Archives

Leçon de sagesse – n’oubliez pas le serveur

 

0000000000000000000000000000000000000000000000leçon de vie.22539681_2021279088159006_8879537411066935388_n

Troisième leçon importante – Pensez toujours à ceux qui servent.
À l’époque où un sundae de crème glacée coûtait beaucoup moins,
un petit garçon de 10 ans entre dans le café d’un hôtel et s’assoit à une table.
Une serveuse dépose un verre d’eau devant lui.
 » C’est combien pour un sundae de crème glacée ?  » demande-t-il.
 » 50 cents  » répond la serveuse.Le petit garçon sort la main de sa poche
et se met à examiner la monnaie qu’elle contient.
 » Bien, comment pour un simple plat de crème glacée?  » demande-t-il.
À ce moment il y a des gens qui attendent pour une table
et la serveuse commence à perdre patience.  » 35 cents  » répond-elle sèchement. »
Je vais prendre le plat de crème glacée  » dit-il.
La serveuse lui apporte sa crème glacée,
dépose l’addition sur la table et s’en retourne.
Le garçon finit sa crème glacée, paie à la caisse et s’en va.
Quand la serveuse revient, elle a la larme à l’oeil en nettoyant la table.
Bien placé au côté du plat vide, il y a 15 cents .
Le petit garçon ne pouvait pas prendre le sundae
parce qu’il devait lui restait suffisamment de monnaie pour laisser un pourboire.

Publicités

La souffrance animale me taraude en permanence.  Pas un jour sans penser à eux. 

trouvé sur FB

 » Quand on accepte de regarder en face cette réalité, on appréhende quelque chose qu’il est impossible de percevoir pleinement, à savoir l’intensité de la souffrance animale et le nombre de vies anéanties. On est alors stupéfait de réaliser tout ce que des humains peuvent faire à d’autres êtres sensibles à tout moment et partout dans le monde. Dès que cette vérité pénètre la conscience, l’air devient irrespirable. Un silence se fait tout autour de soi ; il abrite à la fois la solitude, la honte et la certitude que plus jamais il ne sera possible de vivre comme avant.  »

Corinne Pelluchon – Manifeste animaliste

EPIMÉTHÉE

Written by Aldor

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000200px-Pandora's_gift_to_Epimetheus

Le péché originel est ce besoin de transgression que nous portons au cœur de nous et qui nous pousse à nous arracher de l’état d’indistinction cher à Tchouang-Tseu et à fuir le Jardin d’Eden décrit dans la Genèse : quand la tentation se présente, nous la suivons, croquons la pomme et nous échappons de ce paradis, poussés par ce désir, qui gît en notre tréfonds, d’aller-delà, de nous dépasser, de sortir de l’hébétude heureuse de l’état de nature.

Il faut comprendre « péché originel » dans sa signification première : le péché originel n’est pas un péché qui vient après autre chose, qui serait, quoi qu’en dise la Genèse, la conséquence d’un acte ; le péché originel est là dès l’origine ; il nous est consubstantiel.

La mythologie grecque raconte cela d’une façon moins moralisatrice avec le mythe d’Epiméthée. Epiméthée est ce frère de Prométhée qui a été chargé par Zeus de répartir entre les créatures les qualités, les instincts, les moyens de se défendre, tout ce qui permet aux êtres de vivre et de prospérer. Mais Epiméthée est imprévoyant. Et ayant tout donné, tout réparti, il s’aperçoit qu’il a oublié une créature, l’homme, à qui rien n’a été donné en héritage, et qui se retrouve nue, sans pelage, ni défense, ni instinct, sans rien qui puisse lui permettre de survivre. Et il va donc falloir, pour survivre, que l’homme fabrique des habits, fabrique des chaussures, apprenne l’éducation et le langage et s’arrache, immédiatement, de l’état de nature dans lequel il est condamné.

Ce que raconte le mythe d’Epiméthée, c’est que l’arrachement à la nature est la nature propre de l’homme. Le besoin de transgression que nous portons en nous n’est pas un artifice – ou plutôt l’artifice est notre nature : nous sommes, intrinsèquement, cette créature dont les pieds foulent la terre et dont les yeux regardent les étoiles ; nous sommes cette créature du « et » qui ne peut se contenter de vivre, heureuse, parmi les autres créatures.

Cette réalité, qui est porteuse de tant d’heureuses conséquences, est porteuse aussi de conséquences mauvaises. Cet instinct de violence que nous avons en nous dérive probablement de cet élan vers la transgression sans lequel nous ne serions pas. Mais cette réalité est la réalité. Nous sommes ainsi faits et il faut faire avec, en l’acceptant.

Tel est l’objet de cet enregistrement.

https://improvisations.fr/2017/10/21/epimethee/

 

Leçon de vie – L’aide sous la pluie

 

0000000000000000000000000000000000000000000000leçon de vie.22539681_2021279088159006_8879537411066935388_n

 

 

Sens et Co-Naissance

leçon importante – L’aide sous la pluie
Dans la soirée, vers 23h30, une femme âgée noire se tient
le long d’une autoroute de l’Alabama tentant de se protéger de la pluie battante.
Son auto est tombée en panne et elle a désespérément besoin d’un transport.
Détrempée, elle décide de demander l’aide de la prochaine voiture qui passe.
Un jeune homme blanc s’arrête pour lui porter secours,
situation très peu courante dans les années 60 troublées de conflits raciaux.
Le jeune homme l’amène en sécurité, l’aide à trouver du secours
et lui procure un taxi. Elle a l’air très pressée,
mais prend le temps de noter son adresse et le remercie.

Sept jours plus tard, on vient cogner à la porte du jeune homme.
À sa grande surprise, on lui livre un meuble télé couleur grand format.
Une note y est attachée. Elle dit :
 » Merci beaucoup de m’avoir porté secours sur l’autoroute l’autre jour.
La pluie avait transpercé non seulement mes vêtements mais aussi mon esprit.
Puis vous êtes arrivé. Grâce à vous, j’ai pu me rendre
au chevet de mon mari mourant juste avant qu’il ne rende l’âme.
Dieu vous bénisse pour m’avoir aidé et pour votre dévouement
pour les autres. Bien à vous, Mme Nat King Cole. »

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000peintures-aquarelle-feee-follette-sous-une-12816391-10686696-10152625b5-b2546_570x0

Leçon de vie

0000000000000000000000000000000000000000000000leçon de vie.22539681_2021279088159006_8879537411066935388_n

 

trouvé sur FB : Sens et Co-Naissance

Première leçon importante – La femme de ménage.

Durant mon deuxième mois au collège,
notre professeur nous a donné un petit examen surprise.
J’étais un étudiant consciencieux et j’ai répondu aisément
à toutes les questions jusqu’à ce que je lise la dernière :

 » Quel est le prénom de la femme de ménage de l’école ?  »
Il s’agissait certainement d’une blague.
Je l’avais rencontrée plusieurs fois.
Elle était grande, cheveux foncés et dans la cinquantaine,
mais comment j’aurais pu savoir son nom ?
J’ai remis mon examen en laissant la dernière question sans réponse.
Juste avant la fin du cours, un étudiant a demandé si la dernière
question comptait pour la note de l’examen.

 » Absolument  » a répondu le professeur.
 » Durant vos carrières, vous allez rencontrer beaucoup de gens.
Ils sont tous importants. Ils méritent tous votre attention et vos soins,
même s’il s’agit simplement d’un sourire et de dire bonjour.  »
Je n’ai jamais oublié cette leçon.
J’ai aussi appris qu’elle s’appelait Dorothée.

Un peu d’histoire n’a jamais fait de mal à personne

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000attendre-107-ans-768x403

Pourquoi dit-on « attendre 107 ans » ?

Cette expression date du Moyen-âge à Paris. Elle fait référence au nombre d’années nécessaires à la construction de la cathédrale Notre-Dame.

Même si les historiens ne sont pas tous d’accord sur les dates exactes il est généralement acquis que les travaux pharaoniques pour l’édification du monument commencèrent en 1163 pour s’achever plus d’un siècle plus tard, 107 ans pour être précis, en 1270. Non seulement des ouvriers passèrent toute leur vie sur le chantier mais plusieurs générations s’y succédèrent.

Les Parisiens durent donc faire œuvre de patience face cette entreprise interminable. Ainsi serait née l’expression désormais entrée dans le langage courant dès lors qu’un individu s’agace d’une longue attente.

A noter que dans l’ensemble des pays de l’Europe de l’Ouest, les XIe et XIIe siècles voient une croissance considérable des populations urbaines. Celle de Paris passe de 25 000 habitants en 1180 à 50 000 vers 1220, ce qui en fait une des plus grandes villes d’Europe. Dès lors les églises existantes deviennent trop petites pour accueillir tous les fidèles. Et l’on voit naitre un peu partout en France de nouveaux chantiers de construction d’églises.

https://www.grands-meres.net/attendre-107-ans/?utm_source=a7emailing&utm_medium=email&utm_campaign=gm