Archives

Connaissez-vous le lait d’or ?

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000dsc_0191-740x300

 

Le lait d’or est une recette de la médecine ayurvédique (médecine traditionnelle originaire de l’Inde). Cette boisson possède des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques, anti-oxydantes, antiseptiques.

Elle favorise la digestion et détoxifie le foie, aide à lutter contre le cholestérol, réduit les risques d’hypertension artérielle, est très bonne pour la mémoire et réduit les risques de troubles neurologiques. Elle a comme autre vertu de purifier la peau et de réguler le métabolisme.

Tout cela grâce au curcuma, l’épice aux nombreuses propriétés (anti-inflammatoire, anti-oxydant, stimule la digestion, les chercheurs s’intéressent à ses vertus anti-cancer et de protection contre la maladie d’Alzheimer, et également aussi source de fer et de manganèse). C’est l’ingrédient magique du lait d’or. Et on comprend bien pourquoi elle est utilisée dans la cuisine asiatique depuis des millénaires.

Pour être plus précis, c’est plus particulièrement la curcumine, composant principal du curcuma qui contient toutes ces propriétés. Mais pour être plus facilement absorbé par notre système digestif, le curcuma a besoin d’autres ingrédients, comme le poivre, qui optimise l’efficacité de la curcuminele gingembre, qui permet de faciliter l’absorption et d’optimiser ses principes anti-oxydants, et l’huile de coco pour augmenter l’absorption de la curcumine, car elle ne se dilue que dans un corps gras.

Le lait d’or se fait en deux étapes.
Il faut d’abord préparer la pâte de curcuma. Vous pourrez la garder 2 à 3 semaines (dans un pot en verre !). Il ne vous restera qu’à faire chauffer du lait et ajouter l’huile de coco et le sucrant, dès que vous aurez envie d’en boire.

 

LA RECETTE DU LAIT D’OR

La pâte de curcuma – pour environ un petit pot d’une contenance de 150 ml

ingrédients_
• 1/4 de tasse de poudre de curcuma (ou de curcuma frais râpé)
• 1/2 tasse d’eau minérale ou filtrée
• 1/2 cuillère à café de poivre noir moulu
• 1  cuillère à café de gingembre râpé

préparation_
1 – faire chauffer l’eau, le poivre, le curcuma et le gingembre râpé dans une casserole (feu moyen)
2 – laisser chauffer pendant 5-6 minutes sans cesser de remuer. Le mélange va s’épaissir.
3 – arrêter le feu lorsque le mélange se transforme en pâte (pas trop compacte).
4 – mettre la pâte dans un pot en verre. Laisser refroidir, fermer et mettre au frais. La pâte de curcuma se conserve pendant 2 à 3 semaines.

Pour faire le lait d’or_
1 – faire chauffer 1 tasse de lait végétal (amande, soja, riz, noisette, selon votre gout)
2 – ajouter 1/2 cuillère à café de pâte de curcuma et 1 cuillère à café d’huile de coco
3 – sucrer à votre gout (miel, sirop d’érable, sirop d’agave)
4 – déguster

_nota_
• Attention, le curcuma tâche énormément !
Faites attention en le manipulant, évitez les ustensiles en plastique ou silicone, préférez ceux en bois. Si vous en avez laissé tomber sur votre plan de travail, nettoyer aussitôt !

Avant de vous proposer cette recette je l’ai goûtée et je l’ai trouvée « DELICIEUSE » Elle remplacera maintenant mon café de 16 heures

A vous maintenant de me dire si vous aimez.

Pierre qui roule…………..

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Pierre-Croule

Pierre qui croule, oratoire
et Griffe du diable à Uchon
(Saône-et-Loire)

Au milieu du XIXe siècle, la « pierre qui croule » d’Uchon, galet de granit de huit mètres de large et de 2 mètres 30 de haut, pesant plus de 20 tonnes et situé à l’orée du bois d’Escrots, jouissait d’une propriété curieuse, celle d’osciller du nord au sud à la moindre pression. C’était mystérieux et divertissant.

Les savants expliquaient déjà prosaïquement le phénomène : la « pierre qui croule » et son support, appartenant à la catégorie des granits porphyroïdes tendant à se décomposer, les parties exposées aux intempéries, depuis des siècles, s’effritèrent peu à peu. Seuls, les points de contact échappant à cette décomposition, formèrent un pivot naturel qui, par sa position légèrement oblique, permettait un déplacement facile du centre de gravité.

Mais pour les habitants, la « pierre qui croule » était auréolée de surnaturel. Les anciens, paraît-il, la consultaient comme un oracle, et leurs descendants, vigilants gardiens des traditions ancestrales, la prenaient encore pour arbitre. Seulement, par une singularité de leur nature, ils l’avaient transformée en juge spécialiste de la fidélité conjugale.

Quelque mari jaloux concevait-il des doutes sur la sagesse de son épouse ? Il l’amenait de gré ou de force à la « pierre qui croule ». Et là, de son doigt tremblant, l’inculpée devait mettre le juge en mouvement. Le nombre des oscillations fixait, sans erreur possible, le soupçonneux conjoint sur son bonheur ou son infortune.

Que de drames, que de comédies se jouèrent à l’ombre du rocher ! Les bonnes langues disent même que certaines villageoises à l’âme inquiète venaient en cachette s’exercer à risquer l’épreuve. Néanmoins, la « pierre qui croule » était la terreur des petites Morvandelles à tête folle, la bête noire aussi de tous les coqs de village. Une longue rancune s’amassait contre elle et devait, tôt ou tard, causer sa perte.

La suite ici : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1986

Il était une fois, le chat

 

 

 

Le chat, notre ami félin -Dieu ou diable

00000000000000000000000000000000000Leonard de Vincichat20-esquisse-devinci

Illustration de Léonard de Vinci

Comme tous les animaux, le chat a une histoire, assortie de légendes noires ou dorées, nourries de ses relations avec l’homme. Ce petit félin a également une préhistoire, bien plus ancienne que celle de l’homme, et il en garde la mémoire.

Les initiés prêtent volontiers sept vies au Chat, voire neuf. C’est dire la richesse et la complexité du personnage !

00000000000000000000000000000000mùsée archéologique Napleschat1-mosaique-pompéi

Musée archéologique de Naples

Il était une fois… Il y a cinquante millions d’années

Le chat a conquis la Terre il y a 50 millions d’années. Nos lointains ancêtres, les premiers hominidés, ne sont apparus que quarante millions d’années plus tard et Homo sapiens – nous-mêmes – il y a à peine 200 000 ans.

L’homme et le chat, qui ne partagent guère de points communs, vont pourtant se rencontrer vers 7 500 avant J.-C. Commence alors l’« âge du chat » domestique.

Un fait remarquable est que le chat garde la mémoire de cette vie d’aventure. S’il dort au minimum 16 heures sur 24, ce n’est ni par paresse, ni par faiblesse, mais pour être toujours en pleine forme si on l’attaque, se réveillant en une fraction de seconde.

Il recouvre ses excréments de terre ou de litière, non par souci de propreté, mais pour dissimuler sa trace à l’ennemi ancestral. Il hérisse son poil pour paraître plus gros que nature, face aux autres félins ou prédateurs supérieurs en poids. Il rêve en grondant, vibrant de tout son être, en souvenir de chasses et de combats préhistoriques.

https://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=2177&ID_dossier=462

 

Les gitans, dernière partie

drapeau gitanis

Le temps du malheur

Au XXème siècle leur stigmatisation s’accroit et on leur reproche leur mode de vie et leur singularisme En Allemagne en 1935, avec les lois de Nuremberg (sauvegarde du sang et de l’honneur allemand) celles-ci visent non seulement les juifs mais aussi les « asociaux » au premier rang desquels, les nomades.

Internés, massacrés et exterminés, des dizaines de milliers de tsiganes sont enfermés dans des camps et en 1942, on les dirige vers Auschwitz dans une partie qui leur est réservée.Les épidémies font rage plus encore que les gazages et les enfants nains ou jumeaux sont orientés vers les laboratoires du tristement célèbre docteur Mengelé pour des expériences « in vivo »

Sur un million de tziganes vivant en Europe avant la guerre plus de 220.000 furent les victimes du génocide.

La vie reprend son cours et fidèles à leurs coutumes, les tziganes continuent à pâtir de différentes formes d’exclusion qui n’ont heureusement  rien de comparable  aux horreurs de la période nazie.

Le « romani » langue orale donc dépourvue d’écriture est à la base de l’identité tsigane même si beaucoup ne la parle pas. Un autre facteur d’identité est l’endogamie : on se marie dans la communauté et l’on se tient à l’écart des étrangers « gadjos »

On compte environ 8 à 12 millions d’individus en Europe dont une majorité dans les pays de l’Est, plus de 2 millions en Roumanie le reste se répartissant entre la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, et en république tchèque. On entrouve aussi en grèce et en Turquie mais ils n’y sont pas recensés. En France ils sont plus de 300.000, en Espagne 700.000, en Allemagne 130.000, en Italie 120.000 et 1 million en Amérique du Nord.

Les tziganes ont apporté à leurs hôtes des rythmes musicaux d’une profonde originalité et les guitaristes Django Reinhardt, né en Belgique dans une roulotte et Manitas de Plata (petites mains d’argent) né lui aussi dans une roulotte à Sète continuent de faire vibrer les cœurs au dela de la communauté Tzigane.ba 06/08/2010

L’URI (Union Rom Internationle)a adopté en 1971 le drapeau « Rom » qui a pour originalité de représenter un peuple et non un pays.

La roue à 16 rayons symbolise la route, le voyage, la roulotte mais surtout les origines indiennes des Roms d’ou la ressemblance entre leur drapeau et celui de l’Inde.

La couleur bleue symbolise le ciel, la liberté, les valeurs spirituelles tsiganes

Le vert est un hymne à la nature au progrès et à la fertilité, aux valeurs matérielles

Les gitans 4ème partie

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000hyvrykou

 

S’étant répandus un peu partout, ils s’installent au moyen-âge en Moldavie et Valachie (aujourd’hui la Roumanie) et lorsque ces territoires tombent sous la tutelle des turcs ottomans, ceux ci accablent d’impots les seigneurs et clergé qui a leur tour pressurent tous leurs sujets et en particulier les plus faibles les réduisant à l’état d’esclaves sans même être attachés à une terre comme les serfs.

Les roms vont supporter cette situation jusqu’àu milieu du XIXème siècle et leur misère actuelle est le reliquat de cette situation.

En Occident, leur situation se dégrade également au fur et à mesure que décline l’autorité des seigneurs remplacée par celle de l’Etat qui voit en eux des gêneurs difficilement contrôlables à cause de leur mobilité.

Sous Louis XIV,  des mesures sont prises à leur encontre et on les menace  des galères ou d’un envoi aux colonies ; d’ailleurs, plusieurs seront expédiés en Louisiane où leurs descendants perpétuent leurs traditions.

En Espagne on les traque les pressant de rentrer dans le rang et d’abandonner leur particularisme.Les rescapés des persécutions se cachent dans les grottes des environs de Grenade où on les rencontre encore aujourd’hui.

C’est alors qu’apparaît leur réputation de vagabonds, chapardeurs et aussi voleurs d’enfants.

Au milieu du XIXème siècle, suite aux révolutions de 1848 des nobles roumains d’esprit libéral obtiennent l’émancipation des Roms.Enfin libres de leurs mouvements, ils quittent la terre de leurs malheurs, d’où un premier mouvement d’émigration vers l’Occident. La France en accueille une partie ainsi que des « Sinti » d’Outre-Rhin, auxquels on donne ne nom de « Manouche » et c’est alors qu’ils vont adopter un moyen de locomotion nouveau

« Plus blanc que blanc »

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000046874

 

Fontainebleau, XVIe siècle. Entouré d’une armée d’assistants, l’artiste italien Primatice est chargé de décorer une partie du château. Pour anticiper ce qu’il doit peindre, rien ne vaut un petit croquis !

Mais plusieurs de ses dessins sont aujourd’hui ponctués de curieuses taches sombres… Que s’est-il passé ?

C’est tout simple. Pour donner l’illusion de la lumière dans son dessin, Primatice a utilisé une technique courante dans les arts graphiques – des œuvres réalisées sur du papier. L’artiste a disposé quelques touches de peinture blanche sur le papier, comme si la lumière venait du côté gauche…

Cette peinture s’appelle du blanc d’argent, ou du blanc de plomb. Et, depuis des siècles, c’est le meilleur ami des artistes : on ne connaît pas de pigment blanc plus opaque. Sauf que le blanc d’argent a deux gros défauts…

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000046908

Le premier est bien visible ici : ce blanc d’argent, s’il n’est pas verni ou mélangé à de la résine, se transforme avec le temps au contact de l’air. C’est pourquoi ce qui devait apparaître comme des touches lumineuses sur le dessin de Primatice ressemble désormais à des taches noirâtres et disgracieuses…

Le second défaut du blanc d’argent est beaucoup plus inquiétant. C’est une peinture très toxique ! Comme elle contient du plomb, elle peut provoquer de dangereuses intoxications qui attaquent le système nerveux.

Il faut attendre 1925 pour que les chimistes de la maison Bourgeois mettent au point le blanc de titane. En plus d’être inoffensif, il est suffisamment opaque pour rivaliser avec le blanc d’argent.
Malheureusement, c’est un peu trop tard pour que Primatice puisse s’en servir !

logoartipsa5dc85d4-c648-432f-b8ac-0352298fb60a

 

Les gitans 3ème partie

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000hyvrykou

Les premières références écrites sur ce peuple remontent, en Europe,  au Moyen-Age.

En octobre 1421,les registres de l’échevinage d’Arras notent l’arrivée dans leur ville d’une trentaine de personnes qualifiées de « merveilles venues d’étrangers du pays d’Egypte ». Leur teint est basané, leurs cheveux longs et noirs, leur stature haute et leurs tenues pauvres mais colorées.Ils voyagent à cheval et le cavalier de tête se présente comme le « comte de la petite Egypte »Il présente une lettre de l’empereur d’Allemagne qui demande de leur donner assistance, et les échevins obéissent, leur apportant victuailles, bière et charbon mais pas de logement  car les ancêtres de ces  étrangers étaient de bons chrétiens qui se sont convertis à l’islam sous la pression des conquérants musulmans puis revenus à leur foi ancestrale, le pape, pour leur pardonner leur apostasie, leur aurait imposé de se déplacer sans jamais dormir dans un lit pendant 7 ans.Ils installent donc leur campement sur la place d’Arras à la plus grande joie des habitants.

Ils feront de même dans toutes les villes d’Europe occidentale au début du Xvème siècle, dont à Paris en 1427 d’où un long commentaire dans le « journal d’un bourgeois de Paris. »

Ces gens seront donc appelés Egyptiens car à cette époque la « petite Egypte » désigne de manière floue la Grèce, la Syrie, Chypre….Mais on les appelle aussi Bohémiens parce qu’ils se présentent avec des lettres d’accréditation du roi Sigismond de Bohème. Ils sont très appréciés par les grands de ce monde pour leur vie sans attache et les ressources dont ils font preuve. Les femmes tziganes elle, ont très tôt la réputation de lire l’avenir dans les lignes de la main et l’église ne dit rien car à la fin du moyen-âge,  nos ancêtres se montre friands de tout ce qui touche à la divination, n’oublions pas en effet que Nostradamus est de cette époque.