Archives

Les quatre accords Toltèques

Ce serait bien de s’en souvenir de temps en temps

 

accords toltèques23380296_714136435448259_239146079611403612_n

Publicités

Petit bilan hebdomadaire 

images (3)

J’ai un blog sur « Wordpress » ( je recommande particulièrement ce logiciel où de nombreuses bonnes et belles personnes y écrivent de bien beaux articles de tous genres) et j’y trouve toutes sortes de petits jeux intéressants.

Aujourd’hui, il s’agit de faire une petite liste des occupations et état d’esprit de la semaine et auxquels je me prête bien volontiers :

Fatigue – humeur – santé – esprit – culture – penser

téléchargement

Fatigue : Depuis un certain temps déjà, Madame « FATIGUE » pointe le bout de son nez à tout moment de la journée. J’ai parfois l’impression d’avoir parcouru des kms, alors que j’ai juste été chercher un verre d’eau à la cuisine.

sante-header

Santé : quelques petits problèmes nouveaux pour moi : hématome dans un œil qui a disparu au bout de quelques jours,  aujourd’hui, quelques traces de sang dans le mouchoir  mais le pire c’est l’impression de parfois manquer d’air et ceci arrive même la nuit où je m’entends chercher l’air que j’aspire abondamment. Un peu flippant tout ça !

304402663_small

Humeur : à force de travailler sur soi-même, les choses que l’on a souhaitées finissent par arriver : prendre de la distance avec tout, relativiser sont des choses que je fais même sans m’en apercevoir et ceci a pour effet  de m’éviter, toute colère ou déception.

images (3)

Esprit – culture : le plus positif possible prendre les choses avec philosophie, toujours aussi curieuse de tout, en recherche de beauté et d’harmonie, j’ai la chance d’aimer la musique sous beaucoup de ses formes et là, je n’ai qu’à piocher, le talent des peintres contemporains me ravit, la phone et la flore (du moins ce qui en reste) me comble, l’humour me plait toujours autant, alors avec tout cela j’ai de quoi faire.

images (4)

Penser :

-à aller chez l’ophtalmologiste (cela fait au moins trois ans qu’il m’attend) –

-faire un peu de ménage (mon balai est en dépression et se sent inutile)

– un peu d’ordre dans mes papiers et jeter ce qui est inutile (je ne trouve pas de poubelle assez grande pour commencer le travail).

Je crois que ce sera tout pour aujourd’hui.

La pensée du jour :Qu’avez-vous fait de votre vie ?

 

22814219_1730286866983626_3348148433267134631_n

La pensée du jour : « Que chacun examine sa vie, qu’il analyse les bases sur lesquelles il l’a construite : combien de choses vaines, illusoires, inutiles il va découvrir !…

Eh oui, les années passent et on attend toujours. Rien ne vient de ce qu’on avait imaginé, on est déçu, on s’aigrit, les cheveux blanchissent, les dents tombent, mais rien ne se réalise…

Avant de partir pour l’autre monde, enfin l’homme se rend compte, mais trop tard, qu’il a vécu dans les illusions et le mensonge. Et comme à ce moment-là il ne veut même pas être lucide et voir à quel point il a pu se tromper, il accuse les autres. Mais à quoi sert d’accuser les autres? Est-ce que cela changera quelque chose au triste état où il se trouve réduit?

Et surtout qu’il ne s’imagine pas que le Seigneur se laissera attendrir; Il dira à cet ignorant: « Sache désormais que tout être humain qui vient s’incarner sur la terre est le dépositaire d’un savoir immémorial concernant son origine et sa prédestination. Il dépend seulement de lui que ce savoir remonte peu à peu à sa conscience. Alors, utilise le temps qu’il te reste à prendre conscience de tes erreurs et efforce-toi de les réparer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

La pensée du jour : cela s’appelle le karma

spiritualité10628464_640345706077713_3676571560935788601_n

« Ne croyez pas que lorsque vous serez dans l’autre monde vous allez y acquérir les qualités que vous n’avez pas su manifester dans celui-ci! Si vous étiez méchant, déraisonnable et égoïste ici sur la terre, vous le resterez là-bas aussi.

Dans l’autre monde on ne s’améliore pas; dans l’autre monde on vérifie seulement, on constate, on prend conscience de ses erreurs, de ses lacunes ou au contraire de ses actes justes et bons.

C’est ici, sur la terre, que l’on s’instruit. Et si on n’a pas commencé à s’instruire ici, ce n’est pas de l’autre côté qu’on commencera à le faire.

De l’autre côté, je le répète, on constate seulement, et on ne peut rien faire, on ne peut plus corriger quoi que ce soit. On voit, par exemple, qu’on était jaloux, orgueilleux, coléreux, craintif, et on ne peut rien y changer.

Pour changer quelque chose, il faut redescendre sur la terre et travailler à réparer toutes ses erreurs et à s’améliorer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le Voyage de l’Âme

0000000000000000000000000000000000000000voyage de l ame 44fe88c54cf8a377c1afab35fe847c0f--tarot

 

 

méditations quotidiennes

Ce monde qui est le nôtre est régi par deux forces puissantes : les ténèbres du désir et la lumière de l’aspiration.

Les ténèbres du désir sont l’amour du pouvoir et la lumière de l’aspiration est le pouvoir de l’amour. L’amour du pouvoir cherche à détruire et à dévorer la terre entière. Le pouvoir de l’amour veut nourrir et immortaliser le monde. L’amour du pouvoir n’est autre que l’amour-propre, tandis que le pouvoir de l’amour est l’amour de Dieu. Lorsque nous nous laissons gouverner par l’amour du pouvoir dans nos activités quotidiennes, nous attirons à la surface de notre être, consciemment et délibérément, une colère vitale fort destructrice. Mais lorsque nous plaçons nos multiples activités sous le signe du pouvoir de l’amour, D-ieu, en Son infinie Bonté, nous couvre de Ses Béné-dictions choisies.

Gardez votre cœur ouvert
Au pouvoir de l’amour
Si vous tenez à établir
Un lien étroit avec D-ieu.

https://fr.srichinmoy.org/livres/bibliomedit/voyageame

Parce que je m’aime

 

Saviez-vous qu’à la naissance on ignore complètement qu’on existe? Ça nous prendra deux ans avant de réaliser que sous cette belle petite peau rosée qui sent le paradis, il y a un être humain qui joue sa vie?

Au début, on existe seulement « dans » le regard de nos parents et on va tout faire « pour » être aimé.

Cette valse du « faire pour plaire » va ensuite se transposer sur nos professeurs, nos ami(e)s, nos amours, nos employeurs et même sur de purs inconnus rencontrés dans la rue. On va tout faire « pour » que « dans » le regard de l’autre on se sente aimé et pour qu’ainsi on ait la « sensation » d’exister.

Mais pendant toutes ces années, à force de « faire pour plaire » on finit par oublier l’être humain qui joue encore sa vie aujourd’hui. On en vient à être tellement préoccupé par la partie qui se joue, qu’on oublie la personne qui la joue… Nous!

On gagne notre vie. On gère les soucis. On dit trop souvent oui. On protège notre famille des intempéries et, pour ça, on ne s’économise pas. Comme un jongleur à qui on aurait donné plus de balles qu’il ne peut en faire valser et qui, pour ne rien échapper, met sa propre balle de côté, on oublie que derrière tout ce que l’on fait, on est…

Quand on donne à ce que l’on vit, ou aux personnes avec qui on le vit, plus d’importance qu’à nous-mêmes, l’oubli de soi devient temporairement un paravent qui nous permet de continuer d’avancer sans trop se questionner.

C’est comme si nous étions une maison dont l’extérieur a priorité sur l’intérieur. Par beau temps c’est génial, mais en pleine tempête avec un mercure qui descend sous les 30 degrés, subitement on peut avoir le gout de rentrer. Saurons-nous seulement par où passer?

C’est à ça que servent les tempêtes de la vie… En faisant tomber les châteaux de cartes qu’on s’est construits, elles viennent nous dire que rien de ce que l’on fait ne sera jamais plus important, plus glorieux ou plus prestigieux que la personne que l’on est et que d’investir dans le superficiel (la partie qui se joue) en oubliant l’essentiel (nous), ce n’est pas un placement à haut rendement.

«Parce que je m’aime…» c’est un exercice que ma fille Catherine m’a enseigné il y a quelques années. Quatre petits mots qui, placés devant ce que je m’apprête à faire, vont me montrer si ce que je m’apprête à faire est bon ou pas pour moi. Fini de faire juste pour plaire.

Vous vous apprêtez à faire quelque-chose? Dites-simplement «Parce que je m’aime je vais faire…» en nommant la chose que vous vous apprêtiez à faire.

Vous saurez aussitôt si vous vous apprêtiez à faire quelque chose juste pour plaire ou quelque chose qui convient aussi à la personne la plus importante de votre vie : Vous!

À lire dans le Magazine VIVRE actuellement en kiosque pour devenir notre meilleur ami ! 😉

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Le chaos extérieur est un moyen de trouver les vraies ressources qui sont en nous

 

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000035227323_1399576303475869_3408422411870142464_n

Bonjour les amis !
Allez hop ! Un peu de courage pour affronter la journée malgré la lune noire qui vient sans doute ajouter quelques perturbations à vos nuits … et encore ! Ce n’est pas certain !
Le chaos extérieur est un moyen de trouver les vraies ressources qui sont en nous .
Il vous permet petit à petit d’ouvrir les bonnes portes de votre existence et vous êtes peut-être surpris de votre aptitude à ce changement nécessaire .
Oui , C’EST DU CHAOS QUE VIENDRA LA VRAIE LUMIÈRE !
Allez hop hop ! Parez-vous pour cette nouvelle journée et accueillez ce qu’elle a à vous enseigner.
Vous êtes forts et capables ! N’en doutez jamais !
Vous n’êtes jamais seuls !