Archives

qu’est ce que l’intelligence ?

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000is

tant de définitions lui ont été accordées qu’après les avoir toutes lues, on ne sait toujours pas comment en parler.

 

C’est tout simplement  parce qu’il y a plusieurs sortes d’intelligences:

 

-L’ébéniste qui est capable de fabriquer un meuble de toute beauté a l’intelligence manuelle.

 

-L’homme qui crée une sculpture, une musique, une peinture à une intelligence artistique.

 

-La femme qui, avec rien ou presque, boucle les fins de mois le sourire aux lèvres a une intelligence pratique.

 

-La mère illéttrée  que les enfants plus tard entoureront de toute leur tendresse a l’intelligence du cœur,

 

-l’élève qui, sans effort, retient ses leçons et les comprend à une intelligence cérébrale,

 

-la personne qui ressent, qui sait d’avance, qui devine, a une intelligence intuitive etc…..

 

Donc la plus belle définition de l’intelligence ne serait-elle pas : « c’est la faculté de savoir se servir de ses facultés ». ?

 

Il ne faut d’ailleurs pas la confondre avec l’instruction qui, si elle nécessite un minimum d’intelligence pour comprendre ce qui est enseigné, est totalement différente, car il s’agit de connaissances apprises et non pas de facultés innées DONT ON SE SERT , car tout est là : nous naissons tous avec un potentiel  dont il nous faut, dans un premier temps , deviner l’existence pour ensuite s’en servir, en faire quelque chose.

 

Les plus grands ennemis de l’intelligence ne seraient ils pas :

 

-la paresse,

-le manque de courage d’oser,

-la routine, mais aussi et surtout

-la malchance d’être né avec une cuillère d’argent dans la bouche,

-d’avoir toujours tout reçu sans demander,

-de s’être installé dans la facilité, ce qui débouche toujours, au bout d’un temps plus ou moins long, sur l’ennui, cet ennemi mortel qui annihile toute envie de faire et d’entreprendre et qui provoque à plus ou moins long terme, la jalousie devant le bonheur des autres et le dégout de soi qui se transforme en agressivité envers l’entourage, ou qui peut conduire aussi au suicide.

 

Voici donc les élucubrations dont j’ai seule le secret mais je pense très profondément tout ce que je viens d’écrire, ma vie ayant été sillonnée d’exemples de ce genre.

 

-Savoir se contenter de ce que l’on a,

-essayer de s’améliorer à chaque fois que cela est possible

 

Voici deux clés qui peuvent aider  si on en comprend le sens. Yaël

Je regarde ce qui entre

Hier, en préparant le message que je voulais partager concernant l’importance de où se porte notre attention, je me suis souvenue d’un passage de ma vie qui fut plutôt acrobatique…

Il y a seize ans de ça, dans les mois suivant la création du Magazine VIVRE, je dois dire que je ne roulais pas sur l’or. C’était même tout le contraire! J’avais toujours un pied dans le vide, ne sachant jamais si je réussirais à rester sur la terre ferme ou si je tomberais pour de bon. Et mon attention, elle, était toujours portée sur le gouffre financier qui était là, juste devant moi, chaque nouvelle facture qui arrivait m’en rapprochant toujours un peu plus. C’était littéralement épuisant!

Un jour, une amie m’a fait remarquer que je portais TOUTE mon attention sur l’argent qui sortait, et comme je «nourrissais» uniquement les sorties d’argent, c’était «normal» qu’elles «grossissent»!…

Elle m’a alors conseillé de porter TOUTE mon attention sur les entrées d’argent : je trouve 1 sous par terre, je lui accorde mon attention et je dis merci; 1 personne s’abonne au magazine, je dis merci; je reçois mon chèque de paie, je dis merci; ce que je voulais acheter est en rabais, je dis merci. Et ainsi de suite.

Et pour les facture? Je les paie sans plus, sans les appréhender, sans dramatiser, sans extrapoler…

Alors je me suis appliquée à la tâche, jour après jour, parfois avec des petites rechutes, (entre autre quand la facture de 15,000 $ de l’imprimeur arrivait) mais ça ne duraient jamais longtemps. Aussitôt je reportais mon attention sur ce qui «entrait» sans nourrir ce qui «sortait».

De semaines en semaines, de mois en mois, j’ai vu ma situation s’améliorer, subtilement peut-être, mais sûrement.

Aujourd’hui? Je ne porte plus mon attention sur la peur du manque, mais sur la certitude absolue que j’aurai toujours ce dont j’ai besoin, au moment où j’en ai besoin. Et devinez quoi? C’est exactement ce que je vis!

Dire ou se taire

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000quiz_lepee-de-verite_972

Il y a vérité et vérité, celle que l’on peut dire et celle qu’il vaut mieux taire mais il n’est pas toujours facile de faire la différence entre les deux.

Pour moi la vérité que l’on peut et doit dire est celle sans laquelle on ment.

La vérité que l’on doit taire est celle qui ne sert à rien sinon à blesser autrui.

La pensée du jour : D-ieu nous demande de comprendre ses lois.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000aaaapeacemandala

 

« Quelle est la volonté de Dieu à leur sujet, qu’est-ce qu’Il attend d’eux, c’est la question que se posent naïvement certains croyants. Ils s’imaginent que Dieu a une volonté particulière concernant le lieu où ils doivent habiter, la profession qu’ils doivent exercer… Est-ce qu’Il veut qu’ils fondent une famille ou qu’ils restent célibataires pour se consacrer à Lui ?… Est-ce qu’Il leur demande de soutenir telle cause et de combattre telle autre ?…

En réalité la volonté de Dieu n’est pas, pour chacun, relative à une question particulière. Dieu veut seulement que l’homme étudie pour comprendre ses lois, qui sont les lois de la vie, et qu’il s’efforce ensuite de les mettre en pratique. Bien sûr, chacun est personnellement concerné par la volonté de Dieu, mais il ne connaîtra ce que Dieu attend de lui qu’après avoir étudié la volonté divine dans son principe. Qu’il commence par se mettre en accord avec la volonté divine en tant que principe de sagesse et d’amour, et il connaîtra vraiment ce que Dieu attend de lui. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

la pensée du jour :

ce texte s’adresse principalement à ceux qui sont incapables de commenter un article sans employer des mots vulgaires et D-ieu sait s’ils sont nombreux. 

000000000000000000000000000000vulgaritéG8 - L'Amour dans les Quatre Saisons

« La vie est une école dans laquelle on nous a envoyés; et dans cette école, nous ignorons en fait qui sont les professeurs et qui sont les élèves.

Des enfants, des mendiants peuvent nous instruire, mais aussi nos ennemis. Oui, même et surtout nos ennemis, car c’est eux qui nous obligent à faire le plus d’efforts.

Quelquefois, il serait assez facile de répondre aux calomnies, aux attaques, mais toutes les manières de répondre ne sont pas bonnes.

Celui qui riposte court toujours le danger de s’abaisser au niveau de ceux qui s’en prennent à lui, et à ce moment-là, il se salit avec eux. 

Il ne lui est pas interdit de riposter, mais à condition d’être capable de se maintenir très haut, de ne pas rejoindre ses adversaires dans la mesquinerie, la méchanceté; car alors, même si en apparence il remporte la victoire, en réalité il perd aussi beaucoup.

De quelle intelligence, de quelle force de caractère il doit faire preuve pour résister sans employer les mêmes armes que ses adversaires! »



Omraam Mikhaël Aïvanhov