Archives

A méditer : Agir et assumer.

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000consc3a9quences1

 

 

Quand on fait quelque chose (un acte), il faut toujours en assumer les conséquences et pour cela, il faut réfléchir à ce que l’on fait avant d’agir.

Lorsque la conséquence arrive, il faut toujours se demander pourquoi ?

– ai-je mal fait quelque chose ?

– ai-je oublié de faire quelque chose ?

– aurais-je pu l’éviter ?

– que dois-je faire maintenant pour réparer ?

Les gens ont trop souvent tendance à accuser, le monde, la société, le gouvernement, les voisins alors que chacun est en premier responsable de ce qui arrive car soit, il n’a rien fait pour l’en empêcher, soit, il a tout fait pour que cela se produise.

Accuser les autres, c’est avant tout un refus d’endosser la responsabilité d’un agissement.

Se reconnaître coupable, c’est commencer à comprendre ce qu’il faudra faire ou ne pas faire à l’avenir pour ne plus se retrouver dans la même situation.

 

Yaël

Publicités

Qu’est-ce que l’âme ?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000001645

L’âme est la personne, le « soi » qui habite le corps et agit à travers lui. Sans l’âme, le corps est comme une ampoule sans électricité, un ordinateur sans programme, une combinaison spatiale sans astronaute à l’intérieur. Lorsqu’il reçoit l’âme, le corps acquiert la vie, la vue et l’ouïe, la pensée et la parole, l’intelligence et les émotions, la volonté et le désir, la personnalité et l’identité.

Toute chose a une âme

En vérité, ce n’est pas seulement l’être humain, mais toute chose créée qui possède une « âme ». Les animaux ont une âme, tout comme les plantes et même les objets inanimés. Chaque brin d’herbe possède une âme, de même que chaque grain de sable. Ce n’est pas seulement la vie, mais également l’existence elle-même qui a besoin d’une âme pour la maintenir : une « étincelle de divinité » qui l’imprègne constamment de réalité et de sens. Une âme n’est pas seulement le moteur de la vie ; elle incorpore également le pourquoi de l’existence d’une chose, son sens et son objet. C’est « son identité profonde, sa raison d’être. Tout comme “l’âme” d’une œuvre musicale est la vision du compositeur qui confère vie et énergie aux notes jouées : les sonorités des notes sont comme le corps qui exprime la vision et l’émotion de l’âme qu’elles recèlent. Chaque âme est l’expression de l’intention et de la vision divine dans la création de cette créature particulière. »1

Cinq niveaux

Mais c’est l’âme humaine qui est la plus complexe et la plus élevée de toutes les âmes. Nos Sages ont dit : « Elle est appelée de cinq noms : Nefech (âme), Roua’h (esprit), Néchama (souffle), ‘Haya (vie) et Yé’hida (singularité). »2 Les Maîtres ‘hassidiques expliquent que ces cinq « noms » de l’âme décrivent en fait cinq niveaux ou dimensions de l’âme. Nefech est l’âme en tant que moteur de la vie corporelle. Roua’h est l’être émotionnel et la « personnalité ». Néchama est l’être intellectuel. ‘Haya est l’être suprarationnel, le siège de la volonté, du désir, de l’engagement et de la foi. Yé’hida évoque l’essence de l’âme : son unité avec sa source qui est l’essence singulière de D.ieu. Car l’essence de l’âme humaine est « littéralement une parcelle de D.ieu d’En-haut »3, une partie de D.ieu en nous, pour ainsi dire.

Deux âmes

Les Maîtres ‘hassidiques parlent de deux âmes distinctes qui donnent vie à l’être humain : une « âme animale » et une « âme divine ». L’âme animale est mue par son instinct de conservation et d’autosatisfaction. En cela, elle ressemble à l’âme et à l’être de toutes les autres créatures. Mais nous possédons aussi une « âme divine », une âme mue par le désir de se reconnecter avec sa Source. Notre vie est l’histoire de la rivalité et de l’interaction entre ces deux âmes, à mesure que nous luttons pour équilibrer et réconcilier nos besoins et nos désirs physiques avec nos aspirations spirituelles, nos inclinations égocentriques avec nos idéaux altruistes. Ces deux âmes ne résident toutefois pas « côte à côte » dans le corps : l’âme divine est revêtue à l’intérieur de l’âme animale, tout comme celle-ci est revêtue à l’intérieur du corps. Cela signifie que l’âme animale, elle aussi, reçoit sa vitalité de la « parcelle de D.ieu d’En-haut » qu’elle renferme. Si, en surface, ces deux âmes sont en conflit, dans leur essence, elles sont compatibles.4

Le choix

L’essence divine de l’âme humaine est ce qui élève l’être humain au-dessus et le distingue de toutes les autres créatures, y compris les anges. L’ange est certes plus spirituel, mais l’être humain est plus divin. Aucune créature ne peut posséder un véritable libre arbitre. Une créature, par définition, ne possède que – et consiste seulement en – ce que son créateur lui a attribué ; là est sa « nature », et chacune de ses inclinations et de ses actions seront déterminées par cette nature. C’est seulement dans l’âme humaine que le Créateur a mis de Sa propre essence. L’âme humaine est donc le seul être véritablement « supranaturel » (mis à part le Créateur Lui-même), c’est-à-dire un être qui n’est pas limité par sa propre nature ; un être qui a la capacité de se transcender ; un être qui peut choisir de ne pas simplement réagir à son environnement, mais agir dessus ; un être dont les choix et les actes ont par conséquent un véritable sens.

Pourquoi une vie physique ?

Une âme est formée dans la matrice des mondes supérieurs spirituels, où elle acquiert son identité et sa mission particulières. Pour mener cette mission à bien, elle est envoyée dans le monde matériel, revêtue dans une âme animale et équipée d’un corps. Ici-bas, l’âme divine est mise à l’épreuve des besoins et des désirs de l’âme animale, contraires (en apparence) à ses aspirations. Dans ce monde, la réalité divine est voilée par la forte perception de soi du corps et de tout le monde matériel. Pourtant c’est précisément dans ce champ de bataille où la vérité est dissimulée et où l’épreuve est constante que l’âme peut pleinement révéler et exprimer son pouvoir divin.

Guider et nourrir

L’âme est pourvue d’une boussole et d’une carte pour naviguer à travers les défis de la vie matérielle, ainsi que des ressources pour la fortifier. La Torah est « le plan divin de la création » qui guide et instruit l’âme dans la mission de sa vie. La Torah est également « une nourriture pour l’âme » : en étudiant la Torah, l’âme ingère et digère la sagesse divine et reçoit ainsi l’énergie divine lui permettant de persévérer dans sa mission et d’en surmonter les épreuves.

Mitsvot

Une mitsva est une action divine. Chaque fois que l’âme accomplit une mitsva – en donnant une pièce à la charité, en mettant les téfilines, en allumant les bougies de Chabbat, etc –, elle agit comme un « partenaire de D.ieu dans la création » et amène la présence de D.ieu à l’intérieur du monde. Les mitsvot sont toutes des actions matérielles, de sorte que l’âme peut seulement les accomplir lorsqu’elle réside ici-bas, investie dans l’âme animale et dans le corps. Ainsi, le cours de la vie matérielle est la seule occasion pour l’âme d’accomplir des mitsvot. Tout ce qui vient avant et après est seulement le préambule et l’épilogue de la période la plus importante et la plus élevée de l’âme : celle où ses actes relient D.ieu au monde.

La vie après la vie

Lorsqu’elle a terminé son existence physique, l’âme retrouve une existence purement spirituelle. Elle ne peut plus faire de mitsvot, mais les actions divines qu’elle a accomplies lors de sa vie matérielle l’ont cependant élevée à des hauteurs qu’elle n’aurait pas même pu contempler avant sa descente ici-bas. Ces mitsvot sont comme des semences qui germent dans le terreau du monde matériel, puis se développent et se multiplient, propulsant l’âme toujours plus haut ; de même que le font les bonnes actions accomplies en ce monde par d’autres pour le mérite de l’âme d’un défunt.

Le Monde Futur

Finalement, l’âme sera réunie avec le corps. À l’ère messianique, la résurrection des morts introduira un « Monde Futur » de vie physique éternelle, dans lequel « la mort sera à jamais anéantie ».5 Dans le Monde Futur, la création tout entière reflétera pleinement et sans limitation l’infinité et la perfection de son Créateur, et la matérialité transcendera la finitude et l’éphémérité qui la définissent dans le monde imparfait d’aujourd’hui.

par Yanki Tauber

NOTES

http://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1570569/jewish/Lme.htm

 

 

 

 

 

Le lâcher prise conscient.

(illustration de Delphine Lemaître Auger)

 

J’ai pris conscience de la puissance de la vie en accompagnant la naissance…

Ma compréhension de la réalité s’est transformée lorsque j’ai accompagné ce que j’appelais la fin de vie.

Je sais que je vais déranger un peu avec ce texte en comparant la naissance et la mort, mais je pense aussi que ça va peut-être résonner en vous.

La grande question : comment accompagner ces passages dans cette nouvelle conscience que la vie est là, en nous et que nous n’avons rien à faire à part la laisser vivre ?
J’avais compris en accouchant que je devais m’ouvrir et laisser le passage, que toute action allait possiblement nuire. Et j’ai vécu une expérience puissante. J’ai donc touché à cette réalité et puis j’ai oublié. Je suis revenue dans ma vie, dans ma tête bien remplie et j’ai été très active pendant des années afin d’aider, de proposer des actions concrètes et être efficace pendant les naissances.

C’est en accompagnant la vie vers la mort si je puis le dire ainsi que ce souvenir a ressurgi. J’ai réalisé que ces passages sont identiques : dans les deux cas, un abandon s’impose afin de mourir à sa vie d’avant et de laisser la vie être. C’est énorme pour une femme qui accouche ….et pour la personne en fin de vie aussi!

Il faut donc qu’elles se sentent VRAIMENT en sécurité pour y parvenir et qu’elles lâchent le contrôle. Bien sûr, il y a de nombreux autres facteurs dans les accouchements comme la position d’un bébé et surtout les nombreux protocoles médicaux qui contraignent énormément les femmes : «si je n’accouche pas avant telle heure, j’aurai une césarienne…». Une femme ne peut pas se laisser aller si elle doit gérer son temps et son col utérin car elle n’a aucun pouvoir ou contrôle sur l’évolution de son col ! Prononcer ce genre d’ultimatum à une femme qui accouche est totalement contre productif…on veut l’informer à tout prix mais la seule chose dont elle a besoin est le silence, la CONFIANCE et l’amour. Elle n’a que faire des discours qui expliquent et rationalisent puisque tout ce qui se passe en elle ne se contrôle pas : elle est littéralement traversée par la vie.

J’entends votre question : dans la vie en général, comment s’abandonner complètement dans l’intensité d’un moment, malgré le tumulte de cet océan de pensées qui essaie de gérer ce qui se passe à chaque instant?

Voilà la réelle préparation pour les passages de la naissance et de la mort et pour ceux qui les accompagnent.

En effet, comment cesser de m’identifier à mes pensées ? Comment incarner cette évidence : «je ne suis pas mes pensées»?

La rencontre.

Tout d’abord, je m’installe au cœur de moi, là où je sens la vie, dans ce silence plein, là où le contrôle n’existe pas, là où je ne m’arrête pas à écouter mes pensées. Je suis dans la seule présence à ce qui se vit en moi maintenant. Je peux alors ressentir qui je suis vraiment…au-delà de mon image, de mon statut, de mon genre et de mes croyances.

Essayez chez vous avant de vous endormir ou au réveil, dans le métro, en marchant…revenez en vous, régulièrement. Éteignez la télévision ou la radio et écoutez ce silence plein de vie dans lequel vous allez sentir que vous vous déposez toujours un peu plus près de vous.

Bien sûr, mes pensées se sont beaucoup agitées avant de lâcher prise.

J’ai eu de la chance car j’ai accompagné ma mère vers la mort et elle a vécu une EMI[1]. Par la suite, je l’ai vue parvenir à se détacher INSTANTANÉMENT de ses pensées et d’une douleur qui l’amenait à vouloir mourir encore…Je n’avais jamais vu quelqu’un le faire aussi rapidement avant elle. C’était incroyable.

J’ai écrit cette histoire pour que tout le monde sache que c’est possible…

Pendant des mois, je voyais sa chance à elle d’avoir atteint cet état de détachement des pensées, des histoires et des émotions et d’être connectée à l’essentiel, à la réalité de la vie que je découvrais à travers elle. C’était comme un revirement à 360 degrés dans sa vie et ses comportements.

Et puis je me suis dit : et moi ? Est-ce qu’il faut presque mourir pour y parvenir ?

Et bien non…d’autres personnes ont vécu ce grand lâcher-prise et ce contact avec la réalité de la vie.

Je me suis installée de plus en plus dans cet état d’observation de ce qui se vit dans l’instant en moi. J’ai délibérément choisi de ne pas donner trop d’attention à mes pensées et de méditer de plus en plus dans mon cœur, de pénétrer ce silence en moi, cette présence et de sentir le bien-être.

Un jour, j’ai réalisé que de nombreuses croyances et habitudes n’existaient plus. Envolées ! Et cela s’est fait presqu’à mon insu. Je ne pouvais décider qu’elles disparaissent mais je pouvais choisir de ne plus m’identifier à elles, de me déposer consciemment dans mon cœur et de faire confiance à la vie, quoi qu’il se passe … je réalisais que la vie se déploie lorsque j’arrête de vouloir la contrôler. C’est une grosse déprogrammation.

Mes proches confirment le grand changement et moi je me sens libérée. Je réalise que dans cet état, je vis beaucoup plus facilement dans le présent et ma vie est plus joyeuse, intuitive et simple…ce qui ne m’empêche pas d’ëtre très active!

Isabelle Challut

Voyage au delà de la mort.

 

Dans ce voyage intérieur, je vais vivre le processus de la mort, la transition et l’ascension de l’âme après le dernier souffle de vie.
Vivre dans l’esprit le cheminement de l’âme après la mort permet de se familiariser avec cette transition importante et d’être initié pour une vie plus libre encore.

Ce voyage a été fait dans le cadre d’un stage de chamanisme sur le thème de la mort et l’au delà, par Laurent Huguelit. Pendant 50 minutes, accompagné par deux tambours, je vais vivre ma mort.

Voici le récit de ce voyage chamanique vécu dans mon esprit.

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000voyage-au-dela-mort

 

 

http://www.sciencedesoi.com/voyage-au-dela-mort/

Bouddhisme et hindouisme naissent en Inde

spiritualité1931472_560411787467011_2200799863164549710_n

 

Au 1er millénaire av. J.-C., la civilisation indienne prend forme en même temps que les grandes religions orientales.

D’un point de vue géographique, le sous-continent indien est délimité par un arc de montagnes dominé par la chaîne de l’Himalaya. À l’ouest pourtant, elle autorise les mouvements de population : c’est par là que se feront la quasi-totalité des apports extérieurs.

Deux grands fleuves se distinguent : l’Indus à l’ouest, qui irrigue une plaine désertique, et le Gange au nord. Si le premier a vu le développement de l’antique civilisation harappéenne, c’est le second qui va voir l’essor de la civilisation indienne..

https://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=2315&ID_dossier=493

A MEDITER

0000000000000000000000000000000000000000000000leçon de vie.22539681_2021279088159006_8879537411066935388_n

A toi qui veux savoir, je dis…..

1 – Que la nourriture que tu manges peut te soigner mais qu’elle est aussi la principale source de tes maladies et que toutes les manipulations que l’on y fait ne fera rien pour arranger ce fait

2 – Que ce n’est pas parce qu’une médication est gratuite qu’il faut que tu la prennes sans t’assurer auparavant qu’elle ne fera pas de toi un client fidèle de ceux qui en font le commerce

3 – Que les principaux terroristes ne sont pas ceux qui posent les bombes mais ceux qui les financent, les fabriquent et les vendent car tant qu’il y aura des armes, il y aura forcément des gens pour les utiliser

4 – Que ceux qui créent les plus grands crimes ne sont pas uniquement ceux qui en ont l’air. Il ne faut pas te laisser éblouir par un masque mais voir au delà des apparences

5 – Que les lois ne seront jamais appliquées tant que ceux qui les décident ne les appliqueront pas eux-mêmes

6 – Que l’histoire du monde couramment enseignée n’est qu’un amalgame d’idées souvent contredites par les faits et les découvertes

7 – Que notre niveau de civilisation actuel a déjà été égalé, et même dépassé dans les temps reculés par des civilisations maintenant disparues

8 – Que le phénomène OVNI n’est pas une histoire de croyance mais de connaissance, et qu’il est, a été, et sera présent dans toutes les cultures et civilisations

9 – Que l’environnement pourrait ne pas être pollué si certains lobbies financiers ne s’y opposaient pas. Des énergies naturelles et gratuites sont depuis longtemps connues mais ignorées pour raison économique.

10 – Que lorsque l’homme brise l’équilibre naturel, la nature brise l’homme

11 – Que les plus grands cataclysmes que l’homme risque de subir seront ceux qu’il créera lui-même

12 – Que le monde se dirige vers une nouvelle ère de paix mais que cela nécessitera de grandes transformations et bouleversements dont il te faudra t’adapter si tu veux survivre

13 – Que les phénomènes « paranormaux » sont tout à fait normaux, compréhensibles et explicables

14 – Que les plus grands communicateurs privilégient l’écoute à la prise de parole car c’est en écoutant que tu apprends

15 – Que tu es responsable du monde dans lequel tu vis et de tout ce qui t’arrive mais qu’il ne faut en aucune manière te sentir coupable si les évènements ne te semblent pas correspondre à tes désirs.
Tout ce qui t’arrive est toujours la meilleure chose qu’il puisse t’arriver car ses évènements sont toujours là pour t’élever et non pas pour t’abaisser

16 – Que tu ne pourras changer le monde qu’en te changeant toi-même car le monde ne sera toujours que le reflet de toi-même

17 – Que tant que tu n’auras pas découvert l’Amour qui est enfoui en toi, tu seras toujours à la recherche de l’âme sœur

18 – Que le plus grand voyageur n’est pas celui qui fait dix fois le tour du monde mais celui qui fait une seule fois le tour de lui-même

19 – Qu’il faut te laisser guider par les vagues (écouter la voix qui est au fond de toi) mais choisir les vagues que tu prends (agir en parallèle de manière concrète)

20 – Qu’il ne faut pas te complaire dans tes habitudes mais te plaire dans ta complétude car tout t’est donné. Tout est en toi.

21 – Que la volonté de réussir permet de réussir à volonté mais que seules des actions amènent des réactions

22 – Que si tu deviens égoïste ou radin tu perds ta liberté car tu deviens l’esclave de l’argent

23 – Que chacun se voit donner un jour la clef de sa réussite mais qu’il est nécessaire de l’insérer dans la serrure avant que celle-ci ne soit changée

24 – Que personne sur Terre ne peut se dire parfait car rien que le fait de le dire montre qu’il ne l’est pas. Il ne faut en aucune manière te prendre pour Dieu mais être Dieu.
Si tu comprends la nuance tu as tout compris !

25 – Que le courageux n’est pas celui qui n’a jamais peur mais celui qui agit malgré sa peur

26 – Que si tu réussis à te convaincre que tu réussiras, tu n’auras aucune peine à réussir car le meilleur moyen d’atteindre un objectif est de te convaincre toi-même que tu l’as déjà atteint

27 – Que la connaissance est une source où chacun peut venir s’abreuver

28 – Que la pire des choses à faire est de ne rien faire

29 – Que la vie est belle pour ceux qui savent la contempler

30 – Que tout est dans l’un, tout comme l’un est dans tout et que c’est pour cela que tu devras te fondre dans la totalité pour reconstruire ton unité

31 – Que tu ne dois jamais croire ce que l’on te dit sur parole – même pas ce présent message – mais qu’il te faudra le vérifier par toi-même

32 – Que le fait que tu n’ais pas le temps de faire toi-même tes propres vérifications est voulu afin de te maintenir dans l’ignorance

33 – Que plus tu seras dans l’ignorance, et plus tu seras manipulable et manipulé…

Toi qui désire savoir,
apprends a penser par toi-même,
à comprendre, et à devenir conscient du monde qui t’entoure,
et c’est en faisant ainsi que tu découvriras le chemin de la liberté.

Source: Extrait de « Initiation : Récit d’un voyage intérieur » de I.M. chez Harmonia Editions...www.lespasseurs.com