Archives

Je suis croyante

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000is

Je suis croyante et cela m’apporte tellement de choses, aussi bien au quotidien que dans les moments de doute, que j’aimerais en faire profiter toute personne qui passe sur mon chemin.

Beaucoup qui étaient croyants ou encore qui ne l’étaient pas mais se demandaient s’ils ne devraient pas l’être, décident, en regardant ce qui se passe dans notre monde, que c’est dans la religion que l’on trouve l’incitation au meurtre et à toutes les horreurs qui nous entourent. Et de ce fait, préfèrent être athées voire même haïr D-ieu et ce qu’Il représente.

Mais ce qu’ils voient, ce n’est pas la religion ; se sont des gens qui la pratiquent, certains à grands cris et qui la déforment à leur profit.

Je souhaite que personne ne passe à côté de quelque chose de très beau mais aussi de très enrichissant qui permet de comprendre ce qu’est la vie que nous avons reçue et ce que nous devons en faire. Et pour cela, c’est très simple : Avoir l’esprit ouvert, se documenter seul ou  se renseigner auprès de personnes de confiance, ouvrir son cœur à une meilleure connaissance de ce que sont les « écritures » et seulement après, décider d’y adhérer ou pas.

Ceux qui disent : je ne crois pas, doivent alors s’ expliquer pourquoi et ensuite analyser leurs réponses

Ceux qui disent : je crois, n’auront plus besoin de répondre à cette question car la foi en quelque chose de divin et par conséquent de beau et de pur, donne la certitude d’être sur le bon chemin. Cela ne veut pas dire qu’ils n’auront pas de problèmes à résoudre ou de durs moments à traverser, cela veut simplement dire  qu’ils accepteront ces épreuves sans maudire ciel et terre et que leur esprit étant libéré de toute colère ou peur, il  leur indiquera le moyen de trouver en eux la réponse à leur question, compte tenu du fait qu’ils seront alors les acteurs de leur décision et non victimes d’une situation qu’ils  ne dominent pas.

Yaël

En conscience

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000logounite6

 

Une vidéo de toute beauté. En l’écoutant, j’avais l’impression qu’elle me lavait de toutes mes impuretés. J’ai 78 ans et je crois fermement aux principes évoqués ici ; j’ai hâte de voir ce tunnel, cette lumière mais en attendant, votre vidéo m’explique comment je dois vivre mes dernières années de présence sur terre, avec plus d’amour et d’empathie pour mes semblables ; ne plus juger, être un messager des valeurs que je véhicule et qui me sont inspirées. Merci encore pour ce merveilleux message. Yaël

 

 

http://l-unite.ning.com/video/video/show?id=6449619%3AVideo%3A252596&xgs=1&xg_source=msg_share_video

A méditer

 

 spiritualite14601085_646304862211036_256835833532308841_n

 

Commentaires sur un article concernant la maltraitance animale

 

  •  Si un « dieu » existait, il ne permettrait pas autant de souffrances chez des innocents, infligés par l’homme, au su de tous, ou presque! j’aide dans la mesure de mes moyens des « associations », des petites en lesquelles j’ai une totale confiance et des « grosses » aussi, pour noël, je vais avoir quelque chose en rapport avec les animaux, dans une « boutique », d’association pour les galgos, ou pour une autre cause, y a l’embarras du choix,

REPONSE : 

Yael Avraham Ce sont les hommes qui provoquent toutes les souffrances et D-ieu n’y est pour rien. C’est un peu trop facile de l’appeler quand tout va mal et de l’oublier quand on est heureux comme c’est un peu trop facile de lui faire porter la responsabilité de nos actes, ce qui nous dédouane de toute culpabilité.

D-ieu n’intervient pas car il nous laisse la liberté de nous conduire comme nous le souhaitons mais quand on voit le résultat, c’est vrai qu’il devrait rendre muets ceux qui mentent, paralyser la main de celui qui vole, rendre impuissant celui qui viole etc…. mais alors, quel mérite aurions nous puisque nous ferions tout ce qui nous est demandé non pas par désir de bien faire mais par peur d’être puni. cela s’appelle du despotisme, du totalitarisme, tout ce que les gens qui se prétendent libres détestent.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000abl4-tu-seras-juge-par-les-autres

Combien de fois ai-je lu ce genre de réflexion sur D-ieu ?

Si seulement les gens savaient ce qu’ils veulent ? La liberté ? la justice ?

Accepteraient ils un D-ieu qui sévit et punit et donne à chacun le châtiment que mérite sa faute ?

Certainement pas car l’homme moderne pense qu’il sait tout, qu’il a tout compris et qu’il est son seul maître, qu’il est le seul à savoir quoi faire comment le faire et pourquoi, il croit aussi qu’il est meilleur que le voisin parce que parfois il prodigue de bonnes paroles ou encore parce qu’il distribue les centimes de sa fortune

alors humains d’ici et d’ailleurs, continuez à défendre votre « liberté » continuez à croire que vous êtes libres et surtout ne parlez pas de D-ieu car vous n’avez aucune idée de ce qu’il pourrait faire s’il écoutait vos reproches.  Yaël

 

L’univers veut prouver que j’ai raison

 

    • Si je pense que ça ne va pas marcher, ça ne marchera pas.
    • Si je pense que ça va marcher, ça va marcher.

    L’univers répond à ce que je pense réellement.

    La Conscience Universelle ne répond pas à mes prières,
    elle répond à ma pensée, à ce que je pense vraiment.

    Seulement il y a un obstacle, c’est le jugement.

 

http://l-unite.ning.com/profiles/blogs/l-univers-veut-prouver-que-j-ai-raison

 

La légende du papillon

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000016icovux

Comment les papillons apprirent à voler …

Quand la Terre était jeune, aucun papillon ne volait ça et là dans les airs et n’illuminait les jours de printemps et d’été de leurs ailes portant les couleurs de l’arc-en-ciel. Il y avait des reptiles, qui furent les ancêtres des papillons, mais ils ne savaient pas voler ; ils ne savaient que ramper par terre. Ces reptiles étaient magnifiques, mais le plus souvent les humains, lorsqu’ils se déplaçaient, ne baissaient pas les yeux vers la terre, aussi ne voyaient-ils pas leur beauté.

En ces temps-là, vivait une jeune femme qui s’appelait Fleur de Printemps et qui était une joie pour tous ceux qui la connaissaient. Elle avait toujours le sourire et un mot gentil à la bouche, et ses mains étaient semblables au printemps le plus frais pour ceux qui étaient atteints de fièvre ou de brûlures. Elle posait ses mains sur eux et la fièvre aussitôt quittait leur corps.

Quand elle atteignit l’âge adulte, son pouvoir devint encore plus fort et, grâce à la vision qu’elle avait reçue, elle devint capable de guérir les gens de la plupart des maladies qui existaient alors. Dans sa vision, d’étranges et belles créatures volantes étaient venues à elle et lui avaient donné le pouvoir de l’arc-en-ciel qu’ils portaient avec eux. Chaque couleur de l’arc-en-ciel avait un pouvoir particulier de guérison que ces êtres volants lui révélèrent. Ils lui dirent que pendant sa vie elle serait capable de guérir et qu’au moment de sa mort elle libérerait dans les airs des pouvoirs de guérison qui resteraient pour toujours avec les hommes.

Dans sa vision, il lui fut donné un nom : Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel. Tandis qu’elle avançait en âge, Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel continuait son travail de guérisseuse et dispensait sa gentillesse à tous ceux qu’elle rencontrait. Elle rencontra aussi un homme, un voyant, et elle le prit pour mari. Ils eurent ensemble deux enfants et les élevèrent pour qu’ils soient forts, sains et heureux. Les deux enfants avaient aussi certains pouvoirs de leurs parents et eux-mêmes devinrent plus tard des guérisseurs et des voyants.

Tandis qu’elle vieillissait, le pouvoir de Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel grandit encore et tous ceux qui vivaient dans les environs de la région où elle habitait vinrent à elle avec leurs malades, lui demandant d’essayer de les guérir. Elle aidait ceux qu’elle pouvait aider. Mais l’effort de laisser passer en elle tout le pouvoir finit par l’épuiser et un jour elle sut que le moment de remplir la seconde partie de sa vision approchait. Tout au long de sa vie, elle avait remarqué que des reptiles magnifiquement colorés venaient toujours près d’elle quand elle s’asseyait par terre. Ils venaient contre sa main et essayaient de se frotter contre elle. Parfois l’un deux rampait le long de son bras et se mettait près de son oreille.

Un jour qu’elle se reposait, un de ces reptiles vint jusqu’à son oreille. Elle lui parla, lui demandant si elle pourrait faire quelque chose pour lui, car elle avait remarqué que lui et ses frères et soeurs lui avaient toujours rendu service. « Ma soeur, dit Celui qui rampait, mon peuple a toujours été là pendant que tu guérissais, t’assistant grâce aux couleurs de l’arc-en-ciel que nous portons sur le corps. A présent que tu vas passer au monde de l’esprit, nous ne savons comment continuer à apporter aux hommes la guérison de ces couleurs. Nous sommes liés à la terre et les gens regardent trop rarement par terre pour pouvoir nous voir. Il nous semble que si nous pouvions voler, les hommes nous remarqueraient et souriraient des belles couleurs qu’ils verraient. Nous pourrions voler autour de ceux qui auraient besoin d’être guéris et laisserions les pouvoirs de nos couleurs leur donner la guérison qu’ils peuvent accepter. Peux-tu nous aider à voler ? » Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel promit d’essayer. Elle parla de cette conversation à son mari et lui demanda si des messages pourraient lui venir dans ses rêves.

Le matin suivant il se réveilla, excité par le rêve qu’il avait fait. Quand il toucha doucement Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel pour le lui raconter, elle ne répondit pas. Il s’assit pour la regarder de plus près et il vit que sa femme était passée au monde des esprits pendant la nuit. Pendant qu’il priait pour son âme et faisait des préparatifs pour son enterrement, le rêve qu’il avait eu lui revint en mémoire et cela le réconforta. Quand le moment fut venu de porter Celle-qui-tisse-dans-l’air-des-arcs-en-ciel à la tombe où elle serait enterrée, il regarda sur sa couche et, l’attendant, se trouvait le reptile qu’il pensait y trouver. Il le ramassa avec précaution et l’emporta.

Tandis que l’on mettait le corps de sa femme en terre et qu’on s’apprêtait à le recouvrir, il entendit le reptile qui disait : « Mets-moi sur son épaule à présent. Quand la terre sera sur nous, mon corps aussi mourra, mais mon esprit se mêlera à l’esprit de celle qui fut ta femme, et ensemble nous sortirons de terre en volant. Alors nous retournerons vers ceux de mon peuple et leur apprendrons à voler de façon à ce que se poursuive le travail de ton épouse. Elle m’attend. Pose-moi à présent. » L’homme fit ce que le reptile lui avait dit et l’enterrement se poursuivit. Quand tous les autres furent partis, l’homme resta en arrière quelques instants. Il regarda la tombe, se souvenant de l’amour qu’il avait vécu. Soudain, de la tombe sortit en volant une créature qui avait sur ses ailes toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Elle vola vers lui et se posa sur son épaule. « Ne sois pas triste, mon époux. A présent ma vision s’est totalement réalisée, et ceux que j’aiderai désormais à enseigner apporteront toujours aux autres la bonté du coeur, la guérison et le bonheur. Quand ton heure viendra de te transformer en esprit, je t’attendrai et te rejoindrai. »

Quand l’homme changea de monde, quelques années plus tard, et fut enterré, ses enfants restèrent en arrière après que tous les autres s’en furent allés. Ils remarquèrent une de ces nouvelles créatures magnifiques qu’ils appelaient papillons, voletant près de la tombe. En quelques minutes un autre papillon d’égale beauté sorti en volant de la tombe de leur père, rejoignit celui qui attendait et, ensemble, ils volèrent vers le Nord, le lieu du renouveau. Depuis ce temps-là les papillons sont toujours avec les hommes, éclairant l’air et leur vie de leur beauté.

Si vous voulez que votre souhait se réalise, vous n’avez qu’à le souffler au papillon.

N’ayant pas de voix, il ira porter votre souhait au ciel jusqu’au grand Manitou,
où il sera exaucé… La puissance que le papillon nous apporte s’apparente à l’air.

C’est l’Esprit, doublé de la capacité qu’a cet esprit de se connaître lui-même, voire de se modifier.

C’est l’art de la Transformation…

Comme le papillon vous vous trouvez toujours à un certain stade de votre vie.

Vous pouvez être à l’étape de l’oeuf : ce qui représente le commencement de toutes choses,

c’est le stade de la naissance d’une idée avant qu’elle ne devienne réalité.

Vous pouvez être à l’étape de la larve : Décision de manisfester cette idée dans le monde physique.

Vous pouvez être à l’étape du cocon : Vous réfléchissez de l’intérieur pour développer ce qui vit en vous.

Vous pouvez être à l’étape finale : La transformation…

C’est l’émergence de la chrysalide et la naissance qui permet de partager l’éclat de vos couleurs,

la joie de votre création avec le monde qui vous entoure…

Les papillons ne sont que des fleurs envolées,

Que Mère Nature créa un jour de fête…

http://www.lespasseurs.com/Legende_du_Papillon.htm