Archives

Si je reviens un jour.

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000safe_image

 

http://m.france24.com/fr/reporters/20170331-je-reviens-jour-lettres-retrouvees-louise-pikovsky-histoire-shoah-webdoc

Publicités

UN AUTRE MUSÉE DE LA SHOAH À DÉCOUVRIR À JÉRUSALEM

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000holocaustchamber-jerusalemfutee

Quand on parle de la Shoah et de musée, on pense tout de suite à Yad Vashem. Mais en Israël, il existe d’autres lieux qui évoquent cette tragédie.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000holocaustchamber2-jerusalemfutee

Et à Jérusalem, juste en dehors des murailles de la vieille ville, à coté de la Porte de Zion et en face de la tombe de David, il y a un musée, presque inconnu, mais qu’il est essentiel d’aller visiter. Il s’agit du Holocaust Chamber Museum, ou en hébreu Hamartef Hashoa.

 

http://jerusalemfutee.com/un-autre-musee-de-la-shoah-a-decouvrir-a-jerusalem

Les héros oubliés

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Auschwitz-–-Birkenau-

 

Il s’appelle Marcel. Il a été désigné pour la sélection. Il est dans la file de ceux qui vont mourir.

Devant la porte de la chambre à gaz, un allemand bedonnant est là pour réfreiner tout mouvement de panique ou de rébellion.

Au moment où il va pénétrer dans la pièce, Marcel est brusquement tiré par le bras et sorti de la file et puis, la porte se referme sur le dernier condamné.

« je te connais toi baragouine le SS dans un mauvais français »

A force de poser des questions la vérité se fait jour.

-Oui Marcel est de Lille,
-Oui Marcel était boxeur amateur dans …. une autre vie.
Et c’est à cela qu’il doit la chance d’avoir éviter de justesse le cyclon B.

Des semaines ont passé, dans sa baraque, il a sympathisé avec deux types qui rêvent d’évasion et petit à petit leur plan prend forme et Marcel sent bien qu’ils pourraient réussir alors il se joint à eux.

Ils sont arrivés jusqu’à la forêt mais ils entendent les aboiements des chiens qui se rapprochent rapidement, trop rapidement. Des coups de feux éclatent, deux fugitifs sont abattus ; Marcel, lui, est ramené au camp et roué de coups.

Le lendemain, tous les prisonniers sont réunis sur la place pour assister à la pendaison.
Le Ch’ti se trouve déjà sur l’estrade, les mains liés dans le dos ; on lui passe la corde pendant que l’adjudant, éclatant littéralement dans son uniforme, vocifère et explique, dans une langue que lui seul comprend, les raisons du châtiment mérité.

L’orchestre a fini de jouer et d’un geste théatral, l’adjudant à levé le bras : la trappe s’est ouverte et Marcel a disparu à la vue de ses compagnons d’infortune.

Au début on ne comprend pas, mais on sait qu’il se passe quelque chose. Et puis, on aperçoit Marcel, allongé sur une civière : la corde a cassé et dans sa chute il a eu la jambe brisée.

Les lois de la guerre sont parfois bizarres : s’évader de ce camp équivaut à la peine de mort mais si on est blessé, on est d’abord soigné et lorsque l’on est guéri, on est alors de nouveau exécuté.

Dans ce qui sert d’infirmerie, Marcel est soigné et gardé par des teutons qui se relaient. Et un jour, il se retrouve nez à nez avec le fan des gants de boxe.

Qu’a-t-il dit et à qui ? Qu’a-t-il fait ? Marcel n’en sait rien mais alors qu’il est maintenant capable de marcher, Fritz lui apporte des habits ( il apprendra plus tard qu’il ont été pris sur un cadavre) et le fait sortir en lui conseillant de se faire tout petit et de se perdre dans la foule des autres prisonniers.

Quand quelques jours après sa dernière aventure les américains libèreront le camp il cherchera partout son sauveur afin de lui renvoyer l’ascenseur mais il ne le retrouvera jamais. Yaël

Histoire si triste…… mais aussi si belle !

 

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000607

 

Devenir parent est l’une des plus grandes sensations que vous pouvez éprouver dans la vie. Il y a ceux qui disent que dès qu’on devient mère ou père, on le devient pour tous les enfants du monde.

Un  homme sait exactement ce que cela veut dire.

Cette histoire est une folie qu’on se sent obligé de partager.

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000610

Tong Phuoc Phuc est un maçon du Vietnam qui, en 2001, a connu la grande joie de devenir père.

Lorsque le grand jour est arrivé, Tong a accompagné sa femme à l’hôpital pour accueillir leur fils au monde.

Mais, malheureusement, l’accouchement était compliqué.

En savoir plus sur http://zap-du-jour.net/ils-trouvent-10-000-enfants-enterres-dans-un-jardin-ca-me-fend-le-coeur-en-sachant-la-verite-21524#h503JKiUFvKepJMF.99

LES HEROS OUBLIES

 

 

LES HEROS OUBLIES

Jusqu’ici j’avais toujours hésité à parler de cette sombre période de notre histoire car je sais qu’il y a hélas beaucoup de gens qui ont envie de tourner la page, quant aux jeunes, beaucoup ignorent ce qui s’est passé non seulement parce que les parents ne leur ont rien dit mais aussi parce que le passé, c’est pour les vieux (dixit, l’un de mes fils) alors qu’eux sont tournés vers l’avenir , un avenir qui file à 200 km à l’heure.

Pour la journée des déportés, j’ai raconté une histoire qui a eu beaucoup de commentaires positifs et plusieurs personnes m’ont même fait savoir qu’elles s’intéressaient à tout ce qui s’était passé pendant la deuxième guerre mondiale.

Alors l’idée m’est venue de faire des recherches et de vous en livrer le résultat. Il s’agit d’histoires de gens, simples au départ, mais qui sont devenus des héros malgré eux.

Voici les questions que je me suis toujours posées :

-1) comment de telles atrocités peuvent –elles être commises ?
-2) comment des gouvernements, des groupes, des personnes bien intentionnées peuvent-elles avoir laissé faire ?
-3) comment peut-on survivre pendant des mois et parfois même des années dans un univers carcéral où tout est fait pour vous anéantir ?-
-4) comment vit-on après avec de tels souvenirs accompagnés très souvent d’un sentiment de culpabilité d’avoir survécu ?
-5) Ces hommes et ces femmes sont-ils des êtres exceptionnels ?
-6) où ont-ils trouvé le courage et la force de refuser de se soumettre ?
La réponse est peut-être dans la citation de : Christopher Reeve.
« Un héros est une personne ordinaire qui trouve la force de supporter et de persévérer en dépit d’obstacles écrasants. »

Je n’ai pas de réponses à toutes ces questions, alors si vous vous posez les mêmes que moi, je vous livrerai de temps en temps, une histoire vécue, et ce sera à vous de dire ce que vous en pensez.

Moi je ne fais rien d’autre qu’un travail de mémoire.

frise-00_C3_A03b-png

L’histoire d’Helène Broda

Ses parents ont fui lodz (Pologne) vers la France le « pays de rêves »où elle arrive à 2 ans en 1923. La famille s’installe à Nancy où nait Juliette. Lors de la débâcle, la famille file vers le sud et s’installe à Limoges où Hélène termine ses études. Elle trouve ensuite un emploi de secrétaire dans une Cie d’assurances et fait partie des réseaux locaux de la résistance. 
Dénoncées comme juives mais non comme résistantes par un voisin que la famille fréquentait et qui a leur insu faisait partie de la milice, les deux soeurs sont arrêtées début 1944. Toutefois, grâce à une complicité, elles parviennent à prévenir leurs parents leur donnant ainsi une chance d’échapper de justesse à la gestapo.

Drancy d’abord puis direction Birkenau (Auschwitz II)

Les deux sœurs ont alors une devise : je vivrai pour elle et elle vivra pour moi.

Transférées au camp de Begen-Belsen en Février 1945 elles tentent sans succès de s’évader.Déportées alors vers le ghetto de Théresienstadt, Hélène devient secrétaire du représentant de la croix rouge tandis que sa sœur souffre du typhus.

Libérées par les Russes en mai 1945 et après de multiples péripéties elles sont rapatriées à Lyon. Un mois plus tard elles retrouvent leurs parents qui restèrent cachés en Haute Vienne pendant toute la guerre.

Juliette est décédée en 1992.

« Elle aura eu 47 ans de rémission, elle a écarté le ressentiment du reste de sa vie,

En vouloir à qui ? à quels Allemands ? à quels Français ?

Canular Jules Verne

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000jules-vernes-poe

En 1844 un article du New York Sun donna l’information suivante à la population: l’océan Atlantique à été traversé en seulement 3 jours grâce à une machine volante, un ballon dirigeable.

L’appareil serait ainsi parti d’Angleterre dans le but de rallier Paris, mais en raison de forts vents il aurait dévié de sa course et se serait retrouvé à Charleston en Caroline du Sud, de l’autre coté de l’Atantique.

Or il se trouve que l’auteur de cet article n’était pas n’importe qui: un certain Edgar Allan Poe. Le célèbre écrivain venait tout juste d’arriver à New York et travaillait alors comme journaliste.

Mais il ne s’agissait que d’un pur mensonge, un canular. Certes 60 ans plus tôt les frères Montgolfier avait mis au point leur ballon et on avait réussi à traverser la Manche. Mais jamais l’Atlantique. Il fallut d’ailleurs attendre la deuxième moitié du 20 ème siècle pour y parvenir.

Le journal lui-même fut dupé. Le récit imaginaire de Poe fut publié en tant que canular à l’insu même du New York Sun. Il faut dire que les détails ne manquaient pas puisque le ballon qui se nommait Victoria aurait transporté 8 personnes et réalisé la traversée en seulement 75 heures. La performance aurait été extraordinaire puisque à l’époque il fallait en bateau à peu près deux semaines.

Résultat, le journal se vendit comme des petits pains et de nombreux quotidiens reprirent l’histoire. Mais 48 heures plus tard le New York Sun se rétracta en informant ses lecteurs que l’histoire était fausse.

Certes Poe se fit ainsi connaître mais sa carrière au journal s’arrêta là.

En revanche son canular eut un destin ! Il eut une grande influence sur les écrits de Jules Verne. On la retrouve notamment dans son premier roman à succès, 5 semaines en ballon mais également Voyage au centre de la Terre et Le tour du monde en 80 jours.

En savoir plus sur https://www.chosesasavoir.com/canular-inspira-jules-verne/#pJZ033ozS5cdrsAy.99