furent rédigées à la suite d’enquêtes par turbes. Louis XIV abolit ces enquêtes par le titre XIII de l’ordonnance de 1667.

https://www.histoire-genealogie.com/gazette.html

Pour le plaisir

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000lao-tseu-1000x590

 Quelques véritables citations de Lao-Tseu :

– Savoir se contenter de ce que l’on a, c’est être riche.
– Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres.
– L’homme qui sait ne parle pas. L’homme qui parle ne sait pas.
– Quand les gros sont maigres, il y a longtemps que les maigres sont morts.
– Celui qui connait les autres est perspicace ; celui qui se connait lui-même est intelligent.
– Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends lui à pêcher, il se nourrira toute sa vie.
– Tu connais l’utilité de l’utile, mais connais-tu l’utilité de l’inutile

JEUX DE MOTS A GOGO

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000jeux-de-mots-logo

-Quand on va en vacances pour bronzer, ce n’est en fait qu’un Hâler-retour.

-La coiffure des rastas est la preuve qu’on peut stresser tout en restant cool.

-Au pôle nord les prostituées font du tapin à glace.

-Il faut être soie avant de se demander d’où on est tissu.

-Ne dites plus :apprends à relativiser mais : suis ton einstein.

-pour stimuler l’appétit sexuel, il faut de bonnes recettes calinaires.

-Carmen aurait dit à son homme : je t’aime car tu es beau et mien.

-C’est pas trop dur de reprendre les cours après l’été ? Non, c’est juste un peu monautomne.

– dire qu’on aime son lit, c’est déclarer sa flemme.

-Les coqs ont un très grand appétit sexuel, ils sont poulimiques.

– Je l’ai invitée à la piscine en tout bain tout honneur

Sagesse juive

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000book-759873_1920

Il n’est pas toujours facile de comprendre le sens à donner à un proverbe ou une citation et quand il s’agit de ceux trouvés dans la religion juive c’est encore plus compliqué ; c’est pourquoi j’ai cherché et trouvé les explications des différentes citations que je vous livre ci-dessous :

Du roi Salomon à Albert Einstein, en passant par la reine Esther, découvrez la signification des plus belles citations juives.

10. « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. » – Albert Einstein.

Je trouve que c’est une manière très habile d’évoquer la stupidité des hommes.

Par le rabbin Stephen Baars