Archives

Si vous aimez les animaux

« Chacun des problèmes détruisant l’humanité est un problème créé et entretenu par l’humanité. »



Changer son alimentation pour préserver la planète, le chanteur et activiste 
Moby l’a fait. Il explique pourquoi c’était évident pour lui.

 

Publicités

Faites vous partie de la petite minorité qui se pose les vraies questions ?

 

logo écologie 4010437449

https://www.facebook.com/131154755232/videos/10154009236005233/?hc_ref=ARRqpIgw6F8afEcshio1RAgQNlKV8Q9LIuiCL25_VLaextMFt6AH-YSyNmcsPQqzSvg

 

logo amour des animaux26114267_10155931568244757_6654525843975283963_n

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000017353615_1352082488145161_673065703804353086_n

« LES VÉGANS SONT DES EMMERDEURS parce qu’ils sont les témoins des petits arrangements hypocrites de l’individu avec lui-même, ils sont des miroirs qui reflètent les contours d’un être léger et égoïste.
Le déni qui nous empêche de prendre la mesure de nos erreurs et des crimes commis à l’égard de la nature et des animaux est profondément ancré dans notre culture. En sortir n’est jamais évident et ceux qui l’ont fait ne devront pas s’étonner de rencontrer beaucoup de résistance chez ceux qui y sont plongés profondément. »
Texte d’AnimaVeg
https://www.facebook.com/AnimaVeg/posts/639386999456328…
Via Stéphanie Couture »

A lire absolument et à partager au plus grand nombre

Newsletter n°4

Les plantes ont-elles une conscience ?…

« Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et ils vous parleront si vous écoutez. L’ennui avec les Blancs, c’est qu’ils n’écoutent pas ! Ils n’ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu’ils n’écouteront pas les autres voix de la nature… Pourtant, les arbres m’ont beaucoup appris : tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit » (Taganta Mani, indien Stoney)

Les peuples Amérindiens considèrent que le Grand Esprit est présent dans tout ce qui est : la terre, l’eau, les pierres, les plantes, les arbres, les animaux, les hommes, les montagnes, les forêts, les rivières… Et toute la création est pour eux l’expression de la Vie, qui est unité. Leur comportement envers la création est donc empli de respect, honorant et respectant l’Esprit divin en chaque être, en chaque chose, et dans la Vie sous toutes ses formes…

De leur côté, les occidentaux ont développé une approche très matérialiste de la vie et des êtres, considérant que seul l’homme avait une âme (et encore, pas toujours… ), et allant même jusqu’à dénier aux animaux le fait d’avoir une conscience, notamment sous l’influence désastreuse de Descartes et de sa théorie de « l’animal-machine » (qui réduit l’animal à un automate sans âme, qui serait dénué de la moindre sensibilité ou émotion, et totalement insensible à la douleur… ce qui a permit les pires atrocités, qui perdurent encore aujourd’hui dans notre manière de traiter les animaux).

Mais après en avoir longtemps douté, la communauté scientifique commence enfin à reconnaître le fait que l’animal n’est pas une machine, ni un automate, mais qu’il a une conscience, qu’il ressent des émotions, des besoins et des désirs, et qu’il est sensible à la souffrance… (Ce qui devrait d’ailleurs, en toute logique, remettre en cause la manière dont l’être humain traite l’animal… mais la conscience humaine met malheureusement bien du temps à se réveiller !!)

Alors aller encore plus loin et envisager la possibilité d’une éventuelle conscience chez les plantes… !!! C’est un sujet encore terriblement tabou, et ridiculisé par la très grande majorité des êtres humains. Pourtant, certains l’ont fait, et ils rapportent de troublantes expériences…

L’Effet Backster

L’un des premiers a avoir osé parler d’une conscience chez les plantes est Cleve Backster en 1966. Cet expert de la CIA, spécialiste du détecteur de mensonges, a eu un jour l’idée d’attacher les électrodes de son appareil aux feuilles d’une plante verte présente dans son bureau, par curiosité…

Il remarque alors que la plante réagit lorsqu’il l’arrose, et le polygraphe semble montrer le même genre de réaction que lorsqu’un être humain fait l’expérience d’un stimulus émotionnel de courte durée… Est-ce qu’une plante pourrait ressentir des émotions ?!!!

Backster sait que la manière la plus efficace de déclencher une réaction importante du polygraphe chez l’être humain est de le mettre dans une position où il se sent menacé. Il cherche donc un moyen de menacer le bien-être de la plante, et pense tout à coup à brûler une de ses feuilles. Au moment précis où il a l’idée de brûler cette feuille (acte qu’il visualise), et avant même qu’il ne bouge pour aller chercher une allumette, la plante devient comme folle : le tracé du polygraphe prend de l’ampleur, et le marqueur va jusqu’à franchir le bord supérieur du papier ! Est-ce que la plante aurait pu lire dans son esprit ?!! Backster conclut au sujet de cette expérience qui allait marquer toute sa vie : « Je compris à l’instant qu’il se passait quelque chose d’important ; il n’y avait pas d’autre explication. Il n’y avait plus personne dans le laboratoire, et je n’avais rien produit qui soit assimilable à une action mécanique. En une fraction de seconde, la conscience que j’avais du monde fut modifiée. L’ensemble de mon processus de pensée ainsi que mon système de valeurs furent désormais orientés vers cette recherche ».

Le chercheur confirmera par la suite ses premières découvertes, avec des centaines d’expériences sur d’autres plantes, avec d’autres instruments, avec différents collaborateurs, et dans de nombreux laboratoires différents aux Etats-Unis. Toutes ces expériences aboutissent aux mêmes conclusions… et amènent Backster à affirmer que les plantes sont sensibles aux événements, aux émotions et aux intentions humaines se produisant dans leur environnement !!

Malgré des résultats plus étonnants les uns que les autres, les recherches de Backster sont toujours contestées dans la communauté scientifique (comme l’a été pendant très longtemps – et parfois même encore aujourd’hui… – l’idée que l’animal pourrait avoir une conscience, ressentir des émotions et être sensible à la douleur !!)

Bien sûr, cela remet en cause de manière tellement radicale notre manière de vivre et de voir le monde, ainsi que la nature de nos relations avec les autres êtres vivants sur cette terre, qu’il n’est pas facile d’admettre un tel changement de paradigme ! Et pourtant, d’autres expériences viennent confirmer ce que Baxter semble avoir découvert…

 

La suite ici : http://www.veganspirit.fr/veganspirit/nl4plantes

« l’exploitation respectueuse », vous la trouverez près de la « torture gentille », un peu avant la « mort rigolote »

Animal mon Egal a partagé la publication de Maryline Tomaselli.
2 h · 

TÉMOIGNAGE

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
Maryline Tomaselli

« Au fait, si vous cherchez « l’exploitation respectueuse », vous la trouverez près de la « torture gentille », un peu avant la « mort rigolote »

Ou sinon, vous pouvez arrêter de vous mentir, et prendre les bonnes décisions en arrêtant de participer au plus grand massacre de tous les temps : celui des personnes animales non-humaines.

Et pour cela, la seule solution passe par le boycott de tous les produits animaux. En somme donc, par le véganisme.

Et devenir végan, ce n’est pas entrer dans une secte. Le devenir, c’est simplement cesser de financer la torture et le meurtre. Et ne pas contribuer aux injustices n’est ni violent, ni extrême. C’est simplement la moindre des choses. » –
Lily Rochette

Petits grignotages en tous genres

cacahuètes how-food-grow-2-58aab11840e44__880

Cacahuète

L’arachide également appelée cacahuète ou cacahouète   qui signifie cacao de terre), pois de terrepistache de terre et pinotte (de l’anglais peanut) au est une plante de la famille des légumineuses originaire du Mexique et cultivée dans les régions tropicales, sub-tropicales et tempérées pour ses graines oléagineuses. Elle présente la particularité d’enterrer ses fruits après la fécondation.

L’arachide était déjà cultivée en Amérique du Sud à l’arrivée des conquistadors. Il en est fait état pour la première fois dans une chronique espagnole de 1569, à propos du Pérou où, par la suite, on a trouvé en grand nombre des pousses et des graines d’arachides dans les tombes précolombiennes.

Dans le commerce on la trouve sous forme d’huile d’arachide, de beurre de cacahuète et entre dans de très nombreuses compositions de sauces.

https://informationsnutritionnelles.fr/cacahuete-grillee-salee