Archives

L’Orpheline des neiges, de Marie-Bernadette Dupuy

Roseline veut un bikini

Çà fait longtemps que j’ai écrit un article-lecture (mes livres lus les dernières semaines étant déjà dans les cartons…).

Mais ce dimanche matin, venant de terminer ce super roman, j’en fais un petit compte-rendu dans la foulée.

C’est le second roman de cette auteure française, habitant les Charentes, que je lis, avec grand plaisir. Le premier m’avait emportée des Charentes aux Pyrénéees.

Avec l’Orpheline des neiges, Marie-Bernadette Dupuy nous embarque au Québec, autour des années 1920. On suit l’histoire d’Hermine, abandonnée à l’âge d’un an sur les marches du couvent d’un petit village des bords du Lac Saint-Jean (Val-Jabert, qui existe vraiment, et que je rêve désormais d’aller visiter un jour, peut-être que des lectrices québecoises connaissent ?...).

Hermine, par sa joie, son intelligence et sa superbe voix, va révolutionner la vie des personnes qui s’occuperont d’elle…elle va aussi découvrir l’amour et peu à peu rassembler les morceaux…

View original post 166 mots de plus

« Ils sauvent in extremis la vie d’une podenca abandonnée avec les pattes et la gueule attachées » // La Cronica del Parajito // Province d’Almeria // 23.06.17

Action Invisible

aaa// L’association d’Almeria ‘Pupekas’ a reçu un appel de détresse et est parvenue à sauver in extremis l’animal d’une mort atroce.

L’association d’Almeria ‘Pupekas’ a sauvé de justesse une podenca qui a été abandonnée par son maître avec les pattes et la gueule attachées pour qu’elle ne puisse plus bouger ni aboyer ni demander de l’aider.

Pupekas, qui se consacre au sauvetage des chiens dans la région de Nijar, dont de nombreux chiens maltraités, malades ou avec de graves lésions, explique qu’ »après avoir reçu un appel à l’aide ils se sont trouvés devant une scène horrible. Une podenca attachée par les pattes pour ne pas qu’elle s’échappe et la gueule également attachée pour l’empêcher d’aboyer et d’appeler à l’aide. Une mort horrible l’attendait. »

« Avec la chaleur de son corps, nous ne savions pas si elle était toujours en…

View original post 175 mots de plus

TOUS POUR UN, UN POUR TOUS !

Paterne 19399844_1908833902667805_6229808149619249147_n

Juste un petit coucou  aux trois mousquetaires parce qu’on est dimanche et que j’ai très envie de vous dire que je suis heureuse de faire partie de votre groupe dans lequel je trouve tout ce que j’aime.

paterne 16722621_1213884891993792_2900797816887121218_o

Un grand bonjour à « Paterne » et à son équipe sans oublier les poilus et moustachus de partout. https://www.facebook.com/paterne.bushunju

paterne joys après opération19149039_1907946089423253_7817422164496344940_n

Une léchouille particulière à « Joys », mon filleul qui, je l’espère, est rentré au bercail, tout beau, tout neuf.

*~*La maison intérieure *~*

michmich32

L’Ame agit de l’Uni-Vers

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000013428613_1200985896600234_4780991755230858998_n

Elle était jolie cette maison que j’habitais depuis tant d’années. Son toit brun, ses deux grandes fenêtres au travers desquelles on pouvait voir presque tout ce qui se passait à l’intérieur, mais… je ne m’y sentais pas bien.

Bien sûr, dans mon enfance, je ne voyais pas bien cet intérieur. Je ne me préoccupais pas de l’enjoliver, ni d’apprécier ses beautés. Pendant longtemps, j’y étais presque insensible, j’y vivais par habitude.

Lorsque quelqu’un me faisait remarquer qu’une décoration était plus ou moins jolie, je n’y portais pas attention ou plutôt, je ne voulais pas y porter attention. Je la cachais ou bien je ne la regardais plus, mais tôt ou tard, cette décoration refaisait surface par je ne sais quelle magie.

J’y vivais comme un automate. Lorsque quelqu’un me complimentait sur une pièce particulièrement agréable ou même de grand prix, je rougissais, disant que ce n’était rien…

View original post 412 mots de plus

Il était une fois

ANIM.chats des rues

Il y a 28 ans, je suis venue habiter là où je réside encore actuellement.

La situation des chats errants était à ce point catastrophique qu’il était impossible de ne pas la voir :

-des cadavres de chatons de quelques jours ou de quelques semaines jonchaient les rues et personnes pour les ramasser
– des petits vivants mais aveugles, boiteux et d’aspect cadavérique,
– des mères toujours pleines, sauvages et infestées de vermine.

Je n’avais pas alors une grande expérience mais je me suis dit qu’en les nourrissant, certains iraient mieux et retrouveraient des forces pour vivre cette vie de galère.

C’est ce qui arriva mais hélas, accompagné du mécontentement des passants car, c’est bien connu, ce qui n’a jamais été fait n’est pas à faire « point »

Et puis, les réflexions ont fusé :
– C’est tout ce que vous trouvez à faire de votre temps de libre ?
– Avec tous les enfants qui meurent de faim dans le monde, vous devriez avoir honte
– Vous allez nous apporter bestioles et maladies……………….

Et puis les menaces ont suivi, mains levées dans ma direction.

Je connaissais suffisamment l’être humain pour savoir que celui qui crie n’est pas toujours celui qui agit, il suffisait donc que je regarde l’individu droit dans les yeux pour qu’il passe son chemin.

Et c’est ainsi que j’ai commencé ma vie de « maman chat » « infirmière féline » « nourriceuse biberonnante » et « calineuse à temps plein ».

J’avais entre temps rencontré une P.A qui s’appelait « laissez les vivre » et qui me soumettait les cas les plus graves qui ne souffraient aucune attente et c’est comme ça que j’ai, en assez peu de temps, rempli ma maison de poilus boiteux et souffreteux de tous âges.

 

anim.CHATS RUE

Bien sûr ce qui devait arriver arriva, certains ont été adoptés mais d’autres n’ont pas eu cette chance :

– Pas assez beau
– Pas de la couleur désirée
– Pas assez jeune
– Pas l’air sympa etc…..

chat Anaïs et Logane

Anaïs et Logane deux chats aveugles de naissance

J’ai donc eu, pendant longtemps, 32 chats chez moi et comme entre temps on avait jeté devant ma porte deux chiennes, on était vraiment au complet et vivions à l’étroit.

chat babouche

Elle s’appelait « Babouche » car elle adorait les chaussures

Pour une raison que je ne m’explique pas, toutes mes bêtes se sont très bien entendues, pas de cris, pas de bagarres, très peu de maladie et quand j’ai rencontré un vétérinaire qui a accepté de faire les stérilisations chez moi et à des prix défiants toute concurrence, je suis devenue : assistante chirurgienne, donneuse de soins pré et post opératoires, coupeuse de fils, changeuse de pansements, distributrice de comprimés, gélules, badigeonneuse en chef d’iode et piqueuse patentée et comme l’histoire a été très vite connue de beaucoup, à mes tâches déjà importantes, s’est ajoutée celle de secrétaire préposée au rendez-vous pour les voisins qui voulaient profiter de cette aubaine.

Chien CACHOUNET

« Cachou » trouvée un jour de pluie

Ces quelques années ont été très belles car j’ai adoré apprendre à soigner et à soulager et plus tard, quand cette manne s’est tarie, avec mes connaissances acquises, je pouvais à mon tour, jouer les docteurs dans les situations pas trop graves sans avoir besoin d’un spécialiste.

Chien mabelle

 

« Mabelle » déposée devant ma porte

Est arrivé le moment ou ayant trouvé quelques foyers pour 8 de mes protégés, j’avais besoin d’aide car je devais rentrer à l’hôpital pour une opération qui me tiendrait invalide un certain temps.

Chat img125

« Fany » qui avait élue domicile sur la machine à laver

C’est alors qu’une amie qui venait de faire la connaissance d’une femme très riche et qui venait d’ouvrir une pension de luxe pour chats de la haute société, lui a parlé de moi et très gentiment, elle a accepté de me prendre 10 de mes minous (je lui ai donné les plus beaux) (et D-ieu sait s’ils étaient beaux) et là, il ne me restait que 12 chats chez moi.

Chatcaline

« Caline » qui ne s’est pas réveillée chez le vétérinaire

Des années encore, nous avons vécu ensemble, certains étaient très câlins, d’autres de vrais pot de colle, d’autres enfin indifférents à tout, sauf à la gamelle encore que là, les années aidant, ces derniers devenaient à leur tour demandeurs de câlins.

Et puis, la période des « adieux » a pointé le bout de son nez ; certains sont partis sans prévenir, d’autres ont fait très vite, et ceux qui tardaient un peu et souffraient savaient que « maman » les aiderait à franchir le pont de « l’arc en ciel ».

 

Chat Sissi

« Sissi » encore avec moi

Mes chiennes aussi sont parties à un an d’intervalle et maintenant, restent avec moi une minette: Sissi 13 ans.

Je ne sais pas quand viendra mon heure mais ce que je ne veux à aucun prix, c’est partir avant elle et la laisser derrière moi.

Je ne décide pas bien sûr mais chaque jour, je demande à l’entité supérieure, celle qui est auprès de moi, qui m’entend et m’aide, de faire en sorte que mon départ arrive après le sien.

Cette expérience a été une merveilleuse leçon de vie, elle m’a détachée des humains et rapprochée de ceux et celles qui parfois sont un exemple d’amour, d’abnégation, de patience et de savoir faire dont beaucoup de « deux pattes » devraient s’inspirer. Yael Avraham

Les poilus de Paterne « refuge sauvons nos animaux » ont besoin de nous

 

paterne 16722621_1213884891993792_2900797816887121218_o

S’occuper d’un refuge situé si loin de nous serait un challenge si les distances n’étaient pas abolies grâce à internet.

Il est toutefois bon de connaitre  certains détails qui permettent de mieux gérer les urgences.

Le refuge de Paterne  « sauvons nos animaux » est situé en RDC, et tout ou presque reste à faire et à finaliser.

https://www.facebook.com/search/top/?q=paterne%20huston%20bushunju

paterne nouvelle niche en préparation 18953016_1415847595121312_5050299577184186676_n

La saison des pluies nous indique qu’il nous reste encore deux petits mois pour terminer l’achat et l’installation des niches prévues pour les 38 poilus du refuge, ce qui est peu quand on sait tout ce qu’il reste à faire.

paterne l'heure de la soupe19030406_1417306964975375_4808826413562562714_n

Mais cela ne nous fait pas peur car nous sommes une équipe bien décidée à braver vents et tempêtes

paterne refuge en cours18951333_1417306871642051_4901764521633685254_n

Et pour ceux et celles qui voudraient nous aider, voici quelques informations concernant le climat en RDC

 

paterne saison des pluiesdrKQWuAA_400x400

http://www.bourse-des-voyages.com/guide-voyage/vacances/pays-congo-rdc-5.html

 

Si vous saviez le plaisir que nous avons d’aider tout ce petit monde, vous vous joindriez à nous sans hésiter.

Quand on sait aimer, tout est possible

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000great-dane-pup

(photo d’illustration)

Quand cette femme a adopté ce chien, elle ne savait pas ce qui l’attendait.

Quand elle a compris ce qui arrivait, elle aurait pu le jeter comme une vieille chaussette.

Au lieu de cela, elle a adopté son frère pour qu’il ait une compagnie qui l’aiderait à progresser.

Et voila le résultat de beaucoup de soins et d’amour

https://www.facebook.com/thedodosite/videos/1168637536604253/