Archives

Parce que je m’aime

 

Saviez-vous qu’à la naissance on ignore complètement qu’on existe? Ça nous prendra deux ans avant de réaliser que sous cette belle petite peau rosée qui sent le paradis, il y a un être humain qui joue sa vie?

Au début, on existe seulement « dans » le regard de nos parents et on va tout faire « pour » être aimé.

Cette valse du « faire pour plaire » va ensuite se transposer sur nos professeurs, nos ami(e)s, nos amours, nos employeurs et même sur de purs inconnus rencontrés dans la rue. On va tout faire « pour » que « dans » le regard de l’autre on se sente aimé et pour qu’ainsi on ait la « sensation » d’exister.

Mais pendant toutes ces années, à force de « faire pour plaire » on finit par oublier l’être humain qui joue encore sa vie aujourd’hui. On en vient à être tellement préoccupé par la partie qui se joue, qu’on oublie la personne qui la joue… Nous!

On gagne notre vie. On gère les soucis. On dit trop souvent oui. On protège notre famille des intempéries et, pour ça, on ne s’économise pas. Comme un jongleur à qui on aurait donné plus de balles qu’il ne peut en faire valser et qui, pour ne rien échapper, met sa propre balle de côté, on oublie que derrière tout ce que l’on fait, on est…

Quand on donne à ce que l’on vit, ou aux personnes avec qui on le vit, plus d’importance qu’à nous-mêmes, l’oubli de soi devient temporairement un paravent qui nous permet de continuer d’avancer sans trop se questionner.

C’est comme si nous étions une maison dont l’extérieur a priorité sur l’intérieur. Par beau temps c’est génial, mais en pleine tempête avec un mercure qui descend sous les 30 degrés, subitement on peut avoir le gout de rentrer. Saurons-nous seulement par où passer?

C’est à ça que servent les tempêtes de la vie… En faisant tomber les châteaux de cartes qu’on s’est construits, elles viennent nous dire que rien de ce que l’on fait ne sera jamais plus important, plus glorieux ou plus prestigieux que la personne que l’on est et que d’investir dans le superficiel (la partie qui se joue) en oubliant l’essentiel (nous), ce n’est pas un placement à haut rendement.

«Parce que je m’aime…» c’est un exercice que ma fille Catherine m’a enseigné il y a quelques années. Quatre petits mots qui, placés devant ce que je m’apprête à faire, vont me montrer si ce que je m’apprête à faire est bon ou pas pour moi. Fini de faire juste pour plaire.

Vous vous apprêtez à faire quelque-chose? Dites-simplement «Parce que je m’aime je vais faire…» en nommant la chose que vous vous apprêtiez à faire.

Vous saurez aussitôt si vous vous apprêtiez à faire quelque chose juste pour plaire ou quelque chose qui convient aussi à la personne la plus importante de votre vie : Vous!

À lire dans le Magazine VIVRE actuellement en kiosque pour devenir notre meilleur ami ! 😉

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
Publicités

Le chaos extérieur est un moyen de trouver les vraies ressources qui sont en nous

 

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000035227323_1399576303475869_3408422411870142464_n

Bonjour les amis !
Allez hop ! Un peu de courage pour affronter la journée malgré la lune noire qui vient sans doute ajouter quelques perturbations à vos nuits … et encore ! Ce n’est pas certain !
Le chaos extérieur est un moyen de trouver les vraies ressources qui sont en nous .
Il vous permet petit à petit d’ouvrir les bonnes portes de votre existence et vous êtes peut-être surpris de votre aptitude à ce changement nécessaire .
Oui , C’EST DU CHAOS QUE VIENDRA LA VRAIE LUMIÈRE !
Allez hop hop ! Parez-vous pour cette nouvelle journée et accueillez ce qu’elle a à vous enseigner.
Vous êtes forts et capables ! N’en doutez jamais !
Vous n’êtes jamais seuls !

Pensée juive – l’abondance

000000pensée juive l abondance SXWt9837523

 

Une abondance matérielle

par Menahem Brod

 

Nos Sages ont décrit1 les Temps Messianiques comme une ère d’extraordinaire abondance : « La Terre d’Israël fera pousser des miches de pain et des vêtements précieux… Les épis de blé se dresseront comme des palmiers et atteindront les cimes des montagnes… Un grain de blé sera aussi gros que les deux reins d’un grand bœuf. » Le Rambam lui-même écrit2 dans cette même veine : « Les bienfaits seront disponibles en abondance, et les délices seront trouvés comme la poussière. »

Toutefois, si l’on considère le sens et la nature véritables des Temps Messianiques, toute cette abondance paraît totalement insignifiante. En effet, en ces temps-là, D.ieu se révélera au monde, nous deviendrons capables de percevoir les secrets de la Création, les degrés spirituels les plus élevés descendront se révéler ici-bas, de sorte que nos aspirations seront exclusivement tournées vers la sainteté et la spiritualité, comme le dit le Rambam : « Le monde entier ne s’occupera que de la seule connaissance de D.ieu. » Qui donc pourra bien s’intéresser à cette abondance matérielle ?

De fait, le Rambam lui-même a suggéré cette indifférence lorsqu’il écrivit que « les délices seront trouvés comme la poussière » : tous les délices matériels extraordinaires qui existeront alors seront considérés à nos yeux comme rien de plus que de la « poussière », car notre esprit sera occupé par quelque chose d’incommensurablement plus élevé : comprendre le Créateur. S’il en est ainsi, à quoi bon toute cette abondance matérielle que nous décrivent nos Sages ?

Supprimer les soucis

Ceci peut peut-être s’expliquer d’après l’approche générale du Rambam3 vis-à-vis des promesses d’ordre matériel présentes dans la Torah. Selon lui, ces bénédictions ne sont pas uniquement à considérer comme une récompense divine, car la rétribution des Mitsvot est infiniment plus élevée, mais comme un moyen de supprimer les difficultés et les soucis qui entravent le service de D.ieu. Lorsqu’un Juif suit le chemin de la Torah et accomplit la volonté de D.ieu, Celui-ci lui épargne la faim, la guerre et la maladie et lui accorde une large bénédiction matérielle pour qu’il puisse Le servir avec joie et enthousiasme.

On pourrait expliquer de la même manière l’abondance matérielle des Temps Messianiques : elle aura pour but que nous puissions « être adonnés à la Torah et à sa Sagesse » sans être perturbés par des préoccupations matérielles. D.ieu nous accordera une immense largesse matérielle, et nous pourrons nous consacrer à l’étude des « choses cachées »4 dans la sérénité et la satisfaction.

On pourrait également expliquer les choses de la manière suivante : la description de l’abondance matérielle a pour but du susciter l’intérêt en la venue de Machia’h chez les personnes qui ne sont pas encore au niveau de comprendre et d’apprécier les bienfaits spirituels qui l’accompagneront. Car si on leur dit que l’Ère Messianique sera uniquement marquée par une révélation spirituelle, ils ne ressentiront pas d’impatience quant à la venue de Machia’h. C’est pourquoi nos Sages décrivent à leur intention l’aspect matériel du monde à cette époque (qui est véritable, car le monde connaîtra effectivement cette extraordinaire abondance), de sorte qu’ils aient eux aussi hâte de l’avènement messianique.

Les jambes dansent

Cependant les explications qui précèdent ne sont, à elles seules, pas satisfaisantes. Les nombreuses descriptions détaillées de nos Sages sur l’abondance matérielle qui régnera lors de l’Ère Messianique ne sauraient se réduire à une fonction secondaire et accessoire, ayant pour seul objet de permettre l’étude sereine de la Torah ou d’éveiller parmi les masses le désir de voir la venue de Machia’h. L’accent mis sur la bénédiction matérielle suggère qu’il s’agit d’une fin en soi.

Voici comment cela peut être expliqué5 : lors des Temps Messianiques, la force infinie de D.ieu se révélera dans le monde. Une révélation de cet ordre s’inscrira nécessairement dans toutes les dimensions de la réalité. S’il devait n’y avoir qu’une seule dimension dans laquelle cette révélation ne serait pas exprimée, ce serait une atteinte à son infinitude, car le véritable infini pénètre et influence toute chose. C’est la raison pour laquelle l’Ère Messianique ne sera pas uniquement marquée par une grande révélation spirituelle mais aussi par une immense bénédiction matérielle. La révélation de l’Infini ne se cantonnera pas au plan spirituel mais se déversera également au sein du monde matériel. L’abondance matérielle infinie annoncée par nos Sages sera la conséquence de cette révélation.

On retrouve ce même mécanisme chez l’être humain : lorsqu’une joie véritable s’empare de lui, non seulement son esprit et son cœur se réjouissent, mais ses jambes se mettent d’elles-mêmes à danser. Quand son intensité est telle qu’elle déborde, la joie du cœur pénètre les jambes matérielles et les fait se mouvoir. C’est de cette même manière que l’immense révélation divine de l’Ère Messianique agira sur les « arbres des champs » de sorte qu’ils « battront des mains »6 et donneront leurs fruits en abondance.

https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/4043484/jewish/Une-abondance-matrielle.htm#utm_medium=email&utm_source=97_magazine_fr&utm_campaign=fr&utm_content=content

Pensée juive

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000menorah-au-laser-au-festival-des-lumieres-1006

 

Béhaalotekha

Allumez la lumière !

Vous êtes dans un espace bien éclairé, participant à des choses importantes, et soudain la lumière s’éteint. Vous localisez immédiatement l’interrupteur le plus proche, vous vous élancez et rétablissez la clarté dans la pièce, au grand bonheur de tous.

Dites-vous maintenant que chaque personne est un lampadaire qui éclaire notre réalité.

Si l’un d’entre eux s’éteint, donnant lieu à un vaste périmètre de ténèbres, ne ressentirez-vous pas le même sentiment d’urgence à lui rétablir le courant ?

Chacun d’entre nous possède une lumière qui lui est propre, à même de révéler le monde sous un jour unique.

Nous avons besoin de toutes ces lumières, de toutes ces perspectives.

Parce que c’est dans l’infinie diversité de la création que s’exprime le mieux l’unité du Créateur.

Chabbat Chalom !
Emmanuel Mergui
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org

Contrat – les 9 leçons de vie

000000000000000000000000000000000000000000000018581565_1564739843538330_5069595197911740311_n

Imaginons un instant que juste avant de venir au monde, on vous propose le contrat suivant et les règles qui l’accompagnent. Dans votre empressement, vous l’acceptez simplement pour le privilège d’expérimenter la vie sur terre.

Voici votre contrat :

1. Vous recevrez un corps. Vous pouvez l’aimer ou pas, mais ce sera le vôtre pendant toute la durée de votre séjour sur terre.
2. Vous apprendrez des leçons. Vous êtes inscrits dans une école informelle à temps complet, qui s’appelle la vie. A chaque jour, à cette école, vous aurez l’occasion d’apprendre des leçons. Vous pouvez aimer ces leçons ou les considérer comme non-pertinentes et stupides.
3. Il n’y a pas d’erreur, il n’y a que des leçons. La croissance est un processus d’essai et d’erreur, une expérimentation. Les expériences « échouées » font autant partie du processus que celles qui finissent par être « réussies ».
4. Une leçon est répétée tant qu’elle n’est pas apprise. Une leçon vous sera présentée de différentes façons tant que vous ne l’aurez pas apprise. Alors vous pourrez continuer à la leçon suivante.
5. L’apprentissage des leçons n’a pas de fin. Il n’y a aucun aspect de la vie qui ne contient pas ses leçons. Tant que vous êtes vivant, il y a des leçons à apprendre.
6. « Là-bas » n’est pas mieux que « ici ». Quand « là-bas » sera devenu « ici », vous obtiendrez simplement un autre « là-bas » qui paraîtra à nouveau mieux que « ici ».
7. Les autres sont simplement vos miroirs. Vous ne pouvez pas aimer ou détester quelque chose chez une autre personne à moins qu’elle ne vous reflète quelque chose que vous aimez ou détestez de vous-même.
8. Ce que vous faites de votre vie vous appartient. Vous avez tous les outils et les ressources dont vous avez besoin. Ce que vous en faites vous appartient. C’est votre choix.
9. Les réponses résident en vous. Les réponses aux questions de la vie reposent en vous. Tout ce que vous devez faire est de regarder, écouter et avoir confiance.
Gardez votre Foi intacte dans ce qui vous sert de guide.

Trouvé sur facebook : https://www.facebook.com/mirdin.merlin

Les 4 lois de la spiritualité

000000000000000000000000000000000000000000000000000029313892_383017538830621_3094281086432182272_n

Vibra Mandala

En Inde, on enseigne ;  » Les quatre lois de la spiritualité « .

La première dit :  » La personne qui arrive est la bonne personne « , c’est-à-dire personne n’entre dans notre vie par hasard, toutes les personnes autour de nous, toutes celles qui interagissent avec nous, sont là pour une raison, pour nous apprendre et progresser dans toutes les situations.

La deuxième loi dit :  » Ce qui s’est passé est la seule chose qui aurait pu arriver. » rien, mais rien, absolument rien de ce qui s’est passé dans notre vie n’aurait pu être autrement. Même le plus petit détail. Il n’y a pas de  » Si j’avais fait ce qui s’était passé autrement … » Non. Ce qui s’est passé était la seule chose qui aurait pu arriver, et c’est comme ça que nous apprenons la leçon et que nous allons de l’avant. Chacune des situations qui se produisent dans notre vie est l’idéal, même si notre esprit et notre ego sont réticents et non disposés à l’accepter.

La troisième dit :  » Le moment où c’est le moment est le bon moment : » Tout commence au bon moment, pas avant ni plus tard. Quand nous sommes prêts à commencer quelque chose de nouveau dans notre vie, c’est alors qu’il aura lieu.

La quatrième et dernière :  » Quand quelque chose se termine, c’est fini.  » C’est ça. Si quelque chose est terminé dans notre vie, c’est pour notre évolution, donc il est préférable de le laisser, aller de l’avant et continuer désormais enrichis par l’expérience.

Je pense que ce n’est pas un hasard si vous lisez ceci, si ce texte est entré dans nos vies aujourd’hui c’est parce que nous sommes prêts à comprendre qu’aucun flocon de neige ne tombe jamais au mauvais endroit …..